Normandie : il met au monde son petit-fils dans sa voiture

Par Séraphin Parmentier
9 août 2019 Mis à jour: 9 août 2019

Lorsque sa fille lui a demandé de la conduire à l’hôpital d’Évreux, il était loin de s’imaginer qu’il devrait lui-même procéder à l’accouchement sur le bas-côté de la route.

Mi-juillet Alain Boufflers recevait sa fille Marine dans sa demeure de Pacy-sur-Eure. Déjà mère d’un petit garçon de trois ans prénommé Amine, la jeune femme de 25 ans devait accoucher de son deuxième enfant à la fin du mois.

Mais le matin du 16 juillet, vers 5 heures, les premières contractions se font sentir. Jugeant l’arrivée du bébé imminente, elle réveille son père afin qu’il l’emmène à l’hôpital d’Évreux.

« J’ai revêtu au plus vite un survêtement, sorti la valise déjà prête et je me suis empressé de démarrer ma voiture », explique le quinquagénaire dans les colonnes de La Dépêche d’Évreux.

Pendant qu’Alain Boufflers se prépare, sa fille s’enferme dans la salle de bains afin de prendre une douche pour se détendre. « Au bout d’une vingtaine de minutes, sans stress, je lui ai demandé d’être plus rapide », souligne M. Boufflers.

« Ma fille m’a crié : ‘Je vois la tête du bébé !’ »

Alors que Marine et son père roulent sur la RN13 en direction de l’hôpital d’Évreux, les contractions s’intensifient brusquement.

« Ma fille m’a crié : ‘Je vois la tête du bébé !’. Ni une ni deux, je me suis garé sur le bas-côté, j’ai mis les warnings, le gilet et ouvert les portières. Avec le SMUR au téléphone, j’ai pratiqué l’accouchement, avec quelques notions apprises lorsque j’ai assisté, à la naissance de mes enfants. Tout en tirant sa tête doucement, j’ai prié ma fille de pousser, le bébé a pleuré quelques secondes », raconte Alain Boufflers.

« Sans perdre mon sang froid, j’ai sorti mon petit-fils et c’est là que l’angoisse m’a étreint ! J’ai constaté que son visage était violet et pour cause : le cordon ombilical était enroulé autour de son cou. J’ai tout de suite ôté le cordon, mais sans le couper », poursuit-il.

« À ce moment-là, j’ai cru que j’avais perdu les deux »

Témoin de la scène, une passante s’approche de la voiture et prévient les pompiers. « Elle m’a été d’une bonne aide. J’ai enroulé le petit Adam, qui ne poussait toujours aucun cri, dans une serviette de toilette et je l’ai déposé sur sa mère, qui, entre-temps, s’était évanouie. À ce moment-là, j’ai cru que j’avais perdu les deux », explique le grand-père.

Une fois à l’hôpital, la mère et le nouveau-né seront immédiatement pris en charge par les membres du Service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR) qui leur prodigueront les premiers soins. Tous les deux se portent bien et le nourrisson mesure 51 centimètres pour 3,935 kilos.

RECOMMANDÉ