« N’abandonnez jamais » : l’amour et la patience d’une mère célibataire permettent à son fils autiste d’obtenir plus facilement son diplôme de crèche

Par Louise Bevan
1 janvier 2021
Mis à jour: 1 janvier 2021

Lorsque le fils d’une mère célibataire a été diagnostiqué à l’âge de 2 ans comme étant atteint d’un autisme de haut niveau, la perspective de l’élever seule était intimidante. Cependant, grâce à la recherche, à la persévérance et à beaucoup d’amour, mère et fils s’épanouissent aujourd’hui.

Michaëla Andrews, 27 ans, est tombée enceinte de son fils, Elijah, pendant sa première année d’études en finance. Le père d’Elijah ayant disparu, la jeune mère a sacrifié ses études pour trouver un emploi : elle travaille aujourd’hui comme assistante administrative dans une entreprise de construction.

(Avec l’aimable autorisation de Michaela Andrews)

Née au Cap, en Afrique du Sud, Michaëla a donné naissance à Elijah à Port Elizabeth, où elle réside depuis 12 ans. Alors que son fils grandissait, Michaëla a commencé à remarquer quelques signes indicateurs d’un problème.

« Je soupçonnais qu’Elijah était atteint de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité ou d’autisme », a envisagé Michaëla, en s’adressant à Epoch Times via la messagerie Facebook. « Je suis une personne qui aime lire et faire des recherches. »

(Avec l’aimable autorisation de Michaela Andrews)

Elijah ne dormait pas de la nuit quand il était bébé, mais il ne pouvait pas maintenir un contact visuel avec les autres. De plus, Elijah alignait méthodiquement ses jouets, marchait sur le bout des orteils et était extrêmement énergique.

À l’âge de 2 ans, Élie, qui pouvait prononcer des mots et former des phrases, est malheureusement devenu complètement muet. Ainsi, après de nombreuses recherches et des tests sur Google, Michaëla a pensé qu’il était atteint d’autisme.

« Quand je suis allée voir un spécialiste, celui-ci a diagnostiqué qu’il était autiste. C’était un sentiment de soulagement », a admis Michaëla, « j’ai fondu en larmes. »

« C’était le début de notre parcours à travers l’autisme, et c’était très intimidant », a ajouté Michaëla.

(Avec l’aimable autorisation de Michaela Andrews)

Cependant, promettant de faire tout ce qu’elle pouvait pour son fils, Michaëla a commencé à l’aider à retrouver la parole. La jeune mère a fait des photos de tout ce qui se trouvait dans la maison. Elle encourageait ensuite son fils à répéter des mots après elle. Lorsqu’il voulait quelque chose, elle lui demandait d’utiliser la parole avant de le lui donner. « La répétition est la clé pour les enfants autistes muets », a-t-elle expliqué.

Elle le motivait à parler même lorsqu’il était frustré.

Finalement, cinq mots sont devenus dix, puis, dix mots sont devenus une phrase. Six mois après être devenu muet, le petit garçon de Michaela a pu parler de nouveau à l’âge de 3 ans ; les images, devenues inutiles, ont été remisées.

Elijah, qui a d’abord fréquenté une école spécialisée, a été retiré par sa mère qui l’a inscrit dans une garderie Montessori après que Michaëla a remarqué l’intelligence du petit garçon tout en affirmant que l’attention individuelle, l’atmosphère et les professeurs lui permettaient d’avoir « ses manies », ce qui a fait des merveilles.

(Avec l’aimable autorisation de Michaela Andrews)

Son fils adore construire des puzzles, dit Michaëla, jouer avec la Play Station, et apprendre des choses sur les dinosaures, et peut se rappeler des faits les plus intéressants à leur sujet. « Il est très porté sur les gadgets, et je le vois faire aisément carrière dans l’informatique s’il continue comme ça », estime-t-elle.

Elijah a cependant souffert d’une anxiété extrême lorsqu’il était trop excité, mordant et frappant parfois sa mère par frustration, obligeant Michaëla à l’emmener voir des orthophonistes, des ergothérapeutes et des psychopédagogues pour l’aider à faire face, mais les frais déboursés augmentaient à mesure.

(Avec l’aimable autorisation de Michaela Andrews)

« J’ai toujours eu des difficultés financières en élevant Elijah en tant que mère célibataire », a déclaré Michaëla. « J’ai exercé plus d’un emploi à la fois pour pouvoir lui donner tout ce dont il avait besoin. »

La mère stoïque savait ce qu’elle voulait pour son fils et qu’elle ne l’abandonnerait pas. « Elijah a toujours été ma force », dit-elle, « voir son beau visage chaque matin me donnait la force de continuer. […] Il a toujours été un petit garçon très courageux et résistant. »

En retour, a estimé Michaëla, Élie lui a appris à aimer de manière désintéressée et à profiter des petits moments de la vie.

(Avec l’aimable autorisation de Michaela Andrews)

Le conseil de Michaëla aux autres parents d’enfants ayant des besoins particuliers est de ne jamais abandonner et de fêter chaque étape, aussi petite soit-elle. « Mieux vaut des progrès lents que l’absence de progrès », dit-elle.

Préconisant des interventions précoces, Michaëla recommande de rechercher des moyens d’aider les enfants en restant au sein de leur propre maison, car les parents sont « ceux qui aident le plus nos enfants à vivre dans ce monde fou et animé qui est le nôtre ».

(Avec l’aimable autorisation de Michaela Andrews)

Le 1er décembre, Michaëla a partagé l’histoire d’Elijah sur la page Facebook publique #ImStaying, soulignant qu’à l’âge de 5 ans, Elijah est diplômé de la garderie.

« Il peut parler, son anxiété est beaucoup moins grande, il n’a plus de crises majeures, et il ne me fait plus de mal », a déclaré Michaëla. « C’est le petit garçon le plus attentionné et le plus aimant qui soit. »

(Avec l’aimable autorisation de Michaela Andrews)

Elijah a fait d’énormes progrès depuis son diagnostic d’autisme.

« Des souvenirs de notre parcours me sont revenus et cela m’a fait sourire », a partagé Michaela avec Epoch Times. « Les gens me demandaient toujours comment je faisais, parce qu’il était extrêmement difficile. Il a encore ses moments compliqués et durs, mais je suis sa mère et je ne pourrai jamais abandonner mon bébé. »

NOUVEL HORIZON – La nouvelle mutation du Covid-19 inquiète

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ