La musique classique jugée « trop blanche » par les antiracistes

Par Michal Bleibtreu Neeman
25 juin 2020
Mis à jour: 25 juin 2020

C’est le tour de la musique classique d’être critiquée par les mouvements antiracistes aux États-Unis. Considérée comme « trop blanche » ou « trop inclusive », les changements sociaux exigeront-ils sa transformation ou sa disparition ?

Paul May, professeur de philosophie à l’université du Québec à Montréal, explique dans le Le Figaro pourquoi la musique classique devra se transformer.

En effet, la musique classique est en déclin depuis plusieurs décennies et attire de moins en moins d’auditeurs. Une étude réalisée par le National Endowment for the Arts rapporte ainsi que la population ayant assisté à un concert de musique classique était passée de 13 % en 1982 à 8,6 % en 2017. La part de spectateurs de moins de 30 ans a, elle, chuté de 27 à 9 % sur la même période. « La musique classique est aujourd’hui accusée d’être inadaptée à la diversité ethnique croissante de la population du pays », explique Paul May dans ce même article, et le défi des professionnels sera de changer son image de « trop blanche » ou « trop asiatique ». Car selon les études, ce seraient les jeunes Américains d’origine asiatique qui prennent le relais de ce domaine.

Selon un rapport publié en 2016 par la League of American Orchestras, les Africains ne représentent que 1,8 % des musiciens d’orchestres, et les Latino-Américains seulement 2,5 %. Les orchestres masqueraient donc un mode de recrutement discriminatoire ou un « racisme structuré ». Certains critiquent également le fait que la grande majorité des compositeurs interprétés sont des hommes blancs, et l’accuse d’être privilège de la société phallocentrique.

Ainsi la presse américaine, généraliste aussi bien que spécialisée, critique la musique classique et la qualifie de « raciste », et l’accuse de de masquer « un problème raciste ». Le Seattle Magazine déclare qu’il faut « s’attaquer à sa blancheur », et l’organisation musicale New Music USA explique que « la musique classique est intrinsèquement raciste ».

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ