Ministre britannique : les vaccins contre le Covid-19 doivent être « incroyablement sûrs » avant d’être utilisés sur des enfants

Par Pa
1 juin 2021
Mis à jour: 1 juin 2021

L’autorité britannique de réglementation des médicaments et les conseillers scientifiques doivent examiner « très attentivement » si les vaccins contre le Covid-19 peuvent être administrés aux enfants, a déclaré le ministre des Vaccins.

Lors d’une émission sur Sky News, on a demandé à Nadhim Zahawi pourquoi le Royaume-Uni n’a pas suivi les traces de l’Agence européenne des médicaments, qui a recommandé que le vaccin Pfizer/BioNTech soit étendu aux enfants âgés de 12 à 15 ans.

M. Zahawi a répondu : « Notre propre organisme de réglementation n’a pas encore approuvé l’administration de vaccins aux enfants. »

« Il faut s’assurer que les vaccins soient incroyablement sûrs avant de les administrer aux enfants. »

M. Zahawi a déclaré que le vaccin Pfizer a également été approuvé par les autorités réglementaires des États-Unis et du Canada pour les enfants de 12 à 15 ans.

Il a ajouté que l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé du Royaume-Uni (Medicines and Healthcare products Regulatory Agency, MHRA) et le Comité conjoint sur les vaccinations et l’immunisation (Joint Committee on Vaccination and Immunisation, JCVI), qui conseille les ministères de la Santé britanniques en matière d’immunisation, devraient examiner « très attentivement » la question.

Les experts ont déclaré que la décision de vacciner ou non les enfants est une question qui nécessite d’équilibrer les avantages globaux avec les avantages directs pour les jeunes.

M. Zahawi a expliqué que si certains enfants peuvent être infectés ou développer un Covid long, « dans l’ensemble, la vaccination est pour protéger leurs familles, leurs communautés et le pays ».

Il a ajouté : « Les vaccins […] doivent donc être incroyablement sûrs avant d’être administrés aux enfants. »

Il a déclaré que « l’infrastructure » est en place pour vacciner les enfants au Royaume-Uni si nécessaire, mais « les cliniciens doivent prendre la décision finale ».

Maggie Wearmouth, membre du Comité conjoint sur les vaccinations et l’immunisation (JCVI), a déclaré à la radio britannique LBC n’avoir reçu « que récemment » une demande écrite du secrétaire à la Santé Matt Hancock pour examiner la question de la vaccination des enfants.

Elle a refusé de dire la date précise à laquelle le JCVI a reçu la lettre, ajoutant : « Nous n’avons pas encore formulé de réponse, disons-le comme ça ».

Elle a ajouté : « Nous avons eu une ou deux conversations, mais nous n’avons pas formulé de position officielle. »

Le professeur Anthony Harnden, vice-président du JCVI, a déclaré samedi qu’il est probable qu’il élabore une « gamme d’options » à l’attention du gouvernement sur l’immunisation potentielle des enfants.

Il a déclaré que les experts doivent peser les questions éthiques lorsqu’ils envisagent des options telles que la vaccination des enfants sur la base du risque, à des fins éducatives ou pour protéger d’autres personnes dans la population.

M. Harnden a déclaré que les vaccins aident à freiner la transmission du Covid-19, mais « seulement dans une certaine mesure », et donc « je ne pense pas que la vaccination des enfants prévienne significativement la transmission au sein de la communauté ».

Le professeur Peter Openshaw, de l’Imperial College London et membre du groupe consultatif sur les menaces de virus respiratoires nouveaux et émergents (New and Emerging Respiratory Virus Threats Advisory Group, Nervtag), qui conseille le gouvernement, a déclaré que l’émergence de nouveaux variants de coronavirus pourrait influencer la décision de vacciner ou non les enfants.

S’adressant à Times Radio à titre personnel, il a déclaré qu’il y a des « débats » sur les risques possibles de « complications très, très rares » associées à la vaccination, qui doivent être balancés avec la « certitude » qu’une personne peut avoir des « complications très graves » en attrapant le Covid-19.

Il a ajouté : « Il se pourrait bien que l’administration de vaccins aux enfants devienne une option plus claire une fois que nous en saurons plus sur la maladie chez les enfants et que nous saurons si les nouveaux variants se propagent davantage dans la population pédiatrique et causent des maladies plus importantes. Cela pourrait certainement modifier le rapport risques-bénéfices. »

M. Openshaw a déclaré que le Royaume-Uni a mis l’accent sur les « avantages pour la santé publique » et que, par conséquent, « la vaccination de ceux qui peuvent transmettre la maladie, parfois sans le savoir, est une justification parfaitement valable de la vaccination ».

Il a ajouté : « Les nouveaux variants s’étendent plus loin dans la tranche d’âge et ont une prévalence assez élevée, même chez des enfants de quatre ans. Il se peut que les enfants et les écoliers deviennent des vecteurs plus importants dans la chaîne de transmission, à mesure que le virus devient plus transmissible et que de nouveaux variants apparaissent. »

« Les bénéfices pourraient changer et cela pourrait influencer la décision de vacciner ou non les enfants à l’avenir. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ