Une nouvelle espèce d’arachnide carnivore a été découverte en Argentine – elle appartient à la famille des «solifuges»

Par Jesus de Leon
5 novembre 2019 Mis à jour: 5 novembre 2019

Une nouvelle espèce d’araignée carnivore a été découverte en Argentine. Elle appartient à la famille des « solifuges » aussi appelées « scorpion du vent » dans certains pays africains, « araignée du soleil » en Espagne voire « araignée à dix pattes ».

La Fondation Leloir a expliqué que bien que les gens les confondent souvent avec des araignées, il s’agit d’un solifuge, qui est un ordre particulier et peu étudié d’arachnides d’apparence féroce.

Ces arachnides ont de grandes pièces buccales appelées chélicères, et ont la réputation inexacte de manger de la chair humaine ou d’être très venimeuses, explique Agencia Cyta – Fundación Institulo Leloir.

La nouvelle araignée a été découverte dans les provinces argentines de Santiago del Estero et de Córdoba.

Elle a reçu le nom de Gaucha ramírezi. Elle mesure deux centimètres de long et présente des taches claires sur les membranes latérales de son corps.

La nouvelle espèce de solifuge s’ajoute ainsi aux quelques dizaines décrites dans le pays.

Le nom qui lui a été choisi  rend hommage au Dr Martín Ramírez, arachnologue du MACN qui a codirigé la thèse de doctorat du premier auteur de la découverte, le biologiste colombien Ricardo Botero Trujillo. Ce dernier développe actuellement son post-doctorat au Musée américain d’histoire naturelle, situé à New York, aux États-Unis.

L’insecte découvert partage un genre avec la Gaucha santana que l’on trouve au Brésil.

Selon la Fondation Leloir, cette découverte mérite d’être célébrée.

« Il est important de connaître la biodiversité de nos pays pour connaître ce qu’est notre patrimoine biologique et pouvoir ainsi le préserver », a déclaré le Dr Andrés Ojanguren-Affilastro, chercheur du CONICET au Musée argentin des sciences naturelles Bernardino Rivadavia (MACN), à l’Agence Cyta-Leloir.

Les araignées se nourrissent principalement d’insectes, certaines des plus grandes espèces se nourrissent de lézards et d’oiseaux, et même de petits mammifères.

Une publication du mois de mai de cette année affirmait que les 7,2 milliards d’êtres humains qui habitent la planète pourraient être mangés en une seule année par toutes les araignées existantes. Cette affirmation a été faite après avoir examiné une étude publiée dans la revue Science of Nature.

La découverte

Les nouveaux spécimens ont été prélevés à la main ou à l’aide de pièges, a rapporté l’Agence Cyta.

Ces pièges sont des contenants ouverts au sommet, remplis de liquide de conservation et enfouis au ras du sol, là où les animaux sont susceptibles de passer et de tomber.

Les chercheurs les ont ensuite étudiés à l’aide d’une loupe, de microscopes et de tests ADN pour établir leur « parenté » avec d’autres espèces.

Les résultats de cette découverte ont été rassemblés dans une étude publiée sur le site Biotaxa (en anglais), sous le titre « Deux nouvelles espèces du genre solifuge Gaucha d’Argentine et du Brésil (Solifugae, Mummuciidae) ».

La Gaucha ramirezi existe dans une zone allant du parc provincial à la réserve forestière de Chancaní, dans la province de Córdoba, en Argentine.

En outre, sa présence a également été signalée dans une localité du nord-est de la province de Santiago del Estero.

L’autre espèce, Gaucha santana, n’est connue que dans la zone de protection de l’environnement d’Ibirapuitã, dans l’État du Rio Grande do Sul, au sud du Brésil.

Avec ces descriptions, le nombre d’espèces connues de Gaucha s’élève à onze, selon la publication.

RECOMMANDÉ