Neuf militants de Hong Kong sont condamnés à une peine de prison pour leur participation à la veillée aux chandelles de 2020 commémorant Tiananmen

Des peines de 6 à 10 mois de prison pour ces Hongkongais
Par Mimi Nguyen-ly
16 septembre 2021
Mis à jour: 16 septembre 2021

Neuf militants pro-démocratie de Hong Kong ont été condamnés à des peines de prison allant de 6 à 10 mois le 15 septembre après avoir plaidé coupable d’avoir participé à une veillée aux chandelles en 2020 pour commémorer le massacre de la place Tiananmen.

Trois autres personnes ont été condamnées à des peines avec sursis pour la même accusation d’avoir participé au rassemblement non autorisé dans le parc Victoria de la ville le 4 juin 2020.

L’événement normalement annuel a été interdit en 2020 et 2021 par la police de Hong Kong, qui a invoqué des inquiétudes quant à la propagation du virus du PCC (virus du Parti communiste chinois).

Malgré cela, des milliers d’habitants ont bravé l’interdiction et se sont rassemblés pour la veillée 2020 afin de commémorer les événements des 3 et 4 juin 1989, qui ont coûté la vie à des centaines, voire des milliers d’innocents après que le PCC a ordonné à ses troupes d’ouvrir le feu sur les militants pro-démocratie sur la place Tiananmen à Pékin.

Le 9 septembre, les 12 militants pro-démocratie ont plaidé coupable pour avoir participé à la veillée de 2020. Sept d’entre eux ont été accusés d’avoir incité d’autres personnes à participer à l’événement.

Des activistes participent à une veillée aux chandelles dans le parc Victoria à Hong Kong, le 4 juin 2020. (Isaac Lawrence/AFP via Getty Images)

« Les défendeurs ont ignoré et minimisé une véritable crise de santé publique », a déclaré la juge du tribunal de district Amanda Woodcock le 15 septembre, rapporte Reuters.

« Ils ont cru à tort et avec arrogance que leur objectif commun était plus important que la protection de la communauté ou le droit du public à être protégé d’un risque sanitaire grave. »

Même si elle porte une certaine attention à l’événement du 4 juin, elle affirme que « d’autres alternatives et options créatives étaient à envisager, comme une veillée interactive en ligne » auxquelles les organisateurs auraient pu songer, a rapporté le Hong Kong Free Press.

« Je considère qu’une peine dissuasive et punitive est appropriée », a-t-elle dit.

Yamini Mishra, directrice du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International, a condamné la sentence prononcée à l’égard des 12 Hongkongais en la qualifiant de « nouvelle attaque scandaleuse contre les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique ».

Elle a affirmé dans une déclaration que les 12 n’avaient « commis aucun crime internationalement reconnaissable ».

« Le pire est peut-être à venir pour les organisateurs de la veillée – dont certains font également l’objet d’accusations plus graves, mais non moins fallacieuses, de ‘sécurité nationale' », a-t-elle dit.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ