Une nouvelle étude finlandaise révèle que l’activité humaine a une influence mineure sur le changement de la température mondiale

Par Victor Westerkamp
17 juillet 2019 Mis à jour: 25 juillet 2019

Une étude finlandaise réalisée par des chercheurs de l’Université de Turku montre que l’homme n’a été responsable que d’une infime partie du changement de la température mondiale au cours des 100 dernières années.

Jyrki Kauppinen et Pekka Malmi du Département de physique et d’astronomie de cette université l’affirment dans leur analyse intitulée No experimental evidence for the significant anthropogenic (man-made) climate change qui a été publiée le 29 juin dernier.

Ils soulignent que les modèles climatiques du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) « ne tiennent pas compte d’un fort effet négatif des nuages. Si nous prêtons attention au fait que seulement une petite partie de l’augmentation de la concentration de CO2 est anthropique (d’origine humaine), nous devons reconnaître que le changement climatique anthropique n’existe pas dans la pratique ».

A new paper published by researchers form the University of Turku in Finland suggests that even though observed changes…

Helsinki Times စာစုတင်ရာတွင် အသုံးပြုမှု ၂၀၁၉၊ ဇူလိုင် ၁၄၊ တနင်္ဂနွေနေ့

Selon l’étude, même si la température de la planète a augmenté de 0,1 degré Celsius au cours des 100 dernières années, l’activité humaine n’est responsable que pour un dixième de ce chiffre – soit environ 0,01 degré Celsius – un chiffre négligeable.

Les chercheurs finlandais expliquent que les conclusions du GIEC surestiment l’influence du CO2 sur le changement climatique ainsi que le rôle des activités humaines dans l’augmentation de la température mondiale.

De plus, ils affirment n’avoir utilisé que des preuves expérimentales, alors que les chercheurs du GIEC ont formulé leurs conclusions sur la base des calculs informatiques, qui ne prenaient pas en considération l’énorme influence de la formation de nuages – et ceci tout simplement parce que cela ne correspondait pas à leur théorie.

« C’est pourquoi ces modèles accordent un très petit rôle au changement naturel de la température, ce qui laisse un très grand rôle dans le changement de la température observée aux gaz à effet de serre », indique le rapport.

Les conclusions de chercheurs finlandais indiquent que ce sont les formations nuageuses basses qui sont responsables du changement climatique. « Les changements dans la fraction basse de la couverture nuageuse contrôlent pratiquement la température globale. »

Ces conclusions corroborent les résultats du rapport des chercheurs de l’Université de Kobe au Japon, intitulé Revealing the impact of cosmic rays on the Earth’s climate, publié le 28 juin dernier. Ce rapport affirme également que les formations nuageuses – qui restent souvent ignorées dans les modèles informatiques régulièrement utilisés – constituent la principale raison du changement climatique.

RECOMMANDÉ