« Nous aurions manqué quelque chose » : des parents adoptent un bébé autiste atteint de trisomie 21 malgré leurs craintes

Par Robert Jay Watson
23 juin 2020
Mis à jour: 23 juin 2020

Jen et Juan Benito ont décidé d’adopter un bébé en difficulté après avoir eu trois enfants, mais ils admettent qu’au début, ils ont eu peur et se sont sentis terrifiés.

Les parents souhaitaient adopter un enfant, mais ne pouvaient pas se permettre les frais élevés imposés par les agences d’adoption privées. Un assistant social les a alors appelés et leur a demandé s’ils étaient prêts à adopter un enfant en difficulté, non pas pour être sa famille d’accueil, mais pour être ses parents.

C’était Jana, bientôt affectueusement surnommée Peanut, qui avait des besoins particuliers. « Elle avait besoin d’une maison, et nous étions prêts à l’accueillir », a déclaré Jen au journal Epoch Times. « Et donc, même si j’étais terrifiée, même si je ne pensais pas pouvoir le faire, ma réponse a été oui. »

(Avec l’aimable autorisation de raising_peanut)

Lorsque la famille a réalisé qu’elle ne pouvait tout simplement pas se permettre de payer 30 000 $ pour l’adoption, elle s’est tournée vers le placement en famille d’accueil. « Nous avons pensé que ce serait parfait pour nous, parce que nous avions de l’espace et de l’amour à donner », dit Jen. Après avoir fait toute la paperasse et la préparation pour devenir une famille d’accueil, la famille Benito a reçu son premier appel.

Ce n’était pas pour un placement en famille d’accueil, mais pour l’adoption de Peanut. Lorsque les Benitos ont appris qu’elle était trisomique et cardiaque, ils étaient toujours résolus à la prendre, même si les parents ont eu des réactions différentes.

Jen a expliqué qu’elle aurait « très, très, très peu d’interaction avec des personnes [qui avaient] un quelconque handicap en grandissant ». Juan avait déjà travaillé dans un système de santé comportementale, donc ce n’était « pas grand-chose » pour lui, comme Jen l’a expliqué.

(Avec l’aimable autorisation de raising_peanut)

Les Benitos ne disposaient pas de beaucoup d’informations sur Peanut avant de la recevoir, bien qu’ils l’aient accueillie à bras ouverts, tout comme leurs autres enfants, qui ont été surpris par la présence d’un nouveau frère ou d’une nouvelle sœur. « Les enfants étaient enthousiastes, même s’ils étaient probablement beaucoup plus ouverts à ce sujet », a déclaré Jen. « Même à l’époque, je parlais de leur capacité à aimer et à accepter. »

L’assistante sociale avait annoncé aux Benitos que Peanut avait trois mois. Ils étaient stupéfaits de voir à quel point elle était minuscule, à peine 3 kg, le poids d’un nouveau-né moyen. Papa Juan la surnomma Peanut à cause de sa taille minuscule, et ce surnom est resté depuis.

(Avec l’aimable autorisation de raising_peanut)

L’accueil de Peanut n’était cependant qu’une première étape, car la famille a dû passer par un long processus de formalisation et de finalisation de l’adoption. Malgré les difficultés physiques et de développement de Peanut, dont la trisomie 21 et l’autisme, elle a presque immédiatement gagné le cœur de la famille.

« Elle aime être maladroite et nous fait tous rire ici », a partagé Jen. « Elle est considérée comme une non verbale, et elle est non vocale, parce qu’elle ne nous parle pas dans une communication vocale. » Cela ne veut pas dire que Peanut ne peut pas communiquer son point de vue. « Nous rions à cause du regard qu’elle nous lance », ajoute Jen. « Si elle pouvait parler, elle serait probablement souvent punie. »

Bien que Peanut ait rencontré de nombreuses difficultés, elle ne semble pas être consciente de ses limites. Après de longs mois de séances de physiothérapie, elle a appris à marcher dès son troisième anniversaire. Maman Jen explique que malgré sa taille et son apparence d’enfant plus jeune, Peanut, qui a 5 ans, « court et saute sur tout et grimpe sur tout ».

Peanut va avoir son propre chien d’assistance, ce qui va l’aider à être plus indépendante et lui apporter un soutien émotionnel et réconfortant.

(Avec l’aimable autorisation de raising_peanut)

Bien sûr, ce n’est pas seulement Peanut qui a changé au fil des années. Jen et Juan, ainsi que leurs trois autres enfants, ont été profondément transformés par l’expérience acquise par l’adoption. Pour Jen, le fait d’avoir élevé Peanut l’a aidée à trouver « son chemin et sa vocation », puisqu’elle est devenue avocate pour les familles qui ont des enfants présentant des besoins particuliers. Elle a créé un blog intitulé « Raising Peanut » (« élever Peanut ») et a même publié un livre sur leur parcours.

Le conseil de Jen aux parents de famille d’accueil ou d’adoption potentiels est d’ « être prêt à prendre ce risque, parce que vous ne savez pas ce qui va vous arriver ».

Elle ajoute : « Si nous avions fait confiance à nos craintes initiales, nous aurions manqué quelqu’un d’incroyable et d’étonnant. »

(Avec l’aimable autorisation de raising_peanut)
(Avec l’aimable autorisation de raising_peanut)

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ