[Avec nos propres mots] Steve Ispas, directeur général: «Les médias du monde libre romance le concept du communisme»

Par La Redaction
17 septembre 2020
Mis à jour: 21 octobre 2020

Chers lecteurs d’Epoch Times,

Je m’appelle Steve Ispas et je suis le directeur général de l’édition Epoch Times du Nord-Ouest des États-Unis.

Je dois vous avouer que c’est le soutien et la confiance de lecteurs comme vous qui me motivent de continuer à travailler chaque jour et je vous en suis très reconnaissant. En retour, j’aimerais partager avec vous l’histoire de ma famille et vous expliquer pourquoi je m’engage à rechercher et à vous exposer la vérité chaque semaine.

J’ai grandi en Roumanie sous l’ancien dictateur Nicolae Ceausescu – le « roi du communisme », qui a été exécuté le jour de Noël en 1989. Sous son règne, la vie était pénible.

Mon grand-père appartenait à une faction qui s’opposait aux communistes qui s’étaient emparés du pouvoir en Roumanie après la Seconde Guerre mondiale. En guise de punition, il a été envoyé dans un camp de travaux forcés en Sibérie. À son retour, il était un homme vaincu et anéanti. Mon père, son fils, avait aussi été mis sur la liste noire et s’était vu interdire l’entrée à l’université.

Je me souviens que mon père avait décidé que notre famille quitterait la Roumanie pour chercher une vie meilleure. Nous avons choisi les États-Unis. Il a rempli tous les papiers puis a attendu. Ils nous ont refusé neuf fois le droit de partir au cours des cinq années suivantes.

La veille de mon 16e anniversaire, mon père avait décidé de protester devant le cortège de Ceausescu. Il ne nous avait rien dit pour ne pas nous inquiéter. Il a pris un jour de congé, et ce matin-là, il s’est rendu à pied à un endroit où il savait que le cortège passerait. Une fois le cortège en vue, il est descendu dans la rue avec une pancarte avec quelques mots pour le dictateur.

« Laissez-nous partir ! Respectez la Convention de Genève et approuvez notre demande de quitter la Roumanie ! »

Il a été jeté en prison et on lui a dit qu’il avait eu de la chance de ne pas être abattu sur le champ. Il a été détenu pendant quelques jours et a dû signer une déclaration de garantie dans laquelle il promettait de ne plus protester et a ensuite été libéré.

Je ne l’ai pas vu à mon anniversaire mais ses efforts semblent avoir finalement portés fruits. Au bout d’un mois, nous avons reçu un appel téléphonique du service de l’émigration nous informant que nos papiers avaient été approuvés. Neuf mois plus tard, nous étions en route pour New York via Rome, en Italie.

Je me souviens encore de mon étonnement à marcher dans les rues de Rome car il nous était interdit de voyager lorsque j’étais en Roumanie.

Mais ce qui m’a peut-être encore plus étonné, c’est lorsque j’ai commencé à voir les médias du monde libre romancer le concept du communisme – cette chose horrible pour laquelle ma famille s’était si durement battue pour y échapper.

Ayant grandi dans un pays communiste, j’étais pleinement conscient des fausses nouvelles publiées quotidiennement par les organes de propagande communistes. Au fil du temps, j’ai réalisé à quel point la corruption des médias s’était étendue au-delà des frontières communistes et comment les faux récits étaient devenus les nouvelles à la une dans le monde entier. Beaucoup d’histoires vraies étaient dissimulées, les médias choisissaient les faits pour fabriquer leurs propres récits.

J’ai alors eu la chance de tomber sur Epoch Times en 2004 alors que l’édition de la Californie du Nord était sur le point d’être lancée.

J’ai alors saisi cette occasion de travailler pour un média qui s’efforce de présenter à tous prix des histoires vraies, en particulier les histoires qui exposent les crimes du communisme, un domaine que je connais bien.

Ce qui me motive chaque jour est mon désir de présenter la vérité à nos lecteurs, quel que soit le battage médiatique du moment et de voir l’appréciation incroyable de nos lecteurs. Bien qu’il y ait encore des défis à relever, je suis ravi de venir au bureau chaque jour et de travailler avec des personnes absolument extraordinaires qui partagent cette mission de vous apporter la vérité.

Avec Vérité et Tradition,

Steve Ispas
Directeur Général  Epoch Times, région Nord-Ouest des États-Unis

 

RECOMMANDÉ