« Nous vivons dans la peur tous les jours » : des médecins épuisés se préparent au pire à Wuhan

Par Eva Fu
9 février 2020 Mis à jour: 9 février 2020

Qinqin, qui travaille à l’hôpital de l’épicentre du coronavirus à Wuhan et mère célibataire d’un garçon de huit ans, a rédigé un testament au cas où un événement inattendu se produirait alors qu’elle s’efforce de combattre le virus mortel qui a paralysé la ville.

L’administrateur de l’hôpital n’a pas eu un seul jour de congé depuis le Nouvel An lunaire, il y a plus de deux semaines, lorsque l’épidémie a conduit les hôpitaux de toute la ville au seuil de la rupture.

Chaque jour, environ 600 patients affluent à l’hôpital où travaille Qinqin (nom d’emprunt) pour obtenir un diagnostic et un traitement du virus. Souvent, elle ne quitte pas l’hôpital avant minuit.

Environ 70 travailleurs médicaux de première ligne à l’hôpital de Qinqin ont contracté le virus, a-t-elle déclaré au journal Epoch Times. Un de ses collègues, un homme d’un peu plus de 30 ans, s’est effondré sur le sol alors qu’il travaillait le 5 février. Il a ensuite été testé positif au coronavirus.

Une photo d’une diapositive PowerPoint largement diffusée sur Internet, qui aurait été prise lors d’une récente conférence sur la lutte contre les coronavirus au niveau provincial, a montré que 13 grands hôpitaux de la province de Hubei – la région qui abrite la ville de Wuhan – ont au moins 15 travailleurs médicaux atteints par le virus. Un hôpital comptait 101 travailleurs de la santé infectés.

« Il peut s’agir d’un simple dérapage : un masque facial mal ajusté, ou des mains mal lavées, mais la conséquence est sinistre », a déclaré Mme Qinqin.

« Vivre ou périr sans aide ».

Song, un médecin à la retraite qui a récemment été réembauché dans un hôpital privé, fait partie des nombreux travailleurs de la santé infectés.

Il est devenu fébrile vers le 18 janvier alors qu’il soignait des patients. Croyant avoir contracté une pneumonie, Song a eu recours à des perfusions et des injections. En une semaine, sa fièvre est montée jusqu’à 41,7 degrés Celsius. Selon Li, la belle-soeur de Song, la fièvre s’accompagnait de diarrhée.

Un médecin leur a dit qu’il était infecté par le coronavirus, mais l’hôpital ne l’a pas admis, en disant que « ce n’est que lorsque quelqu’un mourra qu’ils pourront vérifier s’il y a une place pour lui », a déclaré Li au journal Epoch Times.

Song est maintenant à la maison et est pris en charge par sa femme et Li. Li précise que la diarrhée de Song s’est aggravée depuis.

Li a expliqué qu’ils se protègent avec des lunettes, des masques et des chapeaux lorsqu’ils s’occupent de Song à la maison. Ils ont perdu le contact avec leurs voisins et amis, car les gens ont cessé de leur rendre visite en raison de la peur provoquée par l’épidémie.

Elle pense également que le nombre de décès est bien plus élevé que ce qui est rapporté, disant qu’elle a vu le personnel de l’hôpital central de Wuhan « sortir des cadavres » lorsqu’elle y a emmené Song pour recevoir des injections.

« Les gens du peuple attendent la mort, ceux de Wuhan sont laissés à eux-mêmes pour vivre ou périr chez eux », a déclaré Li. « Que pouvez-vous faire d’autre ? Il n’y a pas d’autre solution. »

Des banlieusards masqués prennent le métro de Tokyo le 8 février 2020. (Charly Triballeau/AFP via Getty Images)

Dévastation

Un jour, alors qu’elle rentrait chez elle après une réunion à 23 heures, Qinqin s’est assise sur le bord de la route et a pleuré, laissant un sentiment de désespoir s’installer.

« Nous vivons dans la peur tous les jours, mais nous devons quand même bien faire notre travail », a-t-elle déclaré.

Les fournitures médicales sont devenues une rareté. Qinqin, qui gère l’inventaire de l’hôpital, a déclaré qu’elle a dû rationner le matériel médical en fonction du « niveau de danger » de chaque zone.

L’hôpital reçoit 200 masques donnés par jour, à peine assez pour un cinquième des travailleurs de première ligne seulement, alors que le nombre de combinaisons de protection contre les matières dangereuses ne pourrait équiper qu’une seule unité du département, selon Qinqin.

Les restaurants ayant fermé dans toute la ville, l’approvisionnement en nourriture pour le personnel est également devenu un défi. « Sans les dons du public, toutes les réserves de l’hôpital auraient été épuisées pendant cette période. Nous aurions été dans le pétrin », a-t-elle déclaré.

« Vous m’avez demandé si j’avais peur, je n’en suis pas sûr non plus, car je ne sais pas quel jour ma vie sera terminée », a déclaré Mme Qinqin.

RECOMMANDÉ