Nouvelle flambée du virus Ebola signalée au Congo, l’OMS s’alarme

Par Jack Phillips
24 août 2020
Mis à jour: 24 août 2020

Une nouvelle épidémie du virus Ebola a infecté 100 personnes en République démocratique du Congo dans la province de l’Équateur, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a indiqué que plusieurs dizaines de personnes sont décédées.

L’épidémie a été déclarée pour la première fois le 1er juin dans la province, et un groupe a été trouvé pour la première fois à Mbandaka, la capitale.

« L’épidémie s’est depuis étendue à 11 des 17 zones sanitaires de la province. Sur les 100 cas signalés à ce jour, 96 sont confirmés et quatre sont probables », a déclaré l’agence.

Quelque 43 personnes sont mortes du virus mortel, qui provoque une fièvre hémorragique.

« L’épidémie présente des défis logistiques importants, les communautés touchées s’étendant sur de grandes distances dans des zones éloignées et densément boisées de la province, qui chevauche l’Équateur », a déclaré l’OMS. « Dans sa plus large étendue, l’épidémie s’étend sur environ 322 km, à la fois d’est en ouest et du nord au sud.

CELA POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER :

L’agence a indiqué que l’aide aux populations touchées peut prendre plusieurs jours. Les fournitures et les premiers intervenants doivent se rendre dans des zones qui n’ont pas de routes et peuvent devoir compter sur les transports fluviaux, selon l’OMS.

Dans la même province, une épidémie d’Ebola s’est produite en mai 2018, tuant au moins 33 personnes.

« Avec 100 cas d’Ebola en moins de 100 jours, l’épidémie dans la province de l’Équateur évolue de manière inquiétante », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti de l’OMS. « Le virus se propage sur un terrain large et accidenté qui nécessite des interventions coûteuses et avec le Covid-19 qui draine les ressources et l’attention, il est difficile d’intensifier les opérations. »

Au début du mois d’août, les agents de santé congolais d’Ebola ont protesté contre les salaires impayés.

Le ministre provincial de la Santé, Bruno Efoloko, a déclaré que le gouverneur avait conclu les négociations avec les travailleurs en grève tard dans l’après-midi de lundi 17 août. Ils protestaient contre la récente publication par le ministère de la Santé de leurs échelles de salaires, qu’ils jugeaient trop basses, et contre le fait que le gouvernement ne les paye pas depuis le début de la nouvelle épidémie, a déclaré M. Keita.

« Les négociations ont été couronnées de succès. Le laboratoire est maintenant opérationnel », a déclaré M. Efoloko à Reuters, ajoutant que certains techniciens de laboratoire avaient repris le travail après les négociations. « Le ministère national de la Santé promet d’examiner leurs revendications », a déclaré M. Efoloko. « Nous continuerons à sensibiliser les autres pour une reprise effective des activités. »

En juin, le Congo a célébré la fin d’une épidémie isolée d’Ebola dans l’est du pays, la deuxième plus grave jamais enregistrée, qui a tué plus de 2 200 personnes en 2 ans.

L’OMS a déclaré ce week-end que la réponse actuelle a effectivement besoin de financement.

« Sans un soutien supplémentaire, les équipes sur le terrain auront plus de mal à faire face au virus », a déclaré le Dr Moeti. « Le Covid-19 n’est pas la seule urgence qui nécessite un soutien solide. Comme nous le savons par notre histoire récente, nous ignorons le virus Ebola à nos risques et périls. » Il faisait référence à la maladie causée par le virus du PCC* (virus du Parti communiste chinois).

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ