Nantes : un policier met fin à ses jours avec son arme de service

Par Suzanne Durand
6 novembre 2019 Mis à jour: 6 novembre 2019

En poste à la brigade de surveillance des transports en commun à Nantes depuis 2017, un fonctionnaire de police s’est suicidé avec son arme de service à son domicile.

Lundi dernier, un policier âgé de 38 ans a mis fin à ses jours avec son arme de service. D’après Ouest France, il a été retrouvé chez lui au sud de Nantes en Loire-Atlantique.

Grégory G. était affecté à la brigade de surveillance des transports en commun  à Nantes depuis septembre 2017. Précédemment, il avait travaillé à Argenteuil dans le Val-d’Oise.

La police lui a rendu hommage sur Twitter. « Hier, un de nos policiers a choisi de nous quitter. Toutes nos pensées accompagnent ses proches ainsi que ses collègues de Nantes et d’Argenteuil ». Selon la police nationale, pour expliquer son geste, Grégory G. a laissé une lettre faisant référence à des problèmes personnels.

Un numéro unique, confidentiel et gratuit

Au mois de septembre 2019, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a annoncé la mise en place d’une plateforme téléphonique avec un numéro unique d’appel pour permettre aux policiers d’avoir un accès anonyme, confidentiel et gratuit, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 à des psychologues. Le numéro est le suivant : 08 05 23 04 05.

« Rien ne laissait présager ce passage à l’acte »

Dans son message publié sur les réseaux sociaux, la police nationale a eu une pensée pour les proches du défunt, mais aussi pour ses collègues, aussi bien ceux de Nantes que ceux qui ont travaillé avec lui à Argenteuil.

Le délégué du syndicat SGP Police-FO Pascal Demé a déclaré : « C’est important de pouvoir détecter les collègues en situation de fragilité, même si c’est quelque chose de très, très dur. Il y a aussi une psychologue à disposition au sein du commissariat. Est-ce que tout cela est suffisant ? Je ne sais pas. Un suicide, c’est toujours multifactoriel. Là, c’était quelqu’un de très discret et apprécié. Rien ne laissait présager ce passage à l’acte ».

Il s’agit du 55e suicide de policier en France depuis le début de l’année 2019.

RECOMMANDÉ