[Avec nos propres mots] Siyamak Khorrami: « Je me suis rendu compte que les médias m’avaient lavé le cerveau en Iran »

Par La Redaction
20 octobre 2020
Mis à jour: 21 octobre 2020

Grandir dans un environnement de médias biaisés

Chers lecteurs d’Epoch Times,

Je m’appelle Siyamak Khorrami et je suis le directeur général de l’édition Epoch Times du Sud de la Californie. Je suis aussi un immigrant iranien qui a personnellement fait l’expérience des effets de médias déformant la vérité.

Je suis né et j’ai grandi en Iran. J’ai grandi pendant la guerre entre l’Iran et l’Irak. À cette époque, les médias iraniens ont toujours présenté les Irakiens comme des gens mauvais et les États-Unis et Israël comme des pays corrompus.

Comme j’avais de la famille aux États-Unis, je ne les croyais pas complètement et je pouvais dire que c’était de la propagande. Mais parce qu’il y avait une guerre en cours entre l’Iran et l’Irak, et parce que j’avais vu et entendu les bombardements, ces pensées négatives sur les Irakiens me sont restées.

« Je me suis rendu compte que les médias m’avaient lavé le cerveau en Iran, et j’ai compris à quel point les médias pouvaient influencer l’opinion des gens. »

Au milieu de cette agitation, mes parents ont décidé de partir pour que nous puissions vivre dans le monde libre et avoir un meilleur avenir. Nous avons fini par déménager au Mexique quand j’avais 16 ans et avons immigré légalement aux États-Unis quand j’ai eu 18 ans. Puis, j’ai fait mes études universitaires en Californie du Sud.

Lorsque j’étais à l’université, j’ai eu la chance de rencontrer des Irakiens ici en Amérique. Curieusement, j’ai découvert qu’ils étaient très semblables aux Iraniens. J’ai réalisé que les Irakiens non seulement me ressemblaient, mais qu’ils mangeaient la même nourriture et avaient des valeurs familiales similaires. En fait, j’ai commencé à me demander pourquoi je ne les aimais pas.

C’est alors que j’ai réalisé que les médias en Iran m’avaient lavé le cerveau et j’ai compris à quel point les médias pouvaient influencer l’opinion des gens.

Plus tard, j’ai travaillé avec une entreprise de technologie et j’ai fini par créer ma propre entreprise. En 2014, j’ai commencé à entendre de plus en plus parler de la façon dont la Chine allait diriger le monde et remplacer l’Amérique en tant que leader mondial.

Comme j’avais plusieurs relations commerciales en Chine et que j’avais vu personnellement l’ampleur de la corruption dans ce pays, je me suis dit qu’il était impossible que cela se produise. J’étais très surpris par les reportages des principaux médias américains, mais je leur faisais confiance. Après tout, c’est une société libre, je pensais donc que les journalistes et les experts n’étaient pas au courant.

Mais à peu près à la même époque, j’ai appris que le Parti communiste chinois pratiquait le prélèvement forcé d’organes, un crime contre l’humanité qui n’a pas été rapporté dans les médias. J’ai de nouveau été surpris de voir que les grands médias ne couvraient pas ces abus.

Après avoir vu cela, il était clair que quelque chose n’allait pas dans le paysage médiatique international et que les médias avaient perdu leur objectivité et leur indépendance, même aux États-Unis. Après tout, ce sujet est digne d’intérêt et le public devrait en être informé. Pourquoi n’en entendons-nous pas parler ?

Quand je suis tombé sur Epoch Times et quand j’ai lu l’histoire du journal, c’était une vraie bouffée d’air frais. Les fondateurs avaient commencé avec peu de moyens financiers et simplement en tant qu’organisation à but non lucratif, avec la passion d’apporter aux gens des reportages fiables. Ils ont sacrifié leur carrière et de bons salaires pour se consacrer entièrement à leur cause. Aujourd’hui, Epoch Times est un média influent, non seulement aux États-Unis, mais aussi dans le monde entier.

J’ai donc tout laissé tomber pour rejoindre Epoch Times il y a trois ans. Je suis heureux de faire partie de cette équipe et de travailler avec certains des fondateurs. Chaque jour, nous réfléchissons à la façon dont nous pouvons mieux servir nos lecteurs et toucher plus de gens avec nos reportages tout en espérant que le public répondra à l’appel.

Avec Vérité et Tradition,

Siyamak Khorrami
Directeur Général  Epoch Times, région du Sud de la Californie

RECOMMANDÉ