Nord : un « pêcheur à l’aimant » remonte un véritable coffre aux trésors

Par Léonard Plantain
2 septembre 2021
Mis à jour: 2 septembre 2021

Il y a quelques semaines, alors qu’il avait l’habitude de remonter des objets sans valeur, un pêcheur à l’aimant est tombé sur un coffre intrigant. En mauvais état à première vue, ce dernier renfermait en réalité plusieurs objets de valeur !

Habitant de Neuville-sur-Escaut (Nord) et ayant commencé la pêche à l’aimant il y a peu, un homme a eu une chance incroyable, a rapporté La Voix du Nord. Il y a quelques semaines, cet habitant s’est rendu avec son fils sur le canal qui surplombe la commune pour une séance de pêche à l’aimant. Et si, d’habitude, il ne remonte que des objets sans valeur, comme « un chariot, un vélo ou des lames de rasoir », cette fois, il est parvenu à remonter deux petits coffres.

Dans le premier coffre, l’homme n’a rien trouvé. Mais dans le deuxième, qui était à moitié ouvert, l’homme a découvert des montres et des pièces, a rapporté Capital. Au début, « c’était complètement collé au coffre, tout était plein de vase et de cailloux. On ne reconnaissait pas ce que c’était », a-t-il partagé. Il a alors appelé la police pour faire part de sa découverte, cependant, on lui a indiqué que vu l’état du coffre, « ce n’était pas la peine », a-t-il précisé.

Par curiosité, et dans l’espoir de trouver quelque chose, il s’est alors mis à nettoyer tous les éléments qui se trouvaient dans le coffre. « Le plus long, ça a été de les faire tremper. Puis d’enlever la noirceur croûte par croûte », a-t-il expliqué. Une fois fait, à sa grande surprise, il a découvert une « montre Cartier » datant de 1982, « une montre Bulgari » et des pièces remontant jusqu’aux « années 1960 ».

Après un tour chez un bijoutier, ce dernier lui a indiqué que tout était bien authentique. À l’intérieur se trouvait également une loupe très ancienne, peut-être en « or de 9 ou 18 carats ». Aussi, « lorsqu’on appuie sur le mécanisme, elle se transforme en lunettes de théâtre », a-t-il détaillé.

Pour rappel, selon la loi, toute trouvaille d’un trésor « appartient à celui qui le trouve sur son propre fonds », néanmoins, lorsqu’il l’est sur le fonds d’autrui, « il appartient pour moitié à celui qui l’a découvert, et pour l’autre moitié au propriétaire de fonds ». De plus, lorsqu’on découvre quelque chose avec un détecteur de métaux ou une pêche à l’aimant, toutes les trouvailles doivent aller à l’État.

Mais pour l’heure, le pêcheur à l’aimant compte garder le trésor, non pas pour s’enrichir et le revendre, mais pour « mener des recherches afin de pouvoir remonter à son propriétaire », a-t-il conclu.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ