Une mystérieuse épidémie de boutons touche les habitants du Grand Reims

Par Léonard Plantain
24 juin 2021
Mis à jour: 24 juin 2021

Cela fait une quinzaine de jours qu’un étrange mal touche de nombreux habitants du Grand Reims. En effet, des petits boutons très démangeant apparaissent sur leur corps, et difficile d’en découvrir l’origine.

Depuis quinze jours, à Reims, le sujet est sur toutes les lèvres : au travail, à l’école, dans les bars ou dans la rue, les petits boutons apparus subitement dans l’agglomération de Reims ne passent pas inaperçus. Depuis, que ces étranges piqûres soient serrées, dispersées ou en forme de plaques rouges, des témoignages ont afflué par centaines, a rapporté L’Union.

« J’ai une centaine de piqûres par bras », a déploré Eugénie. « Ça me démange sur tout le corps », a écrit Adam. De son côté, Antoine, habitant à Gueux, dénombre une cinquantaine de boutons sur lui, et plus d’une centaine pour sa femme « au niveau de la poitrine et des bras ». Idem pour Adeline, son conjoint et ses trois enfants, qui se sont fait « dévorer, c’est atroce », a-t-elle affirmé.

Mais le pire, c’est que ça dure : « Une semaine après, je continue toujours à me gratter à des endroits différents », a déploré Laëtitia. Jean-Baptiste, lui, y est indisposé depuis maintenant 2 semaines : « Certains boutons s’estompent tout juste, mais d’autres apparaissent », a-t-il soupiré.

Par ailleurs, citadins comme ruraux, tous sont logés à la même enseigne. Et en matière d’âge, pareil. « Je travaille dans une école maternelle et énormément d’enfants sont concernés ainsi que des collègues et certains membres de ma famille », a partagé Énola.

À noter que dans les vignes, les travailleurs semblent être une cible de choix. En effet, en pleine période de palissage, les bras des salariés sont rongés par les pustules. Le conjoint de Gwendoline est l’un d’entre eux : « Il n’arrive plus à dormir de la nuit tellement ça le gratte », a-t-elle indiqué. « Les images parlent plus que les mots ! » a commenté Juliette (ouvrière viticole), comme on peut le voir ci-dessous :

« Je suis depuis 1993 dans les vignes, je n’ai jamais eu ça. Ce n’est que l’année dernière que ça a commencé et cette année c’est pire », a assuré son confrère Nicolas.

Désormais, une question demeure : d’où viennent ces boutons ? « Il ne s’agit pas de punaises de lit ou autres insectes. Les photos comparatives sur internet ne correspondent pas. Nous avons changé les draps et la situation était identique la nuit suivante », a expliqué Antoine. Et du côté des puces de chat, « la vétérinaire n’en a pas détecté », a indiqué Sandrine.

Quant aux moustiques, fausse route là aussi. En effet, les répulsifs et autres moustiquaires n’ont visiblement aucun effet sur la propagation du phénomène. D’autant plus que « les piqûres ne ressemblaient pas à celles de moustiques », a estimé Laëtitia. « Elles démangent énormément mais ne gonflent pas », a également indiqué Lucie.

Et c’est sans compter que peu de traitements sont efficaces pour soulager les démangeaisons. « On a tout essayé : lavande, produit anti moustiques, citronnelle, habit long… rien n’y fait ! » a déploré Nicolas. « Même la pommade de la pharmacie ne fait rien », a ajouté Sabrina, qui comme tant d’autres aimerait enfin voir la fin du tunnel.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ