Montpellier : un livreur à vélo de 76 ans bouleverse les internautes

Par Nathalie Dieul
31 mars 2021
Mis à jour: 31 mars 2021

Une jeune femme de Montpellier a été touchée par le sort d’un homme de 76 ans qui travaille tous les soirs comme livreur à vélo dans le but de subvenir aux besoins de son foyer. Elle a décidé d’ouvrir une cagnotte en ligne afin de payer un fauteuil roulant adapté à la condition de la femme de ce septuagénaire.

Les médias l’ont surnommé Pierre parce qu’il ne veut pas que son identité soit dévoilée. En effet, il ne veut pas alerter ses enfants sur sa situation ni les culpabiliser, et il ne veut que personne ne le prenne en pitié non plus.

Toutefois, une jeune femme de 28 ans a été touchée par le sort de ce septuagénaire qui pourrait être son grand-père. Elle a décidé d’ouvrir une cagnotte en ligne pour l’aider à réaliser son rêve d’acheter un fauteuil adapté aux besoins de sa femme, lourdement handicapée, explique Lisa dans une série de Tweets.

Lisa n’est pas la seule à avoir été émue par la vie de ce papy qui pédale tous les soirs de 18 h à minuit, sept jours sur sept, beau temps, mauvais temps. En quelques jours, plus de 18 000 euros ont déjà été récoltés auprès de 1 295 donateurs, soit une moyenne de près de 15 euros par personne.

« Je l’ai vu plusieurs fois tard le soir avec son vélo dans les rues », raconte Lisa au Parisien. « Je me suis souvenue de l’article. Qu’il faisait ça chaque soir pour payer des soins et un fauteuil roulant à son épouse lourdement handicapée. Cela m’a bouleversée. »

Comme elle ne savait pas comment le contacter, Lisa a décidé de lancer la cagnotte quand même. « Je me suis dit que j’avais juste à lancer un truc sur Internet et que si ça marchait ça serait trop cool, et sinon, tant pis j’aurais essayé », explique-t-elle à CNews. Très rapidement, ça a été l’engouement. Des YouTubers et d’autres personnalités telles que l’animateur de TF1 Nikos Aliagas ont relayé l’information.

L’histoire de Pierre avait déjà fait l’objet d’un article dans Midi libre en 2019. Le septuagénaire y expliquait qu’il s’occupait de son épouse gravement handicapée pendant la journée et que c’était pour cela qu’il travaillait le soir. « Mon objectif est de pouvoir lui acheter un fauteuil, un jour », avait-il déclaré à l’époque.

« Quand j’ai pris ma retraite, je me suis retrouvé avec moitié moins de revenus, soit 1 200 € au lieu de 2 200 € environ », raconte celui qui n’avait pas beaucoup de chances de trouver un emploi à son âge. « Si je n’avais pas ce métier, je me demande comment je pourrais faire face à nos besoins. Et je ne parle même pas du superflu… »

Pour Lisa, la place de ce septuagénaire est à la maison, près de sa femme, et pas sur un vélo à livrer des repas par tous les temps. Cependant, elle ne savait pas comment il allait réagir à son initiative. Quelqu’un a fini par donner le numéro de téléphone de la jeune femme à Pierre, et il l’a appelée. Il lui a simplement demandé de rester discrète à son propos.

Même si Lisa voudrait que ce papy reste chez lui, ce n’est peut-être pas son choix finalement. D’ailleurs, en 2019, Pierre s’était réjoui de sa « chance d’avoir la santé et d’être payé à faire du sport ».

Toutefois, Lisa nous apprend dans un Tweet daté du 26 mars qu’elle a rencontré le couple et qu’ils acceptent la cagnotte. « Ceci étant dit, le fauteuil dont a besoin madame coûte approximativement 47 000 euros », écrit la jeune femme, qui place donc cette somme comme objectif à récolter.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ