Coronavirus: 370.000 masques FFP2 oubliés dans un entrepôt ressurgissent en Ariège

Par Nathalie Dieul
26 mars 2020
Mis à jour: 26 mars 2020

Alors que la pénurie de masques de protection se fait de plus en plus sentir, touchant même le domaine médical qui en a besoin de manière cruciale en cette période d’épidémie du coronavirus du PCC*, le maire d’une commune d’Ariège a fait miraculeusement apparaître un stock de 370 000 masques FFP2.

Cela faisait 10 ans que ces 60 palettes de masques dormaient dans un hangar dont la ville de Lavelanet est propriétaire. En fait, ils se trouvaient là depuis l’épidémie de la grippe aviaire H1N1.

Au total, 370 000 unités, et pas n’importe lesquelles, puisqu’il s’agit de FFP2, ceux qui sont dotés d’un système de filtration dont les soignants en contact direct avec les patients ont tant besoin en cette période d’épidémie du virus de Wuhan.

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus de Wuhan, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la gestion déplorable du Parti Communiste Chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale

Le maire de la commune de 6 000 habitants, Marc Sanchez, s’est rappelé qu’il y avait ce stock dans un entrepôt que la ville avait acheté en 2018. Il s’avère que le bâtiment a appartenu dans le passé à l’industriel Paul Boyé, qui n’est autre que l’un des quatre fabricants français de masques chirurgicaux et FFP2, rapporte France Bleu.

« J’étais au courant qu’il y avait des masques, mais comme ils étaient périmés, je ne me suis pas affolé », raconte le maire. Après avoir entendu parler de la pénurie de masques, il a contacté l’ancien propriétaire des lieux, qui a accepté que les masques soient donnés gratuitement aux autorités, puis il a alerté la Préfecture.

« Il s’est avéré que ces masques étaient conformes. Il y avait des craintes sur la solidité des élastiques qui les tiennent », indique l’élu. Heureusement, les masques ont passé le test.

Cette découverte tombe à pic, alors que l’OMS a alerté dès le début février 2020 qu’il y avait une « rupture de stocks sérieuse » de masques de protection au niveau mondial.

En France, Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France, a soutenu il y a quelques jours qu’ « il y aura des comptes à rendre » à cause de « l’imprévoyance du gouvernement et de l’administration française » ayant mené à la pénurie actuelle de masques dans l’Hexagone.

RECOMMANDÉ