Le mouvement pour l’indépendance du Texas prend de l’ampleur selon Daniel Miller

Par Joshua Philipp
17 février 2021
Mis à jour: 17 février 2021

Les partisans de l’indépendance du Texas prévoient de remporter le référendum au cours duquel les Texans décideront s’il convient d’entamer un processus visant à déterminer la meilleure façon de se retirer de l’union, a dit à Epoch Times Daniel Miller, président du mouvement nationaliste texan.

Si les radicaux qui sont actuellement au Congrès sont mis en charge de la Santé, de l’Économie, de l’Énergie, cela pourrait avoir un impact négatif sur la population du Texas et de plus en plus de Texans vont vouloir se retirer de l’union, a déclaré Daniel Miller dans une récente interview sur le programme Crossroads d’Epoch Times.

Les Texans craignent que le Green New Deal ne fasse disparaître davantage d’emplois, que les politiques du gouvernement fédéral à Washington ne conduisent à une plus grande centralisation, que le socialisme ne soit introduit, que le gouvernement fédéral ne s’approprie davantage de pouvoirs et que, par conséquent, les droits des Texans ne soient « bafoués et piétinés », a expliqué M. Miller.

Daniel Miller prédit que si ces tendances se poursuivent, un référendum sur la sécession du Texas pourrait être gagné par au moins 10 à 15  % de voix, selon le degré de radicalité du gouvernement de Washington.

Le mouvement dirigé par M. Miller soutient le concept de petit gouvernement, ce qui contraste avec la situation actuelle où le gouvernement fédéral reçoit du Texas 103 à 160 milliards de dollars par an de l’argent des contribuables et ne donne que peu en retour, a-t-il déclaré.

« C’est comme aller chez un médecin. Le médecin prélève tout le sang de votre corps, en répand environ 40 % sur le sol, réinjecte le reste et vous dit ensuite : ‘Hé, vous réalisez que vous ne seriez pas en vie sans moi' », a expliqué M. Miller.

Sortir de cette union, que Miller appelle Texit, signifie que les Texans détermineront leurs propres lois au lieu d’être gouvernés par « 2,5 millions de bureaucrates non élus à Washington », peut-on lire sur le site web de l’organisation.

« Nous avons de vrais problèmes ici au Texas, liés à la frontière et à l’immigration » et bien d’autres auxquels un État-nation doit faire face, a déclaré M. Miller.

Daniel Miller estime que la Constitution des États-Unis n’interdit à aucun État de quitter l’Union. La Constitution énumère toutes les choses qu’il est interdit aux États de faire, et la liste ne comporte pas d’interdiction de retrait de l’État, a-t-il dit.

Selon la Constitution, la pérennité de l’union dépend du droit à l’autonomie locale de tous les États, a déclaré M. Miller, ajoutant qu’il pense que les Texans ne sont pas d’avis que leur droit à l’autonomie locale ne soient pas dégradés.

(Capture d’écran vidéo NTD)

L’économie du Texas est la dixième plus grande économie du monde, dépassant le Canada et la Corée du Sud et se situant juste en dessous du Brésil et de l’Italie. Il s’agit de la deuxième économie des États-Unis derrière la Californie, selon un rapport de l’université du Texas publié en septembre.

Bien que l’économie de l’État ait été touchée par la pandémie causée par le virus du PCC (virus du Parti communiste chinois), les pertes d’emplois ont été moins graves que dans l’ensemble des États-Unis, indique le rapport (pdf).

Le Texas est le plus grand producteur de pétrole et de gaz naturel du pays, selon la Banque fédérale de réserve de Dallas (pdf). L’agriculture et la technologie occupent également une place importante dans son économie diversifiée. Parmi les entreprises basées au Texas figurent le fabricant d’ordinateurs Dell, AT&T et le fabricant de puces Texas Instruments.

Mouvements d’indépendance

Le Texas Nationalist Movement a été fondé « pour assurer et protéger l’indépendance politique, culturelle et économique de la nation du Texas et pour restaurer et protéger une république constitutionnelle et les droits inhérents du peuple du Texas », selon le site web de l’organisation.

Au fil des ans, le mouvement s’est transformé en un mouvement pour l’indépendance du Texas, prônant que l’État du Texas quitte l’union et devienne une nation indépendante et autonome, indique le site web.

Des hommes habillés en soldats du XIXe siècle participent à la reconstitution de la bataille d’Alamo de 1836, le 2 mars 2018.

L’organisation s’est engagée dans « de nombreuses campagnes liées non seulement au Texas, mais aussi à notre préservation culturelle », a déclaré M. Miller en expliquant que les Texans devaient mener une bataille contre le conseil de l’éducation de leur propre État. Le conseil a voulu supprimer les références aux défenseurs d’Alamo en tant que héros parce que « le mot ‘héros’ était chargé de valeur et qu’il s’agissait d’un jugement de valeur ».

Il y a des gens qui veulent « endoctriner ou changer l’histoire d’Alamo pour l’adapter à une rhétorique progressiste néomarxiste », a ajouté M. Miller.

Pour les Texans, la bataille d’Alamo est un symbole de résistance héroïque durant leur lutte pour l’indépendance du Mexique. Un petit nombre de Texans (environ 200 selon les historiens) ont défendu un fort à San Antonio pendant 13 jours contre l’armée mexicaine forte de milliers de soldats, dirigée par le général Antonio Lopez de Santa Anna.

Bien que la plupart des défenseurs aient été tués par l’ennemi, leur sacrifice a engagé et affaibli l’armée mexicaine, ce qui a contribué à la victoire des forces texanes deux mois plus tard et à l’indépendance du Texas.

Selon Miller, les mouvements nationalistes dans le monde sont en hausse à en juger par le fait que le nombre de pays reconnus est passé de plus de 54 après la Seconde Guerre mondiale à plus de 190 à la fin du XXe siècle. Les habitants de pays ou de régions comme ceux du Texas veulent pouvoir se gouverner comme ils le souhaitent, a déclaré M. Miller.

Le 31 janvier 2020, la Grande-Bretagne met fin à près d’un demi-siècle d’intégration avec ses voisins les plus proches et quitte l’Union européenne. Photo par Daniel Leal-Olivas / AFP via Getty Images.

Le mouvement dirigé par M. Miller s’est inspiré de l’expérience des mouvements d’indépendance du monde entier, tels que le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne (connu sous le nom de Brexit), le mouvement d’indépendance de l’Écosse pour quitter le Royaume-Uni et la quête d’indépendance des Catalans vis-à-vis de l’Espagne.

Daniel Miller a trouvé que les arguments sur le débat Brexit tels que « la bureaucratie insensible à Bruxelles, un sur-paiement énorme qui pourrait être mieux utilisé et réaffecté chez nous, cette centralisation du pouvoir à Bruxelles qui menace d’éroder les droits et libertés des Britanniques » étaient très similaires à la situation du Texas.

L’organisation a également fait des recherches sur le mouvement indépendantiste de Catalogne et a découvert que les documents qu’ils ont produits pour monter un dossier contre le gouvernement central espagnol auraient pu être utilisés pour recruter des défenseurs si seuls les noms propres avaient été remplacés par Texas et Washington, a déclaré M. Miller.

Ce combat au Texas que les gens mènent actuellement fait « vraiment partie d’un mouvement beaucoup plus vaste dans le monde entier pour réclamer le droit à l’autonomie face à un groupe d’élites politiques qui pensent savoir ce qui est le mieux », a déclaré M. Miller.

M. Miller a préféré ne pas utiliser le terme « sécession » pour décrire le processus d’accession du Texas à l’indépendance et utiliser plutôt le terme « retrait » ou « sortie ».

La sécession signifie « le retrait d’un corps politique, généralement un corps politique incorporé », a expliqué M. Miller. Si le gouvernement américain est un « gouvernement centralisé absolu et que les États-Unis sont un État-nation qui a une souveraineté et que les États ne sont que des subdivisions administratives », alors le mot « sécession » peut être utilisé, a poursuivi M. Miller.

Daniel Miller considère que le Texit est un retrait ou une sortie d’une union politique et économique qui ne sert plus les intérêts du Texas, tout comme le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ