Négligés par les autorités, les habitants se chargent des secours dans le centre de la Chine touché par les inondations

Par Eva Fu
28 juillet 2021
Mis à jour: 28 juillet 2021

Deux jours et deux nuits. C’est le temps qu’il a fallu à plus de 400 villageois d’une ville chinoise inondée pour élever les murs d’un barrage afin de protéger leurs maisons de la montée des eaux. Il n’a fallu que quelques heures aux autorités pour le démolir.

Lorsque les villageois ont protesté, les autorités les ont aspergés de gaz poivré.

Une fois les fortifications démantelées, les courants de crue ont balayé le village sans entrave, submergeant les cultures dans une eau d’environ 1,5 mètre de profondeur et provoquant une panne d’électricité et d’eau.

Une villageoise, Wang Yan (pseudonyme), a pleuré en racontant à Epoch Times le spectacle désespéré de sa ville natale de Qimen dans le Henan, la province du centre de la Chine actuellement inondée par les crues.

« Ce que je vous ai raconté sont des faits, mais ce contenu ne peut pas être publié sur Douyin », a-t-elle déclaré dans une entrevue, en référence au nom chinois de l’application de partage de vidéos TikTok.

Les autorités ont également libéré de l’eau supplémentaire en amont, selon Wang et un autre villageois, Li Liang (pseudonyme), qui a décrit l’état actuel du village comme une île isolée.

« Le seul espoir des villageois est que l’amont déverse moins d’eau et n’arrive pas trop vite, afin que l’aval ait le temps d’évacuer un peu d’eau », a déclaré Wang. Sinon, « nous sommes condamnés ».

À ce jour, les inondations ont touché environ 12,9 millions de personnes, soit à peu près une personne sur neuf dans la province, et ont détruit environ 108 000 hectares de cultures, selon les données officielles. Selon Wang et beaucoup d’autres, la réponse des autorités aux catastrophes, ou leur manque de réponse, a aggravé leurs malheurs.

Des voitures sont prises dans les eaux de crue à Zhengzhou, dans la province centrale du Henan, en Chine, le 22 juillet 2021. (Noel Celis/AFP via Getty Images)

Le défi des dons

La Société de la Croix-Rouge de Chine, soutenue par le gouvernement et non affiliée au Comité international de la Croix-Rouge, a également été accusée de manquer de transparence.

Qiu Kai, un homme d’affaires de Zhengzhou, capitale et plus grande ville du Henan, a d’abord vu que la Croix-Rouge avait choisi d’envoyer des colis de secours pour les inondations au nom d’une coalition d’entreprises. Après s’être entretenu avec un responsable de la Croix-Rouge du Henan, il a fait un don d’un million de yuans (130 585 euros), étant entendu qu’il aurait le contrôle de la manière dont l’argent serait dépensé. Mais une fois l’argent envoyé, il n’a reçu qu’un reçu de l’organisation.

Frustré, il a demandé un remboursement au responsable de l’organisation caritative, qui lui a répondu qu’il était « impuissant » et « ne pouvait pas s’en occuper ». « Peut-être l’année prochaine », a dit la personne à Qiu. Il a annulé le dépôt de dons par frustration.

La Croix-Rouge chinoise est en proie à des problèmes de crédibilité depuis des années. Elle s’efforce de regagner la confiance des gens depuis 2008, année où elle a mal géré les dons destinés aux survivants d’un tremblement de terre de magnitude 8 dans la province du Sichuan, dans le sud-est de la Chine.

Qiu a acheté des bateaux, des pompes à eau, des gilets de sauvetage, des bouées et des cordes pour un total de plus de 50 000 yuans (6 528 euros), qu’il avait prévu de donner aux autorités locales, a-t-il dit. Mais il a été refoulé à chaque fois.

« Personne n’était là pour recevoir les marchandises », a-t-il déclaré à Epoch Times. « Il n’y avait personne pour recevoir les articles ni pour signer. »

Qiu a passé sept heures dans un seul centre de gestion des urgences.

Il a fini par appeler le maire de la ville et d’autres responsables, mais il a été éconduit. L’un des responsables lui a dit que la ville était « relativement stable maintenant et que vous pouviez envoyer ces articles aux endroits qui en ont le plus besoin ».

« J’ai parlé jusqu’à ce que je sois épuisé », a déclaré Qiu.

Une grande partie des colis de secours se trouve maintenant dans un entrepôt.

L’aide de Pékin « n’était nulle part »

Des dizaines d’équipes de secours d’initiative civile sont arrivées dans la province pour proposer leur aide.

Zhang Ye (pseudonyme) fait partie d’une équipe de secours de la province voisine de Hunan. Zhang Ye explique qu’ils se rendent dans chaque maison ravagée par les inondations pour voir s’il y a quelqu’un à l’intérieur. Ils emmènent ensuite les habitants dans une zone plus sûre où des volontaires locaux prennent le relais.

Les autorités « n’étaient nulle part » lors des opérations de sauvetage, a-t-il déclaré à Epoch Times.

Les villageois les ont accueillis avec enthousiasme, a déclaré Zhang, notant que des enfants locaux leur ont servi de guide.

Une équipe de bénévoles aide à secourir les villageois touchés par les inondations dans la ville de Xinxiang, dans la province du Henan, en Chine, le 25 juillet 2021. (Photo fournie à Epoch Times)

Avec l’aide des villageois, le 25 juillet, son équipe a secouru environ 236 personnes bloquées dans un village, certaines depuis leur toit.

« Les gens nous indiquent où passer, nous allons voir partout où c’est nécessaire », explique Zhang.

Dans la nuit de samedi à dimanche, le groupe de Zhang a dû quitter le logement fourni par la population locale en raison de l’arrivée des eaux de crue.

Ils se sont installés dans une station-service située au point le plus élevé du village. Les habitants leur ont envoyé des œufs frais et des couvertures.

« Les villageois ne voulaient pas que nous partions, et nous leur avons dit que nous ne le ferions pas », a déclaré Zhang.

Ils se sont endormis pendant un court moment. Lorsqu’ils se sont levés vers 4 heures du matin, tout le monde avait une couverture sur soi, grâce à la générosité des villageois.

Cela montrait à quel point leur travail était « indispensable », a déclaré Zhang, notant qu’ils faisaient simplement « ce qu’ils pouvaient ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ