Norvège: mise en garde des services de renseignement contre Huawei

8 février 2019 Mis à jour: 8 février 2019

Les services de renseignement norvégiens ont mis en garde lundi contre le géant chinois des télécommunications Huawei, dont les liens avec le régime de Pékin suscitent des inquiétudes en matière de sécurité.

« Il faut être attentif à Huawei en tant qu’acteur et du fait que la distance est courte entre un acteur commercial comme Huawei et le régime chinois », a déclaré la patronne du renseignement intérieur (PST), Benedicte Bjørnland, en présentant un rapport d’évaluation des risques pour 2019.

« Un acteur comme Huawei sera vulnérable aux influences de son pays d’origine aussi longtemps que la Chine a une loi sur le renseignement qui oblige les personnes, entités et entreprises privées à coopérer avec la Chine », a-t-elle fait valoir.

En Norvège, les principaux opérateurs de télécommunications Telenor et Telia, qui se sont déjà équipés auprès de Huawei pour leurs réseaux 4G, préparent actuellement le déploiement de la 5G.

Si plusieurs pays comme les États-Unis ont interdit les équipements Huawei pour la 5G pour des raisons de sécurité, le royaume scandinave réfléchit à des mesures visant à réduire sa vulnérabilité.

« En ce qui nous concerne, il s’agit de mettre en place un cadre réglementaire qui puisse protéger ce qui peut être une infrastructure critique », a commenté le ministre norvégien de la Justice, Tor Mikkel Wara, lors de la même conférence de presse.

« À quoi ressemblera ce cadre réglementaire et ce qu’il couvrira, c’est ce sur quoi nous travaillons actuellement », a-il précisé.

La Norvège est d’autant plus prudente sur ce dossier qu’elle a déjà subi l’ire de la Chine après l’attribution en 2010 du prix Nobel de la paix à l’opposant chinois Liu Xiaobo, ce qui avait entraîné des représailles diplomatiques et commerciales durables de la part de Pékin.

LG avec AFP

RECOMMANDÉ