Un nouveau rapport de recherche indique que l’hydroxychloroquine et le zinc réduisent le nombre de décès dus au Covid-19

Par Joseph Mercola
16 février 2021
Mis à jour: 17 février 2021

L’hydroxychloroquine a été l’un des traitements les plus controversés pour le Covid-19 tout au long de la pandémie. Une nouvelle revue de la recherche révèle aujourd’hui que ce médicament peu coûteux offre un traitement sûr pour de nombreuses personnes infectées par le virus.

Au début de la pandémie de Covid-19, les médecins du monde entier ont fait état de taux de réussite élevés en utilisant un protocole de traitement peu coûteux à base d’hydroxychloroquine (HCQ) et de zinc, généralement en combinaison avec un antibiotique pour traiter les infections bactériennes secondaires.

La HCQ est un ionophore du zinc, ce qui signifie qu’elle aide le zinc à pénétrer dans les cellules où il peut empêcher les virus de se répliquer. En mars 2020,  l’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA) a délivré une autorisation d’utilisation d’urgence qui permettait d’utiliser le phosphate de chloroquine (CQ) et le sulfate d’hydroxychloroquine (HCQ) pour traiter les patients hospitalisés en raison du Covid-19. L’ordonnance ne mentionnait pas le zinc et décrivait l’utilisation de la HCQ pour ses propres propriétés antivirales. L’ordonnance était basée sur une première utilisation expérimentale dans les hôpitaux qui a montré des résultats prometteurs.

Cette autorisation a été retirée en juin 2020 lorsque la FDA a estimé que la HCQ ne produirait probablement pas d’effet antiviral significatif, les risques potentiels l’emportant sur les bénéfices.

Ce changement est intervenu à la suite d’une étude menée par l’université d’Oxford au Royaume-Uni qui a révélé que la HCQ était moins performante que ses protocoles de traitement habituels.

Malheureusement, les problèmes liés aux méthodologies de recherche évaluant l’efficacité et les risques de la HCQ ont laissé des doutes persistants. Parmi ces problèmes, on peut citer le dosage douteux et l’absence de zinc, qui est sans doute l’élément le plus important de tout protocole de traitement de la HCQ. La nouvelle revue a été publiée dans le numéro de janvier 2021 de The American Journal of Medicine. Elle constate que l’utilisation précoce de la HCQ et du zinc peut réduire les hospitalisations et les décès dus au Covid-19.

Bien que la HCQ soit un médicament générique relativement peu coûteux et que les fabricants de médicaments ne reçoivent que peu d’argent, des centaines de millions de dollars ont été investis dans d’autres antiviraux et vaccins dont les sociétés pharmaceutiques espèrent un retour sur investissement.

La politisation de la médecine a de graves conséquences

La discussion sur la HCQ est tombée sous le coup d’une censure qui s’est emparée de plusieurs autres traitements connus pour aider à renforcer le système immunitaire et à réduire d’autres infections virales. C’est ce qui s’est passé lorsque Google et sa plateforme vidéo YouTube ont commencé à filtrer les résultats de recherche. Susan Wojcicki, PDG de YouTube, a rendu cette décision publique en avril en déclarant à CNN que la plateforme vidéo « supprimerait les informations qui posent problème ».

Elle a déclaré que cela inclurait « tout ce qui n’est pas médicalement fondé ».

« Les gens qui disent ‘prenez de la vitamine C, prenez du curcuma, nous vous soignerons’ sont des exemples de ce qui serait une violation de notre politique », a-t-elle déclaré.

« Tout ce qui irait à l’encontre des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé serait une violation de notre politique », a-t-elle déclaré.

Le problème de cette politique est qu’elle a fini par censurer des informations validées et par politiser la santé publique.

Alors que les praticiens de la médecine alternative avaient déjà connu ce type de censure, pour de nombreux médecins conventionnels, c’était leur premier aperçu de ce que c’est. Nombreux sont ceux qui en ont été absolument abasourdis. Le 23 juillet 2020, le Dr Harvey A. Risch, professeur d’épidémiologie à la Yale School of Public Health, a publié un article dans Newsweek dans lequel il exprime son désarroi et sa frustration (3)

« J’ai été l’auteur de plus de 300 publications évaluées par des pairs et j’occupe actuellement des postes de haut niveau au sein des comités de rédaction de plusieurs revues de premier plan.

« J’ai l’habitude de défendre des positions au sein du courant dominant de la médecine. J’ai donc été stupéfait de constater qu’en pleine crise, je me bats pour un traitement que les données soutiennent pleinement mais qui, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec une compréhension correcte de la science, a été mis à l’écart.

« En conséquence, des dizaines de milliers de patients atteints du Covid-19 meurent inutilement […] Je fais bien sûr référence au traitement à base d’hydroxychloroquine.

« Lorsque ce médicament oral peu coûteux est administré très tôt dans l’évolution de la maladie, avant que le virus n’ait eu le temps de se multiplier de manière incontrôlée, il s’avère très efficace, en particulier lorsqu’il est administré en combinaison avec les antibiotiques azithromycine ou doxycycline et le zinc comme complément alimentaire. »

Le rapport d’étude médical (4) publié dans l’American Journal of Medicine constate que l’utilisation précoce de la HCQ et du zinc est un traitement sûr et efficace. Parmi les auteurs figurent Risch, ainsi qu’une longue liste de médecins d’hôpitaux du monde entier.

L’importance d’un traitement ambulatoire précoce

Le rapport, intitulé « Pathophysiological Basis and Rationale for Early Outpatient Treatment of SARS-CoV-2 (Covid-19) Infection », souligne que :(5)

« En l’absence de résultats d’essais cliniques, les médecins doivent utiliser ce qu’ils ont appris sur la physiopathologie de l’infection par le SARS-CoV-2 pour déterminer le traitement précoce de la maladie en ambulatoire dans le but d’éviter l’hospitalisation ou le décès […]

« Les approches thérapeutiques basées sur ces principes comprennent 1) la réduction de la réinoculation, 2) la thérapie antivirale combinée, 3) l’immunomodulation, 4) la thérapie antiplaquettaire/antithrombotique, et 5) l’administration d’oxygène, la surveillance et la télémédecine. »

Les auteurs soulignent que « la plupart des patients qui arrivent à l’hôpital […] atteints du Covid-19 n’ont pas besoin au départ de formes de soins médicaux avancés » et que, par conséquent, « il est concevable que certaines, sinon la majorité, des hospitalisations pourraient être évitées avec une première approche de traitement à domicile ».

Ils soulignent également qu’étant donné qu’il peut falloir jusqu’à une semaine pour obtenir les résultats du test PCR, il est important de commencer le traitement avant que les résultats ne soient connus. « Pour les patients présentant les caractéristiques les plus importantes du syndrome (fièvre, douleurs corporelles, congestion nasale, perte du goût et de l’odorat, etc.), le traitement peut être le même que pour les patients présentant le Covid-19 confirmé », disent-ils.

Bien sûr, cela n’est vrai que dans les cas où le traitement est plus sûr que le risque de la maladie, et ils pensent que c’est vrai pour l’HCQ.

Le cas de l’HCQ et du zinc

En termes de traitement médicamenteux précoce pour les patients qui sont en quarantaine à domicile, les auteurs recommandent d’utiliser une combinaison de pastilles de HCQ et de zinc, ainsi que plusieurs autres médicaments (en fonction des symptômes).

Je vais les passer en revue ici, mais n’oubliez pas que je ne recommande pas nécessairement de les utiliser toutes, car il existe dans certains cas des alternatives plus sûres. À la fin de cet article, je résumerai ma recommandation personnelle de traitement à domicile, qui est, selon moi, l’une des plus sûres et des plus efficaces.

Cela dit, dans son article, Risch et ses co-auteurs expliquent comme suit la raison d’être de l’utilisation de la HCQ et du zinc (6) :

« L’hydroxychloroquine (HCQ) est un médicament antipaludéen/anti-inflammatoire qui entrave le transfert endosomal des virions dans les cellules humaines. L’HCQ est également un ionophore de zinc qui transporte le zinc à l’intérieur des cellules pour bloquer l’ARN polymérase dépendante de l’ARN du SRAS-CoV-2, qui est l’enzyme centrale de la réplication du virus.

« Les études rétrospectives et les essais randomisés actuellement achevés ont généralement montré ces résultats :

« 1. Lorsqu’ils sont administrés tardivement à l’hôpital et pendant de courtes périodes, les antipaludiques semblent être inefficaces

« 2. Lorsqu’ils sont administrés à un stade précoce de l’hospitalisation, pour des durées progressivement plus longues et en ambulatoire, les antipaludiques peuvent réduire la progression de la maladie, prévenir l’hospitalisation et sont associés à une réduction de la mortalité […]

« Un traitement typique à base d’HCQ est de 200 mg deux fois par jour pendant 5 jours et étendu à 30 jours pour des symptômes permanents. Une dose minimale suffisante d’HCQ doit être utilisée, car à doses excessives, le médicament peut interférer avec la réponse immunitaire précoce au virus […]

« Le zinc est un inhibiteur connu de la réplication du coronavirus […] Cette thérapie non toxique facilement disponible pourrait être déployée dès les premiers signes de Covid-19. Les pastilles de zinc peuvent être administrées 5 fois par jour pendant 5 jours maximum et prolongées si nécessaire si les symptômes persistent.

« La quantité de pastilles de zinc élémentaire est inférieure à 25 % de celle contenue dans un seul comprimé de 220 mg de sulfate de zinc par jour. Cette dose de sulfate de zinc a été utilisée efficacement en combinaison avec des antipaludiques dans le traitement précoce des patients ambulatoires à haut risque avec le Covid-19. »

Il convient de noter que dans les régions où l’hydroxychloroquine est difficile à obtenir, le complément nutritionnel quercétine peut être un substitut utile (et peut-être même meilleur), car son mécanisme d’action principal est identique à celui du médicament. Elle a également une activité antivirale propre.

Le zinc est un élément clé

Bien que l’on accorde beaucoup d’attention à l’HCQ, elle n’est pas en soi la solution. C’est le qui zinc l’est. L’HCQ et la quercétine sont toutes deux des ionophores du zinc, ce qui signifie qu’elles transportent le zinc dans la cellule (7) (8), et des preuves irréfutables suggèrent que le principal avantage du protocole de l’HCQ provient en fait du zinc, qui inhibe efficacement la réplication virale. (9)

S’il est administré à un stade précoce, le zinc associé à un ionophore de zinc devrait, du moins en théorie, contribuer à réduire la charge virale et à éviter la surcharge du système immunitaire. Le problème est que le zinc ne pénètre pas facilement dans les cellules, c’est pourquoi un ionophore du zinc est nécessaire.

La preuve en a été présentée dans une étude de septembre 2020 (10) dans le Journal of Medical Microbiology. Dans cette étude, les chercheurs ont comparé les résultats obtenus chez des patients hospitalisés en raison du Covid-19 et traités avec l’un des trois régimes suivants : l’HCQ seule, l’azithromycine seule, ou une combinaison d’hydroxychloroquine, d’azithromycine et de zinc.

Bien que l’ajout de zinc n’ait pas eu d’impact sur la durée de l’hospitalisation, la durée des soins intensifs ou la durée d’administration du respirateur artificiel, des analyses univariées ont montré qu’il avait un impact sur :

– L’augmentation de la fréquence des sorties d’hôpital

– La diminution du besoin de respirateur artificiel

– La diminution des taux d’admission dans les unités de soins intensifs

– La diminution du taux de transfert à l’hospice pour les patients qui n’ont jamais été admis à l’unité de soins intensifs

– La diminution de la mortalité

Les auteurs ont déclaré qu’après avoir ajusté le moment où le sulfate de zinc était ajouté à leur protocole, il y a eu une augmentation de 1,53 des chances d’être renvoyé chez soi.

« Cette étude fournit la première preuve in vivo que le sulfate de zinc en combinaison avec l’hydroxychloroquine peut jouer un rôle dans la gestion thérapeutique du Covid-19 », a écrit l’auteur.

Un autre document qui traite du rôle crucial du zinc a été publié dans le numéro de septembre 2020 de la revue Medical Hypotheses (12) :

« Outre les effets antiviraux directs, la CQ/HCQ [chloroquine et/ou hydroxychloroquine] cible spécifiquement le zinc extracellulaire vers les lysosomes intracellulaires où il interfère avec l’activité de l’ARN polymérase dépendante de l’ARN et la réplication du coronavirus.

« Comme la carence en zinc se produit fréquemment chez les patients âgés et chez ceux atteints de maladies cardiovasculaires, de maladies pulmonaires chroniques ou de diabète, nous émettons l’hypothèse que la CQ/HCQ plus une supplémentation en zinc pourrait être plus efficace pour réduire la morbidité et la mortalité liées au Covid-19 que la CQ ou la HCQ en monothérapie. Par conséquent, la CQ/HCQ en combinaison avec le zinc devrait être considérée comme un volet d’étude supplémentaire pour les essais cliniques sur le Covid-19. »

Antibiotiques, stéroïdes et autres compléments de traitement

En plus de l’HCQ et du zinc, Risch (13) et d’autres auteurs recommandent également d’utiliser l’un des deux antibiotiques – l’azithromycine ou la doxycycline – principalement pour traiter les infections bactériennes secondaires. L’azithromycine a également des propriétés antivirales et des effets anti-inflammatoires, tandis que la doxycycline a « de multiples effets intracellulaires qui peuvent réduire la réplication virale, les dommages cellulaires et l’expression des facteurs inflammatoires ».

Selon les auteurs, les études sur le Covid-19 qui ont utilisé l’azithromycine ont trouvé « une combinaison d’une réduction marquée de la durée de l’excrétion virale, d’une diminution des hospitalisations et d’une réduction de la mortalité avec l’HCQ ».

Les personnes souffrant d’arythmies connues ou suspectées, et toute personne prenant un médicament contre-indiqué, doivent cependant subir un examen approfondi et un électrocardiogramme de base avant de recevoir de l’HCQ et/ou de l’azithromycine. Pour ceux qui s’inquiètent des effets de l’azithromycine sur le cœur, la doxycycline est une meilleure alternative, car elle n’a pas d’effets néfastes sur le cœur. En revanche, elle peut provoquer des troubles gastro-intestinaux et une œsophagite.

Il est important de noter que, bien qu’ils ne soient pas abordés dans ce document, tous les antibiotiques ont l’inconvénient de perturber le microbiome de l’intestin et ne doivent donc être utilisés qu’en cas d’absolue nécessité.

Risch (14) et d’autres auteurs recommandent également l’utilisation de corticostéroïdes, qui ont des effets immunomodulateurs et aident à réduire les effets des chocs cytokiniques. Comme ils l’expliquent dans leur article :

 » Dans le cas du Covid-19, les premiers résultats respiratoires sont la congestion nasale, la toux ete sifflement respiratoire. Ces caractéristiques sont dues à un excès d’inflammation et à l’activation des cytokines.

« L’utilisation précoce de corticostéroïdes est une intervention rationnelle pour les patients atteints du Covid-19 présentant ces caractéristiques, comme ce serait le cas dans l’asthme aigu ou les maladies réactives des voies respiratoires […] Un schéma posologique potentiel pour les patients ambulatoires à partir du cinquième jour ou de l’apparition des symptômes respiratoires est la prednisone à raison de 1 mg/kg administrée quotidiennement pendant cinq jours, avec ou sans diminution ultérieure de la dose. »

D’autres compléments de traitement comprennent :

– La colchicine, un antimitotique non stéroïdien qui a montré qu’il réduisait les niveaux de D-dimères et améliorait les résultats chez les patients atteints du Covid-19 hospitalisés

– Les antiplaquettaires tels que l’aspirine (81 mg par jour) ou l’héparine pour traiter la coagulation anormale du sang parfois observée dans le Covid-19

– L’oxygène supplémentaire si nécessaire

Pour réduire le risque d’auto-réinoculation (puisque le virus est aéroporté), ils recommandent également d’ouvrir les fenêtres et/ou de passer de longues périodes à l’extérieur (loin des autres) sans se couvrir le visage.

La figure ci-dessous, tirée de l’American Journal of Medicine et republiée dans Science Direct (15), illustre les différentes approches des soins à domicile proposées selon que l’on est en bonne santé, que l’on souffre d’une seule comorbidité ou de plusieurs, et selon le stade du processus de la maladie auquel les différents médicaments doivent être administrés.

L’hydroxychloroquine a un profil de sécurité éprouvé

Alors que les titres des médias ont décrit l’HCQ comme un médicament potentiellement mortel, il a en fait un profil de sécurité très solide qui remonte à des décennies. Dans un article publié dans l’American Journal of Epidemiology (16), Risch a passé en revue plusieurs études à grande échelle démontrant la sécurité du médicament.

Dans son article de Newsweek, (17) il a également souligné que les rapports d’effets indésirables cités par l’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments lorsqu’elle a averti que l’HCQ pouvait provoquer une arythmie cardiaque, en particulier lorsqu’elle est administrée avec de l’azithromycine, provenaient de patients qui avaient utilisé l’HCQ pendant de très longues périodes pour le traitement de maladies chroniques telles que le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde. Les mêmes risques ne s’appliquent tout simplement pas lorsque vous prenez de l’HCQ pendant quelques jours ou quelques semaines.

« Même si les taux réels d’arythmie sont dix fois plus élevés que ceux rapportés, les préjudices seraient minimes par rapport à la mortalité qui survient actuellement chez les patients à haut risque de Covid-19 insuffisamment traités », a écrit Risch (18).

« Ce fait est prouvé par une étude de l’Université d’Oxford portant sur plus de 320 000 patients âgés prenant à la fois de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine, qui présentaient un taux de mortalité par arythmie supérieur à 9/100 000 utilisateurs […] Un nouvel article de l’American Journal of Medicine, rédigé par des cardiologues établis du monde entier, est tout à fait d’accord avec cette affirmation. »

En effet, il a été démontré que la soi-disant preuve que l’HCQ causerait des problèmes cardiaques mortels est frauduleuse. Une étude a été rétractée après qu’on a découvert que les données avaient été fabriquées, et d’autres essais à grande échelle utilisaient tous des doses toxiques.

Alors que les médecins qui ont rapporté des succès avec le médicament utilisaient des doses standard d’environ 200 mg par jour pendant quelques jours ou peut-être quelques semaines, des études telles que le « Recovery Trial » financé par Bill & Melinda Gates (19) ont utilisé 2 400 mg d’hydroxychloroquine pendant les 24 premières heures – trois à six fois plus que la dose quotidienne recommandée (20) – suivi de 400 mg toutes les 12 heures pendant neuf jours supplémentaires pour une dose cumulative de 9 200 mg sur 10 jours.

De même, l’essai de The Solidarity Trial (21) mené par l’Organisation mondiale de la santé a utilisé 2 000 mg le premier jour, et une dose cumulée de 8 800 mg sur 10 jours. Ces doses sont tout simplement trop élevées.

Entre-temps, une analyse rétrospective au 1er juillet 2020(22,23,24) de 2 541 patients du Michigan a montré que l’utilisation de l’hydroxychloroquine seule a réduit la mortalité de plus de moitié, de 26,4 à 13,5 %. Les patients ont reçu 400 mg d’hydroxychloroquine deux fois le premier jour, puis 200 mg deux fois par jour pendant les quatre jours suivants.

Aucun effet indésirable lié au cœur n’a été observé. L’hydroxychloroquine associée à l’azithromycine a entraîné un taux de mortalité de 20,1 %, et l’azithromycine seule a entraîné un taux de mortalité de 22,4 %. L’azithromycine a été dosée à 500 mg le premier jour, puis à 250 mg une fois par jour pendant les quatre jours suivants.

Selon les auteurs (25), « l’association hydroxychloroquine + azithromycine a été réservée à des patients sélectionnés présentant la forme grave de Covid-19 et des facteurs de risque cardiaque minimes ». Malheureusement, le zinc n’a pas été inclus dans cet essai.

« Les médecins qui ont utilisé ces médicaments face à un scepticisme généralisé ont été vraiment héroïques », a écrit Risch dans Newsweek(26), « Ils ont fait ce que la science a démontré être le mieux pour leurs patients, souvent en prenant de grands risques personnels.

« Je connais moi-même deux médecins qui ont sauvé la vie de centaines de patients grâce à ces médicaments, mais qui se battent maintenant contre les commissions médicales de l’État pour sauver leur licence et leur réputation. Les poursuites engagées contre eux sont totalement dépourvues de fondement scientifique […]

« Comme chacun le sait, le médicament est devenu très politisé. Pour beaucoup, il est considéré comme un marqueur de l’identité politique, des deux côtés du spectre politique. Personne n’a besoin que je leur rappelle que ce n’est pas ainsi que la médecine doit procéder […] La réalité exige un regard clair et scientifique sur les preuves et les points qu’elles indiquent. »

Dans cette optique, les preuves que l’HCQ pourrait être utile contre le SRAS-CoV-2 remontent à 2005, lorsque l’article « Chloroquine Is a Potent Inhibitor of SARS Coronavirus Infection and Spread » a été publié dans le Virology Journal (27).

Selon cette étude (28) :

« […] la chloroquine a de forts effets antiviraux sur l’infection par le SRAS-CoV des cellules de primates. Ces effets inhibiteurs sont observés lorsque les cellules sont traitées avec le médicament avant ou après l’exposition au virus, ce qui suggère un avantage à la fois prophylactique et thérapeutique. »

En d’autres termes, la chloroquine a fonctionné à la fois comme un prophylactique (prévention) et un traitement contre le coronavirus du SRAS. C’est précisément ce que de nombreux médecins ont également constaté avec l’HCQ – un médicament très similaire à la chloroquine, mais au profil plus sûr – lorsqu’il est utilisé contre le SRAS-CoV-2.

Le Dr Joseph Mercola est le fondateur de Mercola.com. Médecin ostéopathe, auteur de best-sellers et lauréat de plusieurs prix dans le domaine de la santé naturelle, sa vision première est de changer le paradigme moderne de la santé en fournissant aux gens une ressource précieuse pour les aider à prendre leur santé en main. Cet article a été publié à l’origine sur Mercola.com

(1) Notes de Gates 30 avril 2020

(2) Anthraxvaccine.blogspot.com 27 juin 2020

(3) (17) (18) (26) Newsweek 23 juillet 2020

(4, 5, 6, 13, 14) The American Journal of Medicine janvier 2021 ; 134(1) : 16-22

(7) PLOS ONE 2014 ; 9(10) : e109180

(8, 9) Preprints 6 avril 2020 DOI : 10.20944/preints202004.0124.v1

(10) Journal of Medical Microbiology 15 septembre 2020 ; 69(10)

(11) medRxiv 8 mai 2020 DOI : 10.1101/2020.05.02.20080036 (PDF)

(12) Medical Hypotheses septembre 2020 ; 142 : 109815

(15) Science Direct janvier 2021

(16) American Journal of Epidemiology 27 mai 2020, kwaa093

(19) Age of Autism 16 juin 2020

(20) Uptodate.com Hydroxychloroquine

(21) The Solidarity Trial

(22) International Journal of Infectious Diseases 1er juillet 2020 DOI : 10.1016/j.ijid.2020.06.099

(23) Epoch Times, 2 juillet 2020

(24) Just the News 3 juillet 2020

(25) International Journal of Infectious Diseases 1er juillet 2020 DOI : 10.1016/j.ijid.2020.06.099, Patients

(27,28) Virology Journal 2005 ; 2 : 69

(29) Science, Public Health Policy and The Law July 2020 ; 1 : 4-22 (PDF)

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ