Mongolie: « Le poing » remporte la présidentielle

Par Epoch Times avec AFP
10 juin 2021
Mis à jour: 10 juin 2021

L’ancien Premier ministre mongol Khurelsukh Ukhnaa, surnommé « Le poing » pour avoir frappé un député en 2012, a très largement remporté l’élection présidentielle en Mongolie pour le compte du parti au pouvoir, selon les résultats officiels proclamés jeudi.

Khurelsukh Ukhnaa, qui cultive une image d’homme fort à la Poutine — il s’est fait photographier torse nu à cheval ou avec un fusil à l’épaule — a recueilli plus des deux tiers des voix lors du scrutin de mercredi.

Le vote a été marqué par le contexte des mesures anti-Covid et par une forte abstention.

Parti populaire mongol

Il constitue une victoire pour le Parti populaire mongol (PPM), un parti de centre-gauche fondé par d’anciens communistes, qui n’avait plus remporté d’élection présidentielle depuis 12 ans.

Il scelle le retour aux affaires de Khurelsukh Ukhnaa, qui avait démissionné en début d’année après un scandale lié aux strictes mesures anti- épidémiques prises par son gouvernement.

Des manifestants étaient descendus dans la rue pour protester contre le sort réservé à une jeune mère qui venait d’accoucher et avait été transportée vers un centre de traitement des maladies infectieuses avec son nouveau-né, par un froid polaire.

Renforcé par l’efficacité des mesures anti-Covid, le PPM avait pourtant très largement remporté les élections législatives de juin 2020 aux dépens du Parti démocrate (libéral-conservateur) du président sortant, Khaltmaa Battulga.

59% d’électeurs ce sont rendus aux urnes

Ce dernier, un ancien champion du monde de sambo, un art martial mongol, n’avait pas le droit de se représenter en raison d’amendements à la Constitution adoptés en 2019 et qui limitent la présidence à un seul mandat de six ans.

Le principal rival du vainqueur, le candidat écologiste Enkhbat Dangaasuren, n’a recueilli qu’environ 20% des voix. Cet entrepreneur de l’économie numérique misait sur le soutien de la jeunesse dans un pays en proie à la pollution atmosphérique et à la désertification.

La campagne du candidat vert a toutefois été compromise dans la dernière ligne droite par le virus qu’il a contracté, l’obligeant à observer une quarantaine et à annuler le débat télévisé qui devait avoir lieu une semaine avant le scrutin.

Les mesures anti-Covid un obstacle

Seuls 59% des quelque 2 millions d’électeurs se sont rendus aux urnes mercredi, un score historiquement bas dans ce pays qui a adopté sa première constitution démocratique en 1992, à sa sortie de l’orbite soviétique.

Les incessantes rivalités entre les partis et les mesures anti-Covid ont dissuadé beaucoup d’électeurs d’accomplir leur devoir de citoyen, a observé le politologue Gerelt-Od, de l’Université nationale d’éducation.

Après avoir été largement endigué, le virus connaît un regain ces dernières semaines et la Mongolie totalise désormais quelque 300 décès. La vaccination progresse pourtant rapidement, 90% de la population adulte ayant déjà reçu une dose et 60% deux doses.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ