Si la mise en destitution va plus loin, Nancy Pelosi perdra la majorité de la Chambre des représentants

Par Zachary Stieber
24 décembre 2019
Mis à jour: 25 décembre 2019

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi (D-Californie), perdra la majorité à la Chambre des représentants, a déclaré le président Donald Trump le 23 décembre, après le vote du 18 décembre visant à le mettre en destitution.

Donald Trump a écrit sur Twitter : « Pelosi nous donne le procès le plus injuste de l’histoire du Congrès américain, et maintenant elle réclame l’équité au Sénat, et viole toutes les règles en le faisant. »

« Elle a perdu le Congrès une fois, elle le perdra à nouveau ! »

La Chambre pourrait faire volte-face lors des élections de novembre 2020, qui décideront également si M. Trump restera au pouvoir ou si un démocrate remportera la Maison-Blanche.

Nancy Pelosi, 79 ans, a été élue pour la première fois à la présidence de la Chambre en 2007 pour le 110e Congrès. Les démocrates ont conservé la Chambre pour ce Congrès et le suivant, mais ils ont perdu la majorité en 2013 et ne l’ont récupérée qu’en 2019.

Le Parti démocrate dispose actuellement d’une majorité de 232-197 après que le député Jeff Van Drew (R-New Jersey) a changé de parti en raison de réticences à l’égard de la destitution.

Donald Trump et d’autres républicains de haut niveau ont attaqué Nancy Pelosi pour avoir pris la décision sans précédent de ne pas soumettre les articles de destitution au Sénat après avoir voté pour la destitution de Trump, ce qui a conduit certains universitaires à affirmer que le président Trump n’est pas vraiment destitué.

Donald Trump a écrit dans un tweet le 22 décembre que Nancy Pelosi essaie d’utiliser les articles comme moyen de pression contre le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell (R-Kentucky).

« Cette folle de Nancy veut dicter les termes du canular de destitution au Sénat majoritairement républicain, mais elle a esquivé toute procédure régulière, sans avocats ni témoins, à la Chambre majoritairement démocrate. Les démocrates souhaitent simplement que tout cela se termine. Leur affaire est morte, leurs sondages sont horribles ! » a-t-il écrit.

Il a qualifié l’enquête de destitution d’« escroquerie » et de « chasse aux sorcières ».

Nancy Pelosi, quant à elle, a déclaré au début du 23 décembre que la Chambre ne soumettrait pas les articles tant que les dirigeants démocrates ne seraient pas informés de la manière dont le procès se déroulera au Sénat.

« La Chambre ne peut pas choisir nos responsables de la mise en destitution tant que nous ne savons pas quel genre de procès le Sénat mènera. Le président Trump a bloqué ses propres témoins et les documents de la Chambre, et du peuple américain, sur de la base de fausses plaintes concernant la procédure de la Chambre. Quelle est son excuse maintenant ? » a-t-elle écrit sur Twitter.

Les démocrates ont mis Donald Trump en destitution le 18 décembre, l’accusant d’abuser de la fonction de président et de faire de l’obstruction au Congrès. Quatre démocrates n’ont pas voté ou ont voté contre à au moins un des articles de destitution.

Selon la Constitution, le Sénat est seul habilité à entendre les accusations énoncées dans les articles de mise en destitution. Les responsables, ou les représentants, de la Chambre des représentants présentent le dossier et les articles contre le président, qui a des représentants pour le défendre. Le Sénat peut, à un moment donné, voter le rejet de l’affaire à la majorité simple ou la condamnation sur la base de ces articles. Une condamnation qui aurait pour effet de démettre un président de ses fonctions nécessite une majorité absolue, ou au moins les deux tiers des sénateurs présents au moment du vote.

Les républicains contrôlent le Sénat à 53-47, et aucun membre républicain n’a déclaré qu’il voterait pour condamner le président Trump.

RECOMMANDÉ