La nomination de la Chine au Conseil des droits de l’homme de l’ONU suscite de vives critiques

Par Cathy He
5 avril 2020
Mis à jour: 6 avril 2020

Le régime chinois a été désigné par un panel du Conseil des droits de l’homme des Nations unies (ONU), chargé de soutenir la sélection d’enquêteurs de ce dernier – malgré son long historique de graves violations des droits des groupes religieux, des dissidents et des minorités ethniques.

Le 1er avril, Jiang Duan, ministre à la mission chinoise auprès des Nations unies à Genève, a été nommé comme représentant de la région Asie-Pacifique du groupe consultatif de cinq membres du Conseil.

Le groupe sélectionne des candidats comme experts indépendants chargés d’enquêter et de faire rapport sur la situation des droits de l’homme dans des pays spécifiques ou sur des questions telles que la liberté religieuse ou la liberté d’expression.

Cette nomination a été décriée par U.N. Watch, un groupe de défense des droits de l’homme basé à Genève,  qui l’a qualifiée d’« absurde et immorale ».

« Permettre au régime répressif et inhumain de la Chine de choisir les enquêteurs mondiaux sur la liberté d’expression, la détention arbitraire et les disparitions forcées équivaut à désigner un pyromane comme chef des pompiers d’une ville », a déclaré M. Hillel Neuer, directeur exécutif de U.N. Watch, dans un communiqué de presse du 2 avril.

Les États-Unis et les organismes de défense des droits dénoncent régulièrement le Parti communiste chinois comme l’un des principaux auteurs de violations des droits de l’homme et des libertés religieuses. En plus de persécuter des groupes religieux tels que les pratiquants de Falun Gong, les chrétiens, les bouddhistes tibétains et les musulmans ouïghours, il réprime également ceux qui le critiquent ou qui s’expriment sur des questions jugées sensibles par le régime socialiste.

Au début de l’épidémie à Wuhan, les autorités chinoises ont réduit au silence les médecins qui ont tenté de sonner l’alarme sur l’existence de ce virus et les ont accusés de « répandre des rumeurs ».

COUVERTURE SPÉCIALE  SUR LE VIRUS DU PCC

« Alors que le monde souffre de la pandémie mortelle de coronavirus qui s’est propagée comme une traînée de poudre à Wuhan et que la Chine a réduit au silence les médecins, les journalistes et les autres citoyens qui ont tenté de lancer l’alerte, par quelle logique le régime de Pékin peut-il être impliqué dans le choix du prochain organe de surveillance mondial des Nations unies sur le droit à la santé ? », a demandé M. Neuer.

Au fil des ans, la composition du Conseil des droits de l’homme, qui compte 47 pays, a attiré l’attention. En 2018, les États-Unis se sont retirés de cet organe, l’ambassadeur des Nations unies de l’époque, Nikki Haley, le qualifiant de « protecteur d’auteurs de violations des droits de l’homme et de sanctuaire de préjugés politiques ».

« Le Conseil des droits de l’homme est devenu un exercice d’hypocrisie éhontée, qui ignore un grand nombre des pires violations des droits de l’homme dans le monde et où siègent certains des plus graves contrevenants », a déclaré à l’époque le secrétaire d’État américain Mike Pompeo.

Il a cité la Chine, Cuba et le Venezuela parmi les pays commettant les pires violations des droits de l’homme et qui siègent au Conseil.

RECOMMANDÉ