« Ne pariez jamais contre moi » : Trump est confiant qu’il obtiendra les 270 votes du collège électoral

Par Jack Phillips
14 novembre 2020
Mis à jour: 14 novembre 2020

Dans une nouvelle interview, le président américain Donald Trump a déclaré être confiant qu’il obtiendra les 270 votes du collège électoral lorsque toutes les contestations judiciaires, enquêtes, vérifications et recomptages seront résolus.

Trump a déclaré au Washington Examiner qu’il avait entendu de nombreuses personnes lui dire ces derniers jours qu’il devait renoncer, mais qu’il allait continuer à se battre.

Il a lancé une petite mise en garde aux personnes qui lui ont dit que tout espoir était perdu : « Ne pariez jamais contre moi. »

« Nous allons gagner le Wisconsin », a déclaré Trump au Washington Examiner. « En Arizona — ce sera une affaire de 8 000 votes d’écart, et si nous pouvons faire un audit des millions de votes, nous trouverons facilement 8 000 votes. Si nous pouvons faire un audit, nous serons en bonne position là-bas. »

Pour la Géorgie, Trump a déclaré : « Nous allons la gagner […] parce que maintenant, nous avons quelque 10 000 ou 11 000 votes de retard, et nous allons vers un comptage manuel. » Trump faisait référence à l’annonce faite par le bureau du secrétaire d’État de Géorgie, stipulant qu’un recomptage manuel complet serait effectué.

« Rien ne vaut le recomptage manuel. Inspecter les engins électroniques ne sert à rien, vous récupérez 10 votes. Mais avec un comptage manuel des bulletins — je pense que nous allons gagner la Géorgie », a-t-il ajouté au journal.

Dans le Michigan et en Pennsylvanie, la stratégie juridique de sa campagne est axée sur la protestation contre l’exclusion des observateurs du GOP (Parti républicain, ou Grand Old Party) pendant les périodes critiques du comptage des votes, a déclaré M. Trump.

« Ils n’ont pas permis à nos observateurs et à nos vérificateurs du scrutin de regarder ou d’observer », a ajouté Trump. « C’est un gros problème. Ils devraient rejeter les votes qui ont eu lieu pendant les périodes où [les observateurs de Trump] n’étaient pas là. Nous sommes allés au tribunal, et le juge a ordonné le retour des observateurs, mais c’était deux jours plus tard, et des millions de votes ont pu être traités pendant ce temps. Des millions. Or nous n’avons que 50 000 voix de retard. »

Les secrétaires d’État de Pennsylvanie et du Michigan ont nié les allégations de l’équipe de Trump et des républicains selon lesquelles les observateurs n’étaient pas autorisés sur place.

Des travailleurs électoraux comptent les bulletins de vote au sein du département électoral du comté de Maricopa à Phoenix, Arizona, le 5 novembre 2020 (Olivier Touron/AFP via Getty Images)

Dans le Michigan, deux législateurs d’État du Parti républicain ont envoyé une lettre à la secrétaire d’État Jocelyn Benson en début de semaine et ont allégué qu’il y avait une série d’irrégularités et de possibles fraudes.

Leur lettre faisait référence à des allégations concernant des bulletins de vote non sécurisés arrivant au centre TCF de Détroit sans chaîne de contrôle et sans aucune enveloppe, disant qu’elle comprenait un lot d’environ 40 000 bulletins de vote arrivé tôt le 4 novembre, soit le lendemain du jour des élections. Ils ont également déclaré qu’il y a eu des rapports « d’intimidation et d’interférence illégale et officielle » avec les observateurs électoraux et les surveillants du scrutin, y compris le harcèlement des contestataires, une discrimination à l’égard des contestataires, le refus d’enregistrer les réclamations des contestataires, et même leur renvoi « dès qu’ils exprimaient poliment une contestation ».

Pendant ce temps, un tribunal de l’État de Pennsylvanie a jugé jeudi que la secrétaire d’État Kathy Boockvar avait indûment modifié la date limite sur une disposition clé d’identification des électeurs deux jours avant le jour du scrutin. La juge Mary Hannah Leavitt, qui s’est prononcée en faveur de l’équipe de campagne de Trump, a déclaré que certains bulletins de vote tardifs ne devraient pas être comptés dans l’État.

Plusieurs républicains et experts juridiques éminents ont déclaré que Trump est tout à fait dans son droit de porter des contestations judiciaires et que les Américains ne devraient pas s’en alarmer. Certains médias traditionnels et des démocrates de premier plan ont demandé à Trump d’abandonner les poursuites, tout en accusant le président de s’engager dans une rhétorique qui cherche à miner la crédibilité de l’élection.

« Les Américains ne devraient pas s’inquiéter de ces poursuites », a écrit Jed Shugerman, professeur à la Fordham Law School, pour le Washington Post. « En effet, nous devrions en être ravis. » M. Shugerman, cependant, a déclaré qu’il pense que certaines de ces poursuites seront rejetées par les tribunaux.

Plus tard dans l’interview, Trump a déclaré que la lutte pour le collège électoral pourrait aboutir dans quelques semaines. « Je ne sais pas. Probablement dans deux semaines, voire trois semaines », a déclaré Trump à propos d’un éventuel calendrier.

Focus sur la Chine – Près de 600 grandes entreprises chinoises en crise

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ