Nord : 250 concessions funéraires vandalisées et pillées dans un cimetière communal

Par Séraphin Parmentier
8 août 2019 Mis à jour: 8 août 2019

Les pillards ont ciblé les objets en bronze qui décoraient les tombes et les cases du colombarium où reposent les urnes funéraires.

Un peu plus de 250 concessions, tombes ou urnes funéraires du cimetière municipal de Marquette-lez-Lille ont fait l’objet de déprédations le week-end dernier. Les malfrats ont ciblé les vases en bronze destinés à accueillir les fleurs qui sont scellés sur les cases du colombarium, un lieu où sont déposées dans des niches les urnes contenant les cendres des défunts.

« Les individus y sont allés au pied de biche pour desceller ces vases », a expliqué Jean-Michel Deplanque, l’adjoint au maire chargé du cimetière, dans les colonnes de La Voix du Nord. « Quand nous sommes arrivés pour constater les vols, c’était un chantier ! Les fleurs, par exemple, avaient été jetées à terre. […] Nous avons récupéré les fleurs et les autres objets laissés par les voleurs. Les familles peuvent venir les chercher à la maison du gardien », ajoute M. Deplanque.

Si 220 cases funéraires ont été dégradées et pillées sur les 300 que compte le cimetière, une trentaine de tombes ont également subi des vols « de vases en bronze, de statues, mais aussi de croix funéraires », rapportent les journalistes de La Voix du Nord. « Pour desceller certaines croix, ils n’ont pas hésité à faire tomber ou casser des plaques de marbres », souligne Jean-Michel Deplanque.

« J’invite chacun à se signaler auprès de la ville »

Le cimetière de Marquette-lez-Lille a dû être fermé le lundi 5 août afin que la police puisse procéder aux constations d’usage et que les services de la ville remettent les lieux en état. Si la commune va déposer plainte, elle invite les familles victimes de vols à en faire autant et à prendre contact avec la municipalité afin de faciliter les procédures administratives.

« J’invite chacun à se signaler également auprès de la ville. D’une part, parce qu’il y a peut-être des tombes qui ont été dégradées sans que l’on s’en soit aperçu, mais aussi parce que l’on pourrait s’entendre avec une entreprise funéraire pour pouvoir remettre des vases en place à moindre coût », explique l’adjoint au maire en charge du cimetière.

RECOMMANDÉ