Une nouvelle étude suggère que le variant Lambda Covid-19 présente une résistance aux vaccins

Par Isabel van Brugen
18 août 2021
Mis à jour: 18 août 2021

Des chercheurs japonais ont découvert que le variant Lambda Covid-19 présente une infectivité et une résistance immunitaire aux vaccins plus élevées que la version du virus qui a fait son apparition à Wuhan, en Chine.

Une publication préliminaire d’une étude japonaise, qui doit encore faire l’objet d’un examen par les pairs, suggère que le variant Lambda, détecté pour la première fois au Pérou, est capable de résister aux anticorps neutralisants induits par les vaccins qui peuvent combattre le virus du PCC (Parti communiste chinois).

Lors d’expériences en laboratoire, les chercheurs ont découvert que trois mutations dans la protéine spike du variant l’aident à contourner les anticorps, tandis que deux autres mutations contribuent à le rendre plus infectieux.

Le variant Lambda, également connu sous le nom de C.37, serait apparu pour la première fois au Pérou en août de l’année dernière, mais ce n’est que ces derniers mois qu’il a été reconnu comme une menace mondiale potentielle, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’ayant déclaré variant d’intérêt le 17 juin après son apparition dans plusieurs pays simultanément.

L’OMS avait précédemment déclaré que les « anticorps neutralisants » du variant pouvaient accroître sa transmissibilité ou potentiellement augmenter sa résistance. Il a été « associé à des taux substantiels de transmission communautaire dans plusieurs pays », a-t-elle ajouté.

Au Pérou, la souche Lambda est à l’origine d’environ 82 % des nouvelles infections. Par ailleurs, le Chili, l’Argentine, le Brésil, la Colombie, l’Équateur et le Mexique ont tous confirmé l’existence de cas répandus de ce variant.

« Il est à noter que le taux de vaccination au Chili est relativement élevé ; le pourcentage de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin Covid-19 était d’environ 60 % », écrivent les chercheurs.

« Néanmoins, une forte poussée de Covid-19 s’est produite au Chili au printemps 2021, ce qui suggère que le variant Lambda est capable d’échapper à l’immunité antivirale suscitée par la vaccination », préviennent-ils.

Aux États-Unis, le variant Lambda a jusqu’à présent infecté un peu moins de 1 000 personnes, et certains experts estiment qu’il représente une menace moindre que le variant Delta, qui constitue actuellement au moins 80 % de tous les nouveaux cas séquencés dans le pays.

Les chercheurs japonais mettent en garde contre le fait que Lambda étant étiqueté comme un variant d’intérêt par l’OMS, plutôt qu’un variant préoccupant, les gens pourraient ne pas se rendre compte qu’il constitue une menace permanente par rapport à d’autres souches.

Le virologue de l’OMS Jairo Mendez-Rico a déclaré à la fin du mois dernier à DW que, bien que la souche puisse présenter des taux d’infection plus élevés, rien n’indique qu’elle soit plus agressive.

Mendez-Rico a déclaré au journal que des données supplémentaires étaient nécessaires pour comparer la nouvelle souche à d’autres souches existantes telles que Gamma (P.1) et Delta (B.1.617.2), qui ont déjà été classées par l’OMS comme des variants préoccupants.

Parallèlement, le chercheur principal Kei Sato, de l’Université de Tokyo, a déclaré à Reuters qu’il pensait que « Lambda peut constituer une menace potentielle pour la société humaine ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ