Moselle : test PCR obligatoire au 1er mars pour les déplacements non professionnels

Par Epoch Times avec AFP
25 février 2021
Mis à jour: 25 février 2021

Tour de vis en Moselle. Dès lundi prochain, le test PCR devient obligatoire, le télétravail favorisé et des patrouilles de police seront renforcées aux frontières. 

Dès le 1er mars, la France va demander des tests PCR négatifs de moins de 72 heures pour les déplacements non professionnels de frontaliers entre l’Allemagne et le département de la Moselle, un des plus touchés par la pandémie de Covid-19 causée par le virus du PCC (Parti communiste chinois)Un test PCR négatif est déjà demandé pour toute entrée en France en provenance de pays de l’UE pour les voyageurs autres que les transfrontaliers.

« La dérogation de l’obligation de présentation d’un test PCR de moins de 72 h à l’entrée sur le territoire national sera limitée aux seules activités professionnelles », ont annoncé ce vendredi dans un communiqué commun le ministre de la Santé Olivier Véran et le secrétaire d’État aux Affaires européennes Clément Beaune.

Le télétravail encouragé

« Les frontaliers qui se déplacent pour des motifs autres que professionnels devront donc présenter un test PCR négatif à la frontière », ont-il ajouté. Pour les travailleurs transfrontaliers, des tests hebdomadaires seront mis en place à la frontière, poursuivent-ils sans autre précision. Ils sont également invités à recourir plus au télétravail.

« Des patrouilles conjointes de la police française et allemande pourraient être renforcées dans le territoire afin d’assurer l’effectivité de ces mesures », est-il encore précisé. « Ces mesures viennent compléter l’arsenal déployé par les autorités sur le territoire mosellan », notamment le renforcement des capacités de tests et l’accélération de la campagne de vaccination, relèvent les deux ministres.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ