Moselle : une douzaine de tombes profanées et un cercueil ouvert dans un cimetière

Par Séraphin Parmentier
9 février 2020 Mis à jour: 9 février 2020

Une enquête judiciaire a été ouverte pour dégradations volontaires et profanations. La police ignore pour l’instant « si l’acte est crapuleux ou gratuit », mais considère « à première vue » qu’il « ne se cache pas de caractère religieux derrière ces faits ».

Samedi matin, une riveraine a découvert avec stupeur qu’une douzaine de tombes de l’ancien cimetière de Yutz, une commune de près de 16 000 habitants située à une trentaine de kilomètres au nord de Metz, avaient été profanées et qu’un cercueil avait été ouvert.

« C’est quelque chose que l’on ne peut même pas se représenter. Cela n’était jamais arrivé à Yutz ! » a expliqué Bruno Sapin, le maire de la commune, aux journalistes de France Bleu.

« Tout le monde est choqué. Là, cela va vraiment loin parce que le cercueil ouvert, c’est quand même quelque chose qui va assez loin », poursuit l’édile.

« La plupart des tombes ont été seulement ouvertes, les panneaux des caveaux ont été déplacés, en revanche, il y en a une autre qui a été complètement ouverte, et à l’intérieur de la tombe, ils ont démonté la partie en marbre qui protège le cercueil et on a constaté que le premier cercueil sur le dessus a lui aussi été ouvert », ajoute M. Sapin.

La police scientifique mobilisée

Les policiers de Thionville se sont rendus sur place et ont procédé aux premières constatations. Une enquête judiciaire a été ouverte pour dégradations volontaires et profanations.

« On ignore si l’acte est crapuleux ou gratuit. À première vue, il ne se cache pas de caractère religieux derrière ces faits », a précisé le commissaire Nicolas Hoarau dans les colonnes du Républicain Lorrain.

Pour le parquet de Thionville, « il n’y a pas d’élément nous permettant de penser qu’il y a du racisme ou de l’antisémitisme derrière ces actes ». Et le parquet d’observer qu’un « carré musulman n’[a] pas été touché ».

La police scientifique et technique doit désormais se rendre dans l’ancien cimetière de Yutz afin de procéder à de nouveaux relevés.

« Aux dires de mes collègues travaillant à la mairie depuis plus de trente ans, c’est la première fois qu’un des cimetières de la ville est profané. Malheureusement, nous n’avons pas de caméra à proximité de ce lieu », souligne Bruno Sapin.

« On va se rapprocher du service de l’état civil pour tenter d’identifier le défunt dont le cercueil a été ouvert et de retrouver les ayants droit. Pour essayer de comprendre et aussi s’assurer qu’il n’y a pas eu d’atteinte du corps, voire un vol de bijoux », conclut le maire de Yutz.

RECOMMANDÉ