Les notes d’un enquêteur de Géorgie détaillent d’« énormes » problèmes pendant les élections de 2020

Par Zachary Stieber
23 juin 2021
Mis à jour: 23 juin 2021

Des notes récemment publiées, rédigées par un observateur des élections, détaillent une série de problèmes observés dans le plus grand comté de Géorgie lors des élections de 2020.

Carter Jones a été chargé par le secrétaire d’État de Géorgie, Brad Raffensperger, d’observer directement les élections dans le comté de Fulton. Ses notes détaillent ce qu’il a vu du 2 au 7 novembre 2020.

Les problèmes ont commencé dès l’arrivée de Carter Jones à l’entrepôt d’English Street, qui contient divers matériels électoraux, vers 21 heures, après la réception par le bureau de Raffensperger, tout au long de l’après-midi, de rapports indiquant que les matériels n’étaient pas livrés aux bureaux de vote en temps voulu, voire pas du tout.

Quatre minutes seulement après son arrivée, Carter Jones a vu un membre du personnel électoral en train de réinitialiser les feuilles de vote d’un bureau de vote. Le bureau n’a reçu qu’un seul sac de documents, alors que le système de l’entrepôt indiquait que les deux avaient été vérifiés.

Carter Jones a indiqué que de nombreux sacs de documents et d’autres matériaux n’étaient pas emballés et que la paperasse ne correspondait pas. Il a utilisé le mot « chaos » et a dit qu’il y avait beaucoup de « confusion ». Un fonctionnaire du comté a blâmé le bureau du secrétaire d’État, affirmant qu’ils avaient reçu un « fichier incorrect », mais les fonctionnaires du bureau ont répondu que le problème allégué était « facile à réfuter ».

Les problèmes ont continué à surgir le jour du scrutin. Au State Farm Arena, Carter Jones a déclaré qu’il y avait « trop de bulletins de vote pour les urnes noires sécurisées », de sorte que les travailleurs les déplaçaient dans des bacs roulants, 2 000 à la fois.

« Cela semble être un énorme problème de chaîne de contrôle. Si j’ai bien compris, les bulletins de vote sont censés être transportés dans des boîtes numérotées et scellées pour les protéger », a-t-il déclaré.

Plus tard dans la soirée, l’observateur a pris connaissance d’informations selon lesquelles les responsables du comté de Fulton auraient déclaré qu’ils arrêtaient de compter pour la nuit, incitant les observateurs à partir, pour ensuite reprendre sans que personne ne les surveille.

Carter Jones n’est arrivé qu’une heure après la reprise du comptage.

Vers 0 h 08 le 5 novembre, Carter Jones a signalé que « l’ordre commençait à s’effondrer ».

Ralph Jones, responsable électoral du comté de Fulton, « a re-numérisé certains bulletins de vote qui avaient déjà été traités par Shaye Moss, un employé électoral », selon les notes de Cater Jones.

« L’inspecteur James Callaway arrive pour enquêter sur les accusations selon lesquelles le personnel de Fulton avait dit à la presse de rentrer chez elle et procédait à la numérisation sans observateurs », a-t-il noté peu après.

Le personnel a finalement fermé les urnes environ 30 minutes plus tard, après les avoir laissées non scellées pendant une période indéterminée.

Carter Jones est parti et est allé se coucher après être repassé à l’entrepôt.

Des équipes de journalistes filment pendant que des employés électoraux traitent des bulletins de vote par procuration au State Farm Arena d’Atlanta, Georgie, le 2 novembre 2020. (Megan Varner/Getty Images)

Alors que les employés essayaient de scanner les bulletins arbitrés dans l’après-midi du 5 novembre, les cinq scanners sont tombés en panne et les employés de Dominion Voting Systems ont commencé à télécharger les bulletins sur des lecteurs flash. Selon la meilleure façon de procéder, il ne faut pas arrêter tous les scanners en même temps, et un arriéré a commencé à s’accumuler, selon les notes du contrôleur.

Le comté de Fulton a arbitré quelque 106 000 bulletins de vote. Ce processus s’applique aux bulletins que les machines à dépouillement n’ont pas pu lire. Les gens examinent alors le papier pour voir s’ils peuvent déterminer pour qui l’électeur voulait voter.

À 19 h 07, les travailleurs ont commencé à entendre qu’ils n’avaient scanné que 10 000 bulletins en 5 heures. « Les gens se rendent compte qu’il y a encore au moins 8 à 10 heures de travail à terminer, alors le personnel redouble d’efforts », selon Carter Jones.

Une nouvelle vague de travailleurs est arrivée environ 30 minutes plus tard. Carter Jones a entendu un travailleur demander à un collègue s’il était « prêt pour une longue nuit ». Le second a répondu : « Ouais, je suis prêt [juron] [juron] à plus. »

« Je dois garder un œil sur ces deux-là. Il s’agissait peut-être d’une mauvaise blague, mais le moment était très mal choisi en présence d’un observateur du scrutin », a écrit Carter Jones, s’interrogeant sur les pratiques de filtrage de Happy Faces, qui embauche les travailleurs temporaires. Il a également déclaré qu’il semblait y avoir « beaucoup de formation à la volée » avec les travailleurs qui venaient d’arriver.

Alors que la petite amie du directeur des élections, Rick Barron, lui rendait visite malgré son manque d’accréditation pour être dans la pièce, ce dernier lisait des tweets de fans qui appréciaient le fait qu’il porte un cordon des Portland Timbers, a déclaré Carter Jones vers 22 h 30. Pendant ce temps, les membres du personnel travaillaient dur pour accélérer leur travail.

Rick Barron a été licencié en février mais reste à son poste.

Pressés par le temps, les employés ont continué à travailler jusqu’aux premières heures du lendemain matin. Mais le labeur les épuise. Ralph Jones, par exemple, « fait des erreurs ».

« Un membre du personnel lui dit qu’il a mal compté le même lot deux fois. Il s’est trompé d’une unité les deux fois », écrit le contrôleur.

Le contrôleur Carter Jones a déclaré plus tard que Shaye Moss avait trouvé des « documents finaux bâclés » soumis par l’un des travailleurs.

Vers 11 h 30 le 6 novembre, un travailleur, décrit comme « paniqué », a dit à Ralph Jones que 4 boîtes ou plateaux de bulletins avaient été « trouvés » à l’entrepôt. Ralph Jones a dit que les bulletins avaient été traités et collectés avant la fermeture des bureaux de vote. L’employé a ensuite acquiescé, affirmant que les bulletins n’avaient pas été « trouvés ». Ralph Jones lui a rappelé ainsi qu’à lui-même « l’importance d’un langage précis lorsque les enjeux sont si élevés ».

Le dépouillement s’est finalement terminé le 7 novembre.

Les notes de Carter Jones ont été obtenues et publiées (pdf) par Just the News. Le bureau de M. Raffensperger a confirmé l’authenticité des notes à Epoch Times. Le comté de Fulton n’a pas répondu aux demandes de commentaires, pas plus que Carter Jones.

Le comté fait actuellement l’objet d’une enquête après la disparition de formulaires de transfert de bulletins de vote légalement requis.

La présence du contrôleur a été rendue possible par une ordonnance approuvée par le State Election Board, présidé par M. Raffensperger, en 2020. L’ordonnance a été approuvée après des problèmes survenus dans le comté de Fulton lors d’élections précédentes.

Les notes et le rapport que Carter Jones a ensuite soumis à la commission n’ont pas été publiés avant aujourd’hui parce que « cela ne nous est pas venu à l’esprit » de les publier, a dit un porte-parole de M. Raffensperger à Epoch Times par courriel.

Un projet de loi que le gouverneur Brian Kemp a récemment signé ouvre la possibilité que les élections dans les comtés qui ont des problèmes répétés de gestion soient prises en charge par les fonctionnaires de l’État. M. Raffensperger a soutenu cette disposition, a déclaré le porte-parole.

Dans une déclaration aux médias après l’annonce de la récente enquête, le président de la Commission du comté de Fulton, Robb Pitts, a accusé M. Raffensperger de « préparer le terrain pour une prise de contrôle hostile du Conseil des inscriptions et des élections du comté de Fulton ».

« Ses camarades dans ce combat sont des théoriciens de la conspiration qui promeuvent le même Big Lie (gros mensonge) auquel il est censé ne pas croire. Les votes ont été comptés trois fois, y compris un recomptage manuel, et le président Joe Biden est arrivé en tête à chaque fois. Compte tenu des résultats de 2020, je lui suggérerais de se concentrer davantage sur la prochaine élection que de revenir sur cette dernière », a déclaré M. Pittman.

Carter Jones a déclaré dans son rapport final que ce qui s’est passé entre 22 h 30 et 23 h 52 le soir du scrutin à State Farm Arena « continue d’être insaisissable ». Si les observateurs du scrutin ont été honnêtes dans leur récit de ce qui s’est passé, « alors il y a un sérieux problème », a-t-il écrit.

L’enquêteuse en chef de M. Raffensperger a dit dans une déclaration sous serment en décembre 2020 que les observateurs et les médias « n’ont pas été invités à partir », mais « sont simplement partis d’eux-mêmes » lorsqu’un groupe de travailleurs est parti. Elle a également déclaré qu’il n’y avait « aucun bulletin de vote mystère » sorti de sous des tables cachées, comme l’ont prétendu certains.

Carter Jones a également décrit « des problèmes persistants de chaîne de contrôle dans l’ensemble du système de traitement des bulletins de vote par correspondance » concernant à la fois l’élection de 2020 et l’audit de limitation des risques qui a eu lieu.

Carter Jones a recommandé d’améliorer la formation, de renforcer les processus et d’effectuer un certain type d’examen après action pour identifier les problèmes et les solutions.

M. Raffensperger a déclaré que l’élection s’était largement déroulée sans heurts et qu’il n’y avait aucune indication de fraude suffisante pour faire basculer l’élection. Le démocrate Joe Biden a battu l’ancien président Donald Trump par moins de 12 000 voix, selon les résultats certifiés. Avant 2020, aucun démocrate n’avait remporté la Géorgie depuis 1992.

Carter Jones, qui a de l’expérience dans la surveillance des élections pour avoir travaillé à l’International Republican Institute, a déclaré au bureau électoral de l’État en février qu’il avait observé « beaucoup de processus bâclés », y compris « des caractéristiques montrant clairement ce que j’appellerai la désorganisation systémique ».

Toutefois, « à aucun moment, au cours des 270 heures et plus que j’ai passées à surveiller les processus électoraux du comté de Fulton d’octobre à janvier, je n’ai constaté d’illégalité, de fraude ou de malversation intentionnelle », a-t-il également avoué.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ