Mise en vente du premier animal génétiquement modifié aux États-Unis

22 novembre 2015
Mis à jour: 22 novembre 2015

L’Agence du contrôle alimentaire américaine (la Food and Drug Administration – FDA) vient d’approuver la mise en vente du premier animal génétiquement modifié, aux États-Unis. Il s’agit d’un nouveau type de saumon atlantique.

Dans un communiqué, l’agence a déclaré avoir déterminé grâce à « une étude scientifique exhaustive et rigoureuse » que le saumon AquAdvantage « est aussi sain à consommer que n’importe quel saumon atlantique non génétiquement modifié (AGM : pour animal génétiquement modifié). Il est aussi nutritif par ailleurs ».

L’agence a affirmé avoir examiné les données du fabricant, AquaBounty Technologies, et celles de ses pairs, avant de conclure que les gènes insérés dans le poisson restaient stables sur de multiples générations. La consommation du dit poisson, poursuit l’agence, ne présente aucun risque sanitaire pour les humains ou pour les animaux. La manipulation génétique ne présente aucun danger pour les poissons modifiés.

Pour l’agence américaine, il n’y aurait pas d’impact significatif sur l’environnement aux États-Unis « grâce aux multiples mesures de confinement prises par l’entreprise dans ses installations terrestres au Panama et au Canada. Il est extrêmement peu probable que les poissons s’échappent et se retrouvent dans la nature ».

Le saumon AquAdvantage a été génétiquement modifié pour multiplier par deux sa croissance par rapport à un saumon classique, par l’insertion de gènes de saumon quinnat ou chinook et de type océanique.

Aucun étiquetage n’indiquera que le saumon est GM (génétiquement modifié), puisqu’il a été déclaré sain à la consommation et nutritionnellement équivalent au saumon non-GM, précise l’agence sur son site internet. Cependant, compte tenu de son statut reconnu de producteur de saumon sauvage, l’Alaska pourra exiger un étiquetage.

Cette approbation met dans les assiettes américaines le premier animal GM. Le premier animal GM à recevoir une quelconque approbation était une ligne de chèvres transgéniques qui produisent du lait contenant une protéine anticoagulation. La viande de ces chèvres n’était cependant pas mise en vente.

Les opposants aux poissons ‘Frankenfish’
Toutefois de vives critiques condamnent l’approbation du poisson « Frankenstein » par l’agence américaine.

« Il n’y a aucune place dans nos assiettes pour ces poissons génétiquement modifiés. Nous poursuivrons nos efforts pour nous assurer que les acteurs du marché – des petits commerçants aux restaurateurs – continuent d’écouter la majorité des consommateurs, celle qui ne veut pas manger de poisson génétiquement modifié, non étiqueté et dont l’étude a été bâclée », prévient Lisa Archer, du Programme Alimentation et Technologie et directrice des Amis de la Terre, dans un communiqué.

L’organisation affirme que plus de 60 chaînes de distribution alimentaire, dont Safeway, Kroger, Trader Joe et Whole Foods, se sont engagés à ne pas vendre de saumon transgénique.
« Malgré l’approbation fallacieuse et irresponsable de la FDA pour la vente du premier animal génétiquement modifié destiné à la consommation humaine, il est clair qu’il n’y a pas de place sur le marché américain pour du saumon génétiquement modifié », précise Archer. Et d’ajouter « les gens ne veulent pas en manger et les commerçants refusent d’en vendre ».

Pour Wenonah Hauter de EcoWatch, « les tests de sécurité effectués sont insuffisants ».
« La FDA est censée assurer protéger la sécurité du public. Or l’examen de l’impact environnemental effectué par l’agence n’a été qu’une forme d’évaluation environnementale. Elle aurait dû être un examen plus complet de l’impact environnemental, qui tiendrait pleinement compte de la menace que ces nouveaux poissons controversés peuvent représenter pour les populations et les écosystèmes de poissons sauvages », explique t-elle.

« Des chercheurs canadiens ont constaté que le saumon AGM se reproduisait facilement avec différentes autres espèces de poissons, un risque potentiel que la FDA n’a jamais abordé dans son évaluation des risques ».

Les défenseurs du poisson modifié
Pour l’entreprise AquaBounty, l’approbation de la FDA lui donne entière a satisfaction.
« Le saumon AquAdvantage marque un tournant, car il apporte un aliment sain et nutritif aux consommateurs, dans une démarche écologiquement responsable, sans endommager l’océan ni les autres habitats marins. Grâce aux systèmes d’aquaculture terrestres, cette riche source de protéines et d’autres nutriments peut être cultivée à proximité des grands marchés de consommation d’une manière plus durable », s’est réjouit Ronald L. Stotish, Ph.D., directeur de AquaBounty dans un communiqué.

Le projet a également obtenu le soutien de certains scientifiques.

« Je considère l’approbation du saumon modifié AquaBounty, par la FDA pour la production dans le système terrestre comme très bénéfique à tous les niveaux ! Pour l’environnement, pour les consommateurs et pour le processus! », s’est félicité William Muir, professeur de génétique animale à l’Université Purdue auprès de Genetic Expert News Service. « L’examen scientifique est clair, il n’y a aucune preuve crédible que ces poissons présentent un risque pour la santé humaine ou pour l’environnement ».

Version anglaise : Agency Approves First Genetically Engineered Animal for Sale in United States

RECOMMANDÉ