Ce que les neurosciences peuvent nous apprendre pour mieux vieillir

Un neuroscientifique explique comment notre cerveau vieillit, et fournit des conseils pour gagner en vitalité et en bonheur
Par Epoch Times
3 mars 2020
Mis à jour: 3 mars 2020

Il y a environ 13 ans, j’ai vu ma mère, très active, mourir lentement de la démence à corps de Lewy. Pour moi, c’était un appel au réveil. S’il y avait quelque chose que je pouvais faire pour rester en bonne santé moi-même, pour éviter le lent déclin d’un cerveau vieillissant, je voulais le faire. Mais qu’est-ce qui nous aide vraiment à rester alertes plus longtemps ? Et comment pouvons-nous séparer les mythes des conseils solides et factuels sur le vieillissement ?

Daniel Levitin est l’auteur du livre Successful Aging: A Neuroscientist Explores the Power and Potential of Our Live[Vieillir avec succès : un neuroscientifique explore le pouvoir et le potentiel de nos vies].

Daniel Levitin est neuroscientifique, psychologue, professeur émérite à l’Université McGill à Montréal et membre du corps professoral de l’Université de la Californie à Berkeley. Son livre très recherché fournit des informations fascinantes sur la façon dont nos expériences de la petite enfance, nos personnalités, nos relations sociales et nos modes de vie influencent tous le développement de notre cerveau, dissipant les mythes tenaces autour de l’inévitabilité du déclin cognitif. Mettant en garde contre l’âgisme et mettant en évidence les dons uniques des personnes âgées, Daniel nous montre ce que nous pouvons tous faire pour devenir plus alertes, plus heureux et plus sages à mesure que nous vieillissons.

J’ai récemment parlé avec Daniel de son livre et de ce que nous pouvons en apprendre. Voici une version éditée de notre conversation.

Jill Suttie : Quelles sont les découvertes en neurosciences sur le vieillissement et le cerveau qui vous ont le plus surpris ?

Daniel Levitin : Eh bien, il y en a tellement. Mais il y a le mythe de la mémoire défaillante. Bien que certaines personnes aient une mémoire défaillante, ce n’est pas inévitable, tout le monde ne subit pas de décomposition de la mémoire.

Parfois, la différence réside dans les histoires que nous nous racontons. Quand j’ai enseigné à Berkeley et à McGill, j’avais des jeunes de 19 ans qui perdaient tout le temps leurs téléphones portables ou perdaient leurs lunettes ou se présentaient dans la mauvaise classe ou oubliaient le jour de l’examen. À 70 ans, vous risquez également de manquer des rendez-vous ou de vous retrouver dans la cuisine sans savoir pourquoi vous êtes là, oublier des noms ou perdre votre téléphone portable. Mais, alors que le jeune de 20 ans dit : « Bon, je dois dormir plus de cinq heures » ou « J’ai beaucoup de pain sur la planche », à 70 ans, vous pensez que vous devez avoir la maladie d’Alzheimer. C’est le même comportement, juste un récit différent.

Jill : Vous écrivez dans votre livre que l’une des clefs d’une vie heureuse et productive est la personnalité, et que nous pouvons réellement changer notre personnalité. Comment fait-on cela ?

M. Levitin : Statistiquement parlant, les deux corrélations de personnalité les plus importantes qui prédisent un vieillissement réussi sont la conscience et l’ouverture à l’expérience.

La conscience est un ensemble de traits qui ont à voir avec la fiabilité, faire ce que vous direz que vous ferez, être proactif. Une personne consciencieuse appelle le médecin lorsqu’elle est malade et lorsque le médecin prescrit des médicaments, elle les prend. Nous pourrions prendre ces choses pour acquises, vous et moi ; mais beaucoup de gens ne font pas ces choses. Une personne consciencieuse a tendance à ne pas vivre au-dessus de ses moyens et met de côté un peu d’argent pour un jour de pluie ou pour sa retraite. Toutes ces choses sont en corrélation avec une vie saine et longue.

L’ouverture, c’est vouloir essayer de nouvelles choses et être ouvert à de nouvelles idées et de nouvelles façons de faire. C’est de plus en plus important à mesure que nous vieillissons, parce que nous avons tendance à vouloir ne pas faire de nouvelles choses, à faire simplement les choses que nous avons toujours faites, et cela peut provoquer un déclin cognitif plus rapide. Nous devons juste être conscients et lutter contre la complaisance de faire la même chose. Il est important de s’entourer de nouvelles personnes, des jeunes, et d’essayer de nouvelles choses. Non pas des choses dangereuses, mais de nouvelles choses.

En termes de conscience, parfois un événement de la vie vous poussera à le faire, comme recevoir un diagnostic de diabète, où vous devez réellement changer votre style de vie ou mourir. Et, comme vous le savez, la thérapie fonctionne. Tous les thérapeutes ne travaillent pas bien avec chaque patient, mais nous savons maintenant que depuis cent ans de psychothérapie, vous pouvez changer votre personnalité à tout âge. C’est ça, la psychothérapie.

Jill : Beaucoup d’entre nous savent que l’exercice est bon pour notre cœur et notre cerveau. Mais vous recommandez des façons spécifiques de faire de l’exercice pour garder jeune votre cerveau, comme la randonnée qui nécessite des compétences en orientation. Pourquoi ?

M. Levitin: L’exercice robotique est certainement bon, j’ai un vélo elliptique et je l’utilise. J’aime augmenter mon rythme cardiaque et oxygéner le sang. Et c’est bon pour le cerveau. Mais c’est surtout une question de santé cardiaque.

Si vous parlez de la santé du cerveau, l’hippocampe, la structure cérébrale qui assure la mémoire, nous aide à nous rappeler où nous allons, afin que nous puissions nous diriger vers la nourriture, les copains et loin du danger. Si nous ne gardons pas cette partie exercée, nous le faisons à nos risques et périls. L’hippocampe peut s’atrophier.

Être dehors, c’est bien, parce que tout peut arriver. Vous devez rester sur vos gardes dans une certaine mesure. Vous rencontrez des brindilles, des racines, des roches et des animaux ; vous avez des branches à éviter. Tout ce genre de choses est essentiel pour garder un cerveau jeune.

Si vous ne pouvez pas marcher, si vous êtes en fauteuil roulant, par exemple, même se promener est très utile, si vous pouvez le faire. Et il y a maintenant des preuves que les environnements de réalité virtuelle exercent également le cerveau dans une certaine mesure.

Jill : Et les conseils diététiques ? Des suppléments ou des régimes particuliers nous aident-ils à bien vieillir ?

M. Levitin: Ayant maintenant passé beaucoup de temps à examiner tous les articles examinés par des pairs sur l’alimentation et à parler à des gens qui sont profondément dans le domaine de la nutrition et de l’alimentation, je peux dire qu’il n’y a pas de régime magique. Et il est en quelque sorte logique qu’il n’y en ait pas, car il existe des centaines de régimes différents, et si l’un d’entre eux était clairement supérieur aux autres, nous le saurions maintenant.

Le meilleur conseil concernant l’alimentation vient de Michael Pollan de UC Berkeley : Mangez une variété d’aliments et mangez plus de plantes que vous n’en mangez probablement. Ce serait une folie de dire que vous ne devriez jamais avoir de crème glacée ou que vous devriez éliminer les glucides ou les graisses animales. Les graisses sont essentielles à la myélinisation des neurones et à la formation d’acides aminés dans le cerveau. Donc, tous, avec modération, sont une partie importante d’une alimentation saine.

Jill : Beaucoup de personnes âgées souffrent de maux et de douleurs, parfois chroniques. Dans votre livre, vous écrivez que la façon dont nous souffrons de la douleur est en partie déterminée par ce que la douleur signifie pour nous. Pouvez-vous expliquer pourquoi cela est pertinent pour gérer la douleur avec l’âge ?

M. Levitin: Cela concerne les neurosciences de la douleur. Si vous avez une pierre dans votre chaussure, cela peut être très désagréable, non ? Mais, si vous êtes sur une table de massage et que quelqu’un applique exactement la même pression au même endroit, vous ne la trouverez pas désagréable. Encore une fois, cela revient aux histoires que nous nous racontons sur notre douleur.

Une douleur chronique qui ne semble pas avoir de raison et sur laquelle vous ne semblez pas pouvoir agir est débilitante. Mais les moines bouddhistes et autres pratiquants de méditation ont pu surmonter cela. Cela ne signifie pas que cela ne fait plus mal, mais vous pouvez arriver au point où cela ne vous agace pas. En fait, une étude a récemment montré que les moines qui avaient médité plus de 20 000 heures pouvaient se préparer à une douleur imminente et ne pas en souffrir. Chacun de nous peut pratiquer certaines techniques d’entraînement mental, que ce soit le yoga ou la méditation ou tout ce qui fonctionne pour vous.

Maintenant, il y a certainement une douleur qui ne se prête pas à cela, et il y a beaucoup de personnes souffrant de douleur chronique, et cela peut être terrible. Le fait est que la médecine est très mauvaise pour traiter la douleur chronique. C’est une frontière importante que nous devons aborder. Comme je le souligne dans le livre, la grande majorité du financement de la recherche médicale sert à maintenir les gens en vie plus longtemps, et non à garder les gens en meilleure santé ou plus heureux. Et c’est un problème.

Jill : Qu’en est-il du rôle de la gratitude pour bien vieillir ?

M. Levitin : La gratitude est probablement l’émotion la plus délaissée et la plus mal comprise. Cela s’applique pour tous les âges. La clé du bonheur, selon beaucoup, comme Herb Simon, lauréat du prix Nobel, et Warren Buffet, l’Oracle d’Omaha, est d’être satisfait de ce que vous avez. M. Simon a appelé cela « être satisfait ». Vous n’avez pas besoin d’avoir le meilleur de tout. Il suffit d’en avoir assez.

Si vous pouvez être reconnaissant de ce que vous avez, et non obsédé par ce que vous n’avez pas, vous êtes une personne heureuse. Si vous regardez constamment ce que vous n’avez pas, vous n’êtes pas heureux. Il y a quand même un certain effort qui est important pour faire avancer les choses et être productif. Mais vous devez trouver un équilibre.

Jill : Vous dites dans le livre que les personnes âgées ont des forces cognitives particulières. Pouvez-vous en parler ?

M. Levitin:  En général, les personnes âgées ont acquis plus d’informations et d’expérience de vie, simplement parce qu’elles ont vécu plus longtemps. Cela conduit à une capacité accrue d’extraire des schémas, de voir des similitudes dans les circonstances et les situations, ce qui peut conduire à une meilleure prise de décision et une meilleure résolution des problèmes.

Je dis toujours que si vous devez consulter un radiologue, parce que vous avez trouvé une excroissance ou quelque chose comme ça, vous voudrez que ce soit un radiologue de 70 ans qui lise la radiographie, pas un trentenaire. Vous voudrez que quelqu’un ait beaucoup d’expérience et beaucoup de commentaires sur son analyse, pour que celle-ci soit précise.

Jill : Dans votre livre, vous utilisez l’acronyme COACH : conscience, ouverture, affiliations, curiosité et mode de vie sain [h pour healthy lifestyle]. Nous avons déjà parlé de bon nombre de ces éléments. Diriez-vous que ce sont les clés essentielles d’un vieillissement réussi ?

M. Levitin: Eh bien, si vous n’avez pas lu le livre, cela semble un peu superficiel, comme les conseils que vous avez reçus tout au long. Si vous avez lu le livre, je pense qu’il prend une profondeur et un sens nouveaux. Mais, oui, travailler pour être consciencieux, être ouvert à de nouvelles expériences, garder vos relations avec d’autres actives, en particulier les jeunes, être curieux et suivre des pratiques saines, qui comprennent l’alimentation, une bonne hygiène de sommeil et l’exercice physique, sont tous importants.

Il est également bon de se rappeler que les gens ont tendance à devenir plus heureux après l’âge de 50 ans. Dans plus de 60 pays, le bonheur atteint son apogée lorsqu’ils ont 80 ans. Nous avons tendance à penser : « Oh mon Dieu, quand j’aurai 80 ans, je serai misérable » et nous connaissons tous des personnes de 80 ans qui sont misérables. Mais les données et les statistiques montrent que ce n’est pas la norme. Les gens sont en fait, en général, plus heureux en vieillissant.

Dans l’ensemble, en tant que société, nous devons changer la conversation sur le vieillissement et cesser de marginaliser les personnes âgées. Nous devons créer une société dans laquelle les personnes âgées sont valorisées pour leur expérience et intégrées davantage dans la vie quotidienne. C’est une excellente ressource inexploitée.

Jill Suttie, Psy.D., est la rédactrice en chef de la revue de livres de Greater Good et elle contribue fréquemment au magazine. Cet article a été initialement publié par le magazine en ligne Greater Good.

RECOMMANDÉ