Nous avons au moins trois yeux – Un à l’intérieur de la tête

13 octobre 2016 Mis à jour: 25 octobre 2016

Dans Au-delà de la science, Epoch Times explore les recherches et les récits examinant les phénomènes et les théories qui posent un défi aux connaissances actuelles. Nous nous penchons sur les idées stimulant l’imagination et ouvrant de nouvelles possibilités. Faites nous part de vos idées sur ces sujets, parfois controversés.

La glande pinéale dans le cerveau humain a la structure d’un œil. Elle a des cellules photoréceptrices, tout comme la rétine. Elle a une substance comparable au corps vitré – un liquide gélatineux entre la rétine et la lentille de l’œil. Elle a également une structure similaire à celle de la lentille.

Les scientifiques apprennent toujours beaucoup sur la glande pinéale (ou épiphyse), connue dans le spiritualisme oriental, aussi bien que dans la philosophie occidentale, pour être le siège de la conscience humaine. Les croyances orientales rapportent également que, dans d’autres champs d’existence, des yeux peuvent être vus partout sur le corps. De son coté, la science occidentale en vient lentement à reconnaître la glande pinéale comme un troisième œil.

Pendant de nombreuses années, les scientifiques ont reconnu des similarités entre la glande pinéale et l’œil. En 1919, Frederick Tilney et Luther Fiske Warren ont écrit que les similarités listées ci-dessus prouvaient que la glande pinéale était formée pour être sensible à la lumière et avait possiblement d’autres capacités visuelles.

Plus récemment en 1995, le Dr Cheryl Craft, à la chaire du département cellulaire et d’embryologie à l’Université de Californie du Sud, a partagé ses compréhensions sur ce qu’elle appelle « l’œil de l’esprit ».

« Sous la peau dans le squelette d’un lézard, repose un « troisième œil » sensible à la lumière qui est […] l’équivalent de la glande pinéale, secrétant des hormones et enchâssée dans l’os dans le cerveau humain. La glande pinéale humaine n’a pas un accès direct à la lumière, mais comme le « troisième œil » du lézard, elle présente des relâchements plus importants de cette hormone, la mélatonine, durant la nuit », explique-t-elle. « La glande pinéale est l’œil de l’esprit. »

Un assemblement de fibres nerveuses la connecte à la commissure antérieure, une autre partie encore mal comprise du cerveau.

Dans les années 1950, les chercheurs ont découvert la capacité de la glande pinéale à détecter la lumière, et à produire de la mélatonine, selon l’intensité de la lumière qu’elle détecte. De cette façon, elle contrôle essentiellement d’importants rythmes dans le corps. Elle affecte notamment les systèmes immunitaires et reproductifs. La glande pinéale était autrefois considérée comme étant résiduelle, mais cette découverte démontre qu’elle a en fait une fonction importante.

En mai 2013, a été faite une autre découverte qui pourrait changer la façon de considérer la glande pinéale.

Il a été découvert que la glande pinéale du rat produit de la N,N-Dimethyltryptamine (DMT). La DMT est largement répandue chez les êtres organiques et cependant mal comprise. Certaines personnes ingèrent de la DMT pour induire des expériences psychédéliques décrites comme intensément spirituelles.

Le Dr Rick Strassman a effectué une recherche clinique approuvée par le gouvernement américain à l’Université du Nouveau-Mexique dans les années 1990, injectant à des volontaires humains de la DMT. Il qualifia la DMT de « molécule de l’esprit ».

L’étude ayant confirmé la présence de DMT dans les glandes pinéales de rats a été conduite a l’Université de Michigan par le Dr Jimo Borjigin et à l’Université d’État de Louisiane par le Dr Steven Barker. Elle a été en partie financée par la Cottonwood Research Foundation, dirigée par le Dr Strassman et qui soutient la recherche scientifique sur la nature de la conscience. Elle a été publiée dans le journal Biomedical Chromatography.

Version anglaise : We All Have at Least Three Eyes—One Inside the Head

RECOMMANDÉ