Monsanto va faire face à une « cour » internationale pour ses crimes allégués

9 décembre 2015 Mis à jour: 14 décembre 2015

Monsanto sera traînée devant une cour internationale pour des allégations de crimes contre l’humanité, mais l’entreprise qualifie ce geste de coup de relations publiques. Un groupe d’écolos, de militants et de scientifiques ont annoncé cette mesure dernièrement lors de la Conférence de Paris sur le climat. Le procès aura lieu à La Haye, aux Pays-Bas, en octobre 2016.

Le groupe sociofinancé comprend la militante indienne Vandana Shiva, l’avocate défenseure de l’environnement Corinne Lepage et le directeur de la Organic Consumers Association, Ronnie Cummins.

« Le temps est arrivé depuis longtemps pour la tenue d’un tribunal de citoyens internationaux visant à traîner en justice Monsanto pour crimes contre l’humanité et l’environnement », a déclaré M. Cummins durant la conférence de presse annonçant le tribunal.

« Monsanto est […] en grande partie responsable de l’épuisement des ressources du sol et en eau, de l’extinction des espèces, du déclin de la biodiversité et du déplacement de millions de petits agriculteurs à travers le monde », a ajouté Mme Shiva.

Le groupe a souligné que Monsanto, l’une des plus importantes entreprises agro-industrielles au monde, a mis au point plusieurs produits hautement toxiques comme l’herbicide RoundUp. Le groupe dénonce également le développement d’organismes génétiquement modifiés, qui cause la destruction de l’environnement tout en exerçant une pression financière sur les agriculteurs.

Alors que certains applaudissent cette initiative, d’autres affirment qu’il s’agit simplement d’un coup de publicité, puisque le tribunal n’aura aucune autorité pour punir l’entreprise. Le groupe affirme pour sa part que les découvertes du tribunal pourront être utilisées pour poursuivre Monsanto à l’avenir.

Le département des communications de Monsanto a qualifié le tribunal de « coup de relations publiques ».

« La création prétentieuse d’un faux tribunal pour “juger” Monsanto pour ses “crimes” allégués révèle le refus presque universel d’accepter leurs allégations dans n’importe quel vrai système judiciaire », affirme Monsanto.

« Monsanto est prête et impatiente de répondre à toutes les questions au sujet de ses activités et de ses produits. La transparence est un aspect vital de notre approche et nous aimerions que le public nous juge selon la réalité de nos activités et non pas selon une caricature de celles-ci. Ce faux tribunal n’a aucune base légale et constitue une tentative de tromper le public. Si ses partisans avaient un vrai cas, ils l’auraient déposé dans un véritable système judiciaire. En fait, Monsanto est parfois amenée en justice et la plupart du temps elle remporte ses causes. »

Version anglaise : Monsanto to Face International ‘Tribunal’ for Alleged Crimes, but Company Says It’s a PR Stunt

RECOMMANDÉ