La NASA prévoit un voyage vers Psyche-16, un astéroïde entièrement composé d’or et de métaux

Par Léonard Plantain
22 janvier 2020
Mis à jour: 22 janvier 2020

Pour la NASA, dans les prochaines années, parmi les missions les plus attendues, celle concernant l’astéroïde « Psyche-16 » est certainement la plus en vue. La raison ? L’astéroïde abriterait une immense quantité d’or et de métaux précieux, et ce dernier sera bientôt accessible depuis un espace proche de la Terre.

En 2022, une sonde spéciale appelée « Psyche » sera lancée depuis le centre spatial Kennedy, en Floride, en direction d’un astéroïde composé entièrement d’or et de métaux précieux. La sonde, qui devrait arriver en orbite autour de l’astéroïde en 2026, après trois ans et demi de voyage, sera propulsée par l’énergie solaire.

Le but est de pouvoir étudier des « noyaux de fer », l’un des éléments indispensables à la formation d’une planète. Une occasion rare, car ce sera la première fois qu’un objet céleste, constitué uniquement de métal, et non pas de roche et de glace, pourra être étudié.

Cependant, sa valeur n’est pas seulement scientifique. Étant composé d’une immense quantité d’or, la NASA estime sa valeur à 700 quintillons de dollars, soit 700 milliards de mille milliards de milliards de dollars. Pour donner une idée de ce nombre ahurissant, si cette somme devait être réparti entre tous les habitants de la Terre, chaque humain recevrait 93 000 milliards de dollars.

La mission déployée pour se rendre sur Psyche-16 a été baptisée par la NASA « Psyche : voyage vers un monde de métal ». Grâce à cela, les scientifiques espèrent mieux comprendre ce qui se passe à l’intérieur d’une planète comme la Terre, dont le noyau possède des propriétés comparables à l’astéroïde. Une fois en orbite autour de l’astéroïde, la sonde passera 21 mois à l’observer.

Pour communiquer avec nous, la sonde enverra des données vers la Terre grâce à un nouveau type de laser, encodant les données en photons. Contrairement au signal radio utilisé jusqu’à présent, ce nouveau système va permettre d’envoyer une quantité de données bien supérieures à ce qui était possible précédemment.

Cet astéroïde a été découvert en 1852 par l’astronome Annibale de Gasparis, qui a cartographié et étudié ses propriétés. Cependant, au sujet de son exploitation minière, celle-ci ne sera possible que dans 50 ans. Pour beaucoup, il est inutile alors de spéculer. Car d’ici là, les lois humaines auront évoluées et de nombreux pays pourraient entrer dans la course pour son exploitation.

RECOMMANDÉ