Nestlé reconnaît que 60 % de ses produits de consommation et boissons ne sont pas jugés bon pour la santé

Par Emmanuelle Bourdy
3 juin 2021
Mis à jour: 3 juin 2021

Le Financial Times a révélé que 60 % des produits Nestlé ne sont pas bons pour la santé. Cette annonce fait suite à une fuite de document provenant du groupe suisse, qui tente désormais de redorer son blason, ainsi qu’il l’a annoncé ce lundi 31 mai.

« Certaines de nos catégories ne seront jamais saines »

C’est un article du Financial Times qui a mis en lumière les coulisses du groupe Nestlé. Le journal a eu accès au contenu d’une présentation diffusée aux cadres dirigeants en interne. Lors de cette réunion, le géant de l’alimentation affirmait que plus de 60 % de ses produits ne sont pas sains. En effet, ces grands produits de consommation et boissons ne sont pas jugés bons pour la santé, selon un système de notation australien, correspondant à notre nutri-score français. « Certaines de nos catégories ne seront jamais saines », ont d’ailleurs reconnu les dirigeants du groupe Nestlé eux-mêmes, et cela quelle que soit la façon dont le groupe reformule les produits concernés, ainsi que le précise le quotidien britannique des affaires.

Ce pourcentage de 60 % qui ne correspond pas à la « définition de santé » ne concerne cependant ni la nutrition infantile, ni le café, ni les produits pour animaux de compagnie, ni la nutrition médicale. Par ailleurs, seulement 37 % des produits et boissons de Nestlé ont obtenu une note supérieure à 3,5 étoiles sur 5. Pour obtenir l’étiquette « bon pour la santé », un produit doit avoir une note supérieure à 3,5, toujours selon le système de notation australien.

Nestlé adopte une nouvelle stratégie…

Pour faire peau neuve, ainsi que le souligne encore le Financial Times, « les dirigeants de Nestlé sont en train d’examiner quels nouveaux engagements prendre sur la nutrition ». Le plan adopté sera dévoilé cette année, et il s’inscrit dans une grande réorganisation qui a débuté il y a cinq ans, qui privilégie les alternatives végétariennes plutôt que la viande ou le lait.

« Nous nous concentrons d’abord sur la partie de notre portefeuille d’aliments et de boissons qui peut être mesurée à l’aide de systèmes externes sur le profil des nutriments », a confirmé la porte-parole du groupe à l’AFP, faisant référence au système australien et au nutri-score.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ