Nancy : des clichés de soignants poussant les murs de l’hôpital pour répondre à la demande d’Emmanuel Macron font le buzz

Par Emmanuelle Bourdy
6 avril 2021
Mis à jour: 6 avril 2021

Des images montrant des soignants pousser les murs du CHRU de Nancy ont été publiées récemment. Largement diffusées sur les réseaux sociaux, elles représentaient une façon originale de répondre aux propos du président de la République Emmanuel Macron.

Le 31 mars 2021, Emmanuel Macron a demandé aux soignants de faire un effort pour « augmenter [leurs] capacités en réanimation », rapporte Actu.fr. Ces propos ont été malvenus dans ce contexte de crise sanitaire, alors que les soignants réclament de plus amples moyens, aussi bien techniques qu’au niveau du personnel pour y faire face. Non seulement ils n’arrivent jamais à les obtenir, mais de surcroît, ce problème dure depuis de nombreuses années déjà.

Profondément blessé devant le manque de soutien de l’État, le personnel hospitalier qui fait face à une énorme pression depuis le début de la pandémie a décidé de réagir. Mathieu Mattei, anesthésiste-réanimateur au CHRU de Nancy, a donc posté deux clichés sur Twitter. Dans le premier, on voit le personnel soignant pousser les murs d’un couloir de l’établissement et dans un autre, ils poussent le sol. Une façon humoristique de répondre à Emmanuel Macron, en lui montrant que pour « accueillir plus de patients en réanimation », ils doivent pousser les murs. Les clichés de Mathieu Mattei étaient accompagnés d’un message : « On obéit à notre président : on fait des efforts, on pousse les murs pour accueillir les 10 000 lits de réa. »

Mathieu Mattei ne s’attendait pas à un tel succès, le message qu’il souhaitait faire passer auprès des internautes a largement circulé. Ces images ont en effet été retweetées environ 26 000 fois et likées près de 100 000 fois.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ