Nos ancêtres dormaient moins que nous

21 novembre 2015
Mis à jour: 15 août 2016

Chacun a sa propre horloge interne et certains dorment plus que d’autres. Mais, n’en déplaise aux amateurs de grasses matinées, nos ancêtres dormaient moins que nous.

Ce point de vue est venu après une étude menée sur la vie des populations autochtones de la tribu Hadzabe de Tanzanie, la tribu Botswana de Namibie et la tribu Tsimane de Bolivie.

Le rôle du sommeil

Personne ne nie l’importance du sommeil. Durant la journée, les activités créent dans le cerveau un chaos chimique, le sommeil est nécessaire pour l’évacuation active des produits accumulés pendant l’éveil. Le cerveau a son propre système lymphatique relié au système immunitaire qui travaille durant le sommeil, mais cela ne nécessite pas de rester au lit jusqu’au déjeuner.

Nos ancêtres ne se couchaient pas tard la nuit, mais ils dormaient en moyenne moins de 6 heures et demie. Les chercheurs suggèrent que le sommeil chez les gens qui vivent dans les régions développées diffère peu de ce qui a été acquis au fil du temps. Le besoin de 8 heures de sommeil par nuit pour une santé optimale serait donc erroné.

Auparavant, on supposait qu’il y avait une forte relation entre l’exposition à la lumière dans le lieu de travail et le nombre d’heures de sommeil. Cela provoquerait une réduction du temps de sommeil. « Le fait que nous dormons moins que nos ancêtres est un mythe », a déclaré Jerry Siegel, chercheur principal et professeur de psychiatrie à l’université de Californie à Los Angeles.

Pendant la nuit, le corps subit des fluctuations du niveau d’hormones, de la température du corps et de la somnolence.

Une étude menée sur des peuples ayant une culture ancestrale

Les scientifiques ont décidé de le vérifier et d’approfondir plusieurs hypothèses : les avantages de la lumière du matin, une chambre fraîche et un réveil progressif. Pour ce faire, l’équipe Jerry Siegel a étudié durant deux ans le sommeil des peuples ayant une culture ancestrale.

Il s’agit de la tribu Hadzabe, des chasseurs-cueilleurs qui vivent à proximité du Parc national du Serengeti, la tribu Tsimane, des chasseurs-jardiniers qui se déploient le long des contreforts de la Cordillère des Andes et la tribu Botswana de Namibie. Les scientifiques ont recueilli des données sur le sommeil de 94 adultes pendant les 1 165 jours.

Il s’est avéré que ces peuples ne se couchent avec le soleil. En moyenne, les représentants des tribus se couchaient près de 3 heures et 20 minutes après le coucher du soleil. En outre, la majorité des populations autochtones dormaient moins de 7 heures par jour, soit une moyenne de 6 heures et 25 minutes. Ils faisaient rarement une sieste durant la journée.

Donc, dans l’absolu, le besoin de dormir 8 ou 9 heures a cessé d’être évident. Il n’y a également aucune preuve que des nuits courtes nuisent à la santé.

Des études ont montré que les groupes autochtones ont des niveaux inférieurs d’obésité, de la pression artérielle et de l’athérosclérose que les personnes dans les pays industrialisés. En outre, ils sont physiquement plus développés.

Les trois groupes ethniques se lèvent tôt. La lumière du matin peut jouer un rôle clé dans la régulation de l’humeur et le réglage des rythmes circadiens internes.

RECOMMANDÉ