Le moment de la fin pour le régime chinois ? Un défenseur des victimes du communisme parle

Par Justina Wheale
6 septembre 2020
Mis à jour: 6 septembre 2020

Tout comme Tchernobyl a marqué un tournant décisif dans la disparition de l’Union soviétique, la crise du COVID-19 pourrait avoir poussé le Parti communiste chinois sur la même voie de non-retour, explique le président du futur Mémorial des victimes du communisme, qui sera bientôt construit à Ottawa, au Canada.

Ludwik Klimkowski, d’origine polonaise, président de l’association Tribute to Liberty, dit voir des parallèles entre l’état d’esprit du public envers l’Union soviétique juste avant son effondrement et la réaction internationale croissante envers le régime chinois en raison de sa mauvaise gestion et de sa dissimulation de l’épidémie Covid.

« Je pense que nous sommes sur la voie – une voie accélérée –  qui mène vers la disparition du parti communiste chinois », a déclaré Klimkowski dans une interview.

« Personne ne les croit plus. Personne ne veut même venir à la table des négociations pour signer un accord avec le Parti communiste chinois parce que nous savons, tout comme nous savions avec les représentants soviétiques du Parti communiste, qu’ils ne font que mentir. Ils ne nous disent jamais la vérité ».

Il note que le régime soviétique avait également menti sur l’accident nucléaire de Tchernobyl en 1986, « en prétendant que rien ne s’était passé et que tout était sous contrôle. … À partir de 1986, personne n’a plus rien cru de ce que le Parti communiste de l’Union soviétique disait ».

Epoch Times Photo
Ludwik Klimkowski, président de Tribute to Liberty. (Document)

En 1989, quelques années après la catastrophe, une série de révolutions dans les pays du bloc de l’Est – en particulier la Pologne et la Hongrie – ont provoqué une réaction en chaîne qui a finalement abouti à la chute du mur de Berlin et à l’effondrement de l’Union soviétique.

Pour le peuple polonais, la clé de la résistance au régime était que les dissidents s’organisent et s’expriment, a déclaré Klimkowsi. Mais ils avaient aussi besoin de quelque chose de plus, dit-il – une étincelle d’encouragement extérieur pour leur donner du courage et de l’espoir. En Pologne, ce moment a été marqué par le discours historique de Jean-Paul II en 1979, qui a réveillé l’aspiration à l’indépendance du peuple et a contribué à galvaniser le mouvement de solidarité, formé un an plus tard.

Au fur et à mesure que le nombre de participants au mouvement de solidarité augmentait, il encourageait ceux qui n’avaient soutenu le régime que pour leur profit personnel ou pour éviter les persécutions à rejoindre la résistance et à faire tomber le rideau de fer.

« Quand le vent a tourné, ils ont quitté le parti communiste assez rapidement », a déclaré Klimkowsi.

Klimkowsi pense que le temps est venu pour qu’une force similaire enflamme la dissidence naissante en Chine : « Je pense que nos amis chinois n’ont besoin que d’une seule voix, l’équivalent de Jean-Paul II qui disait : « N’ayez pas peur ». Vous pouvez en fait quitter le parti communiste. Vous pouvez renoncer à ce parti et être forts. Et vous êtes nombreux à pouvoir le faire et rendre la Chine libre », a-t-il déclaré.

La Chine est déjà bien avancée sur la voie de la résistance, note M. Klimkowsi, ce qui se manifeste par les 360 millions de Chinois qui ont déjà quitté le mouvement communiste par le biais du mouvement Tuidang.

Supporters of the rapidly growing Tuidang movement, in which Chinese people worldwide are renouncing their ties to the Chinese Communist Party (CCP), gather on Parliament Hill in Ottawa on May 6, 2018, to mark the milestone reached in March 2018 of 300 million Chinese people having quit the CCP and its affiliated youth organizations. (The Epoch Times)
Les partisans du mouvement Tuidang se rassemblent sur la Colline du Parlement à Ottawa le 6 mai 2018, pour marquer l’étape franchie en mars 2018, lorsque 300 millions de Chinois ont quitté le PCC et ses organisations de jeunesse affiliées. (The Epoch Times)

Tuidang, qui signifie « Quitter le Parti » en chinois, est un grand mouvement populaire chinois, lancé en 2004. Grâce au travail de bénévoles en Chine et dans le monde entier, les démissions symboliques sont recueillies et affichées sur le site web en chinois du Centre Tuidang.

L’intensification des pressions internationales contre le régime, en particulier de la part des États-Unis, est également de bon augure pour une Chine libre, affirme M. Klimkowski, car les investissements occidentaux et l’espionnage chinois ont été la clé de l’accession du régime à son statut de superpuissance.

« D’après les chiffres du PIB chinois, cette économie est la deuxième plus grande économie de la planète. Et pourtant, imaginez une chose : que se passerait-il en termes d’évolution de l’économie chinoise si les pays occidentaux ne voulaient pas commercer avec la Chine ? »

Les États-Unis et l’Australie ont pris la tête des efforts internationaux pour tenir Pékin responsable de la dissimulation de l’épidémie de virus à Wuhan, et ont demandé une enquête indépendante sur le rôle du régime. Les États-Unis ont également introduit des mesures généralisées pour contrer le régime au cours des derniers mois, notamment en sanctionnant les fonctionnaires responsables des violations des droits de l’homme à Hong Kong et au Xinjiang.

Klimkowski souligne que, si l’on en croit l’histoire, la chute d’un régime despotique est souvent imprévisible et soudaine, aussi inenvisageable qu’elle puisse paraître à première vue.  « Je l’ai constaté par ma propre expérience : Quand vous pensez que le communisme et le système communiste sont là pour rester, l’histoire vous dit que ce n’est pas vrai. Vous pouvez changer ce système. Vous pouvez être libre. La seule chose nécessaire est de donner espoir à vos concitoyens ».

Mémorial des victimes du communisme

Un Mémorial des victimes du communisme est prévu au centre-ville d’Ottawa, avec pour objectif d’éduquer les générations futures sur la réalité de la vie sous le régime communiste.

Epoch Times Photo
Arc de mémoire, le projet gagnant pour le monument aux victimes du communisme qui sera construit à Ottawa. (Avec l’aimable autorisation de Paul Raff)

Selon M. Klimkowski, le mémorial est une manifestation de respect envers les huit millions de Canadiens dont les racines familiales les attachent aux anciens pays du bloc communiste, ainsi qu’une façon d’éduquer les générations futures.

« Nous devons dire à nos concitoyens canadiens que l’idée d’introduire le socialisme ou le communisme au Canada est une chose dont nous avons une peur mortelle parce que nous savons ce que cela fait, nous l’avons vécu », a-t-il déclaré, ajoutant que le communisme a été responsable de la mort d’environ 100 millions de personnes depuis le début de la révolution bolchevique en Russie en 1917.

« Nous devons dire à nos concitoyens que cette voie a déjà été tentée, et que ce qui s’est passé, c’est que 100 millions de personnes ont été tuées par les communistes ».

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ