Une nouvelle étude associe l’ivermectine à une « forte réduction » des décès dus au Covid-19

Par Tom Ozimek
22 juin 2021
Mis à jour: 22 juin 2021

L’utilisation de l’ivermectine, un médicament antiparasitaire, pourrait conduire à des « réductions importantes » des décès dus au Covid-19 et pourrait avoir un « impact significatif » sur la pandémie au niveau mondial, selon une récente revue pré-imprimée basée sur des études évaluées par des pairs.

Pour l’étude (pdf), publiée le 17 juin dans l’American Journal of Therapeutics (une revue médicale bimensuelle à comité de lecture couvrant la pharmacologie et la thérapeutique), un groupe de scientifiques a examiné l’utilisation de l’ivermectine, qui a des propriétés antivirales et anti-inflammatoires, dans 24 essais contrôlés randomisés impliquant un peu plus de 3 400 participants. Les chercheurs ont cherché à évaluer l’efficacité de l’ivermectine dans la réduction de l’infection ou de la mortalité chez les personnes atteintes du Covid-19 ou présentant un risque élevé de le contracter.

En utilisant plusieurs méthodes d’analyse séquentielle, les chercheurs ont conclu avec un niveau de confiance modéré que le médicament réduisait le risque de décès chez les patients atteints de Covid-19 de 62 % en moyenne, avec un intervalle de confiance de 95 % de 0,19 à 0,79, sur un échantillon de 2 438 patients.

Parmi les patients hospitalisés pour le Covid-19, le risque de décès s’est avéré être de 2,3 % chez ceux traités avec le médicament, contre 7,8 % chez ceux qui ne l’ont pas été, selon l’étude.

« Les preuves d’une incertitude modérée montrent qu’il est possible de réduire considérablement le nombre de décès dus au Covid-19 en utilisant l’ivermectine. L’utilisation de l’ivermectine à un stade précoce de l’évolution clinique peut réduire le nombre de personnes qui progressent vers une maladie grave », ont écrit les auteurs.

Un travailleur de la santé montre une boîte contenant une bouteille d’ivermectine dans le cadre d’une étude du Centre d’études des maladies infectieuses pédiatriques, à Cali, en Colombie, le 21 juillet 2020. (Luis Robayo/AFP via Getty Images)

Depuis le début de la pandémie, des études observationnelles et randomisées ont évalué l’ivermectine comme traitement et comme prévention de l’infection par le Covid-19.

« Une analyse de la Front Line Covid-19 Critical Care Alliance a résumé les résultats de 27 études sur les effets de l’ivermectine pour la prévention et le traitement de l’infection par le Covid-19, et a conclu que l’ivermectine ‘démontre un signal fort d’efficacité thérapeutique’ contre le Covid-19 », ont écrit les chercheurs, en se référant à une analyse récente, qui était basée sur des données provenant à la fois d’études évaluées par des pairs et de documents écrits en voie de publication.

Ils ont cité une autre analyse récente qui conclut que l’ivermectine réduit les décès jusqu’à 75 %, tout en notant que ni les Instituts américains de la santé des États-Unis (NIH) ni l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’ont recommandé l’utilisation de l’ivermectine en dehors des essais cliniques pour lutter contre le Covid-19.

L’Administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA), dans une note intitulée Why You Should Not Use Ivermectin to Treat or Prevent Covid-19 (pourquoi ne pas utiliser l’ivermectine pour traiter ou prévenir le Covid-19), prévient qu’elle a reçu « de multiples rapports de patients qui ont eu besoin d’une assistance médicale et ont été hospitalisés après s’être automédicamentés avec de l’ivermectine destinée aux chevaux ».

« L’utilisation de tout traitement pour le Covid-19 qui n’est pas approuvé ou autorisé par la FDA, à moins qu’il ne fasse partie d’un essai clinique, peut causer des dommages graves », a déclaré la FDA dans la note, ajoutant qu’elle n’a pas examiné les données pour soutenir l’utilisation de l’ivermectine chez les patients atteints du Covid-19.

L’OMS a déclaré en mars que « les données actuelles sur l’utilisation de l’ivermectine pour traiter les patients atteints du Covid-19 ne sont pas concluantes » et que, jusqu’à ce que davantage de données soient disponibles, l’agence recommande que « le médicament ne soit utilisé que dans le cadre d’essais cliniques ».

Les auteurs de l’étude d’efficacité ont toutefois fait valoir que le médicament a un « profil de sécurité établi par des décennies d’utilisation » et qu’il « pourrait jouer un rôle essentiel dans la suppression ou même l’arrêt de la pandémie de SRAS-CoV2 ».

« La sécurité apparente et le faible coût suggèrent que l’ivermectine est susceptible d’avoir un impact significatif sur la pandémie de SRAS-CoV-2 au niveau mondial », ont-ils écrit dans le résumé de l’étude.

Les auteurs ont noté dans leur publication que toutes les études sur lesquelles ils ont fondé leurs conclusions ont été examinées par des pairs.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ