Nantes: une association récupère des poules prévues pour l’abattoir et vous propose de les adopter

Par Laurent Gey - Epoch Times
8 juillet 2019
Mis à jour: 12 juillet 2019

L’association « Poule pour tous » a été créée en 2017. Elle a déjà sauvé quelque 15 000 poules pondeuses promises à l’abattoir.

Les poules finissent souvent leur vie à l’abattoir à 18 mois. C’est triste quand même quand on sait qu’elles peuvent pondre jusqu’à l’âge de 5 ans ! Bien sûr, le temps passant, elles deviennent moins productives, et les élevages préfèrent ne pas s’en encombrer. Ils les remplacent alors par des poules plus jeunes.

Selon 20 minutes, Thomas Dano, âgé de 27 ans, s’est donné pour mission de sauver des poules en créant l’association « Poule pour tous ». L’idée lui est venue après que plusieurs d’entre elles se sont retrouvées entre les pattes d’un renard malveillant dans le jardin de ses parents à La Chapelle-sur-Erdre, une commune au nord de Nantes. Il s’est donc renseigné sur internet sur le destin dramatique qu’elles subissent dans les abattoirs, et du coup, il a acheté mille poules pondeuses.

« Au début, c’était un délire, il y avait des œufs partout ! Je me suis vite rendu compte que le champ de mes parents serait trop petit pour sauver tout le monde. Par contre, j’ai compris qu’il y avait un vrai besoin. Il fallait aller plus loin », explique Thomas Dano. Aujourd’hui, l’association raconte avoir déjà sauvé 15 000 gallinacés, la plupart dans le nord-ouest de la France.

« Certaines sont un peu moches car elles ont pu se prendre des coups de bec, mais elles se remplument très vite », confie Thomas. « À part ça, elles n’ont que des qualités : elles mangent vos déchets, vous font de beaux œufs et ce sont des animaux vachement drôles qui vous suivent partout ! Sans compter que les poules bio s’adaptent très bien au jardin ».

L’association rachète donc les poules aux éleveurs locaux avant de les revendre à des familles, désireuses de les accueillir chez elles. Elles coûtent 7 euros à l’unité, auxquels il faut ajouter 4 euros de frais de port.

Pour répondre aux demandes des familles, l’association, qui sauve principalement des poules rousses, vend aussi des oiseaux blancs, noirs ou gris.

Depuis sa création, le réseau de distribution de l’association s’est considérablement développé. « Poules pour tous » compte actuellement 50 dépôts qui accueillent ces gallinacés essentiellement dans le nord-est de la France, où les particuliers viennent les récupérer. Une croissance qui ne fait que commencer selon Thomas : « Nous avons pour but de créer des dépôts dans la France entière ».

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

RECOMMANDÉ