Le mystère du «lac aux squelettes» de l’Himalaya devient encore plus étrange au regard d’un test ADN

Par GQ Pan
25 août 2019 Mis à jour: 26 août 2019

Surnommé « le lac aux squelettes », le lac Roopkund dans le nord de l’Inde a déconcerté le monde depuis qu’un guide forestier britannique l’a découvert pour la première fois en 1942. Ce petit plan d’eau peu profond, situé à plus de 5 000 mètres au-dessus du niveau de la mer dans l’Himalaya, est rempli de restes humains. Les squelettes de centaines d’individus – et personne ne sait exactement comment ils ont fini par être là.

Une équipe internationale de scientifiques a récemment analysé l’ADN de 38 squelettes du lac glaciaire entouré par les sommets enneigés de l’Himalaya, dans l’espoir de faire la lumière sur ce mystère déconcertant. Les résultats ont toutefois laissé les experts avec plus de questions que de réponses.

Selon une étude publiée dans la revue scientifique Nature Communications, les restes humains semblent provenir de groupes distincts de personnes d’aussi loin que la Méditerranée. Ils sont arrivés au lac plusieurs fois sur une période de 1 000 ans.

Les chercheurs ont relié 38 squelettes du lac à trois groupes distincts d’individus. Le groupe le plus important est composé de 23 individus dont l’ADN est lié à des personnes originaires de l’Inde d’aujourd’hui. En dehors de cela, ils ne semblaient pas génétiquement liés.

Le deuxième groupe en importance, et c’est surprenant, est composé de 14 individus dont l’ADN est le plus semblable à celui des habitants de la Méditerranée orientale, principalement de la Crète et de la Grèce actuelles.

Enfin, le seul individu qui reste a un ADN plus typique de celui que l’on trouve en Asie du Sud-Est.

« Nous avons été extrêmement surpris par la génétique des squelettes de Roopkund », déclare le premier auteur de l’étude, le biologiste évolutif Éadaoin Harney de l’Université Harvard.

« La présence d’individus ayant des ancêtres typiquement associés à la Méditerranée orientale suggère que le lac Roopkund n’était pas seulement un site d’intérêt local, mais attirait plutôt des visiteurs du monde entier. »

L’analyse des isotopes extraits des os a également confirmé ces résultats. Lorsque les humains ou les animaux mangent un type particulier de grain ou de plante, ils présentent une valeur isotopique dans leurs os ou leurs dents. Cette valeur est représentative de ce type particulier de grain ou de plante, qui peut ensuite être apparié à des emplacements géographiques.

« Les personnes appartenant au groupe apparenté à l’Inde avaient un régime alimentaire très variable, ce qui montre une dépendance à l’égard des sources alimentaires dérivées du C3 et du C4. Ces résultats concordent avec les preuves génétiques établissant qu’ils appartenaient à une variété de groupes socio-économiques en Asie du Sud », a déclaré l’archéologue Ayushi Nayak. Ayushi Nayak travaille à l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine à Iéna, en Allemagne.

« En revanche, les individus d’ascendance méditerranéenne orientale semblent avoir consommé un régime avec très peu de mil. »

La datation au radiocarbone suggère que les individus d’origine sud-asiatique sont morts au lac Roopkund vers 800 après J.-C. Les deux autres groupes sont arrivés beaucoup plus tard, entre le 17e et le 20e siècle. Ils étaient probablement composés de voyageurs de la Méditerranée orientale et de l’Asie du Sud-Est. Cela ne date que de quelques centaines d’années.

« Le lac Roopkund fait depuis longtemps l’objet de spéculations sur l’identité de ces individus, ce qui les a amenés au lac Roopkund et comment ils sont morts », a déclaré Niraj Rai de l’Institut des Paléosciences Birbal Sahni, à Lucknow en Inde.

Niraj Rai a dit : « Nous espérons que cette étude représente la première de nombreuses analyses de ce site mystérieux. »

RECOMMANDÉ