Normandie : à 94 ans, Yvonne conduit la même Peugeot 203 qu’elle a acheté en 1954

Par Laurent Gey - Epoch Times
2 septembre 2019 Mis à jour: 2 septembre 2019

À 94 ans, Yvonne Abgrall, habitante de Norolles dans le Calvados, conduit le même véhicule depuis soixante-cinq ans. C’est une Peugeot 203 qu’elle a achetée en 1954.

À 94 ans, Yvonne habite un petit village du Calvados en Normandie. Sa voiture, une magnifique Peugeot 203 a 65 ans et roule toujours.  Yvonne Abgrall a acheté son véhicule en 1954 afin de pouvoir livrer son beurre dans le bocage normand. Elle avait coûté 635 000 francs de l’époque.

Elle l’utilise pour aller faire ses courses toutes les deux ou trois semaines et pour des sorties entre amis : « Ma voiture m’est indispensable, je serais malheureuse sans elle », raconte-t-elle à Paris-Normandie. Elle a été aussi le sujet d’un reportage sur France 2.

Au Parisien, elle dit qu’elle ne comprend pas pourquoi les gendarmes sont stupéfaits à chaque contrôle de routine. « La dernière fois qu’ils m’ont interpellée, le gendarme a fait venir son collègue. Et en lui montrant mon permis de conduire et ma carte grise, il lui a dit : Tu as déjà vu ça, toi ? – Non, jamais de ma vie, a répondu l’autre… »

Elle montre aussi comment il faut s’y prendre: « Il faut d’abord amorcer l’essence. Et hop, je rebranche la batterie. » dit Yvonne avant de se glisser dans l’engin avec aisance et légèreté.  « Je conduis moyennement bien, mais je n’ai jamais eu d’accidents ni même d’accrochages depuis que j’ai eu mon permis, en 1952. »

Yvonne et sa 203 sont aussi l’attraction et la fierté du village: « Vous comprenez maintenant pourquoi Yvonne est une figure dans notre commune et aux alentours. Quand vous la voyez arriver dans le bourg avec sa 203, et l’énergie qu’elle dégage… Faut la voir pour y croire », déclare en souriant Pierre Avoyne, le maire de Norolles.

Yvonne est très attentive à sa conduite et responsable des autres: « Je roule prudemment et je suis très attentive à la circulation. Je comprends que certaines personnes âgées puissent être dangereuses, les accidents peuvent aussi être dus à des malaises. Chacun doit savoir s’il est encore apte à conduire ou pas. Moi, je le suis en tout cas ! ».

On lui souhaite de rouler encore longtemps et de montrer aux jeunes générations – et aux moins jeunes, la joie qu’il y a à toujours avoir son indépendance.

RECOMMANDÉ