Une nouvelle maman effrayée publie un «compte-rendu» sur sa ravissante fille atteinte de trisomie 21

Par Louise Bevan
25 janvier 2020
Mis à jour: 25 janvier 2020

Révéler sa grossesse implique souvent que la future maman, ravie, réprime son envie de crier la nouvelle sur les toits en attendant le moment parfait pour le faire. Mais Jessica Egan, de Salt Lake City, dans l’État de l’Utah (États-Unis), n’avait pas du tout envie de crier la nouvelle. Elle avait peur d’annoncer qu’elle était enceinte.

Jessica avait été informée de la grossesse de plusieurs collègues débordantes de joie – trois d’entre elles attendaient même des jumeaux – mais une nouvelle au sujet de sa propre grossesse avait dissipé sa joie de devenir mère.

Après avoir essayé pendant des années de concevoir un enfant, la jeune femme de 31 ans et son mari avaient subi une série infructueuse de fécondation in vitro. Ils ont fini par recevoir la bonne nouvelle qu’ils attendaient depuis si longtemps : Jessica était enceinte. Cependant, l’exaltation du couple n’a pas duré longtemps. Un test sanguin à 11 semaines de grossesse a permis de détecter la trisomie 21, aussi connue sous le nom de syndrome de Down, une anomalie génétique des chromosomes qui cause des retards de développement. Jessica s’est confiée au site Mamamia : « À ce moment-là, je me suis sentie complètement anéantie. »

Jessica craignait profondément que son bébé ne soit pas accepté ou célébré de la même manière que ceux de ses collègues l’avaient été. « J’ai passé les trois jours suivants à la maison, en larmes, effrayée à l’idée d’annoncer la nouvelle à qui que ce soit », se souvient-elle.

Jessica et son mari, voulant se renseigner sur le diagnostic de leur enfant à naître, ont communiqué avec leur fondation locale pour la trisomie 21. Ils ont appris que l’anomalie résulte d’une division cellulaire anormale in utero : la formation d’une copie supplémentaire, complète ou partielle, du chromosome 21. Le site trisomie21.0rg estime qu’en France, entre 38 700 et 49 100 personnes étaient porteuses de trisomie 21 en 2017.

Le couple consciencieux a constaté que ses craintes étaient apaisées après avoir parlé à la fondation. « Nous avons commencé à réaliser que nous ne devions pas craindre la trisomie 21 », a raconté Jessica. « Quand notre enfant est née, nous étions submergés d’amour pour elle. »

Quand bébé Gwendolyn a eu 2 mois, ses parents étaient profondément amoureux d’elle. Afin d’assurer aux autres parents qu’il n’y a rien à craindre d’un diagnostic de trisomie, Jessica a décidé de publier sur Facebook un « compte-rendu » de son expérience parentale jusqu’à présent. Afin de détendre l’atmosphère, elle a utilisé l’euphémisme humoristique de « passer une commande » pour un bébé : « Quand j’ai passé ma commande, j’ai demandé : ‘Une quantité normale de chromosomes, s’il vous plaît !' », a écrit Jessica pour commencer. « C’est ce que tous les autres ont reçu, et c’est ce que je voulais aussi. »

« Ils m’ont appelée peu de temps après le début de la production de ma commande, poursuit Jessica, et ils m’ont dit : ‘Bonne nouvelle, nous sommes allés de l’avant et nous vous avons ajouté gratuitement un chromosome en extra ! Vous recevrez le chromosome supplémentaire avec votre commande complétée en 9 mois.' » Elle a ensuite exprimé une indignation comique et exagérée au sujet du chromosome supplémentaire de son enfant à naître, mais elle a fini par conclure que le « surclassement » était acceptable : « J’ai décidé que recevoir ma commande avec le chromosome supplémentaire était mieux que de ne pas recevoir de commande du tout, alors je me suis installée pour attendre l’arrivée de cette commande surclassée sans préavis. »

Jessica a écrit à quel point elle adorait sa fille, encourageant d’autres futurs parents à « surclasser avec un chromosome supplémentaire » si l’occasion se présentait – sa façon de dire, sans l’ombre d’un doute, que ni elle ni son mari n’ont plus aucune crainte. Bébé Gwendolyn est parfaite.

« J’ai publié quelques photos du produit fini ci-dessous, conclut la mère avec humour, et vous pouvez voir que le chromosome supplémentaire en valait vraiment la peine […] J’achèterais à nouveau, sans aucune doute. »

Mamamia a rapporté que le message de Jessica a d’abord été publié pour la famille et les amis, mais ses mots si drôles sont devenus viraux. Ils ont été partagés 74 000 fois depuis leur publication, un nombre incroyable. Et les commentaires que Jessica a reçus l’appuyaient sans réserve. « J’espère que les gens trouveront du réconfort dans ma publication, a-t-elle ajouté, mais j’espère aussi que les personnes qui n’ont aucune expérience de la trisomie 21 ou d’autres anomalies chromosomiques pourront ouvrir leur cœur et leur esprit. »

Jessica a partagé un rêve qu’elle avait fait au sujet de l’avenir de Gwendolyn : « Notre petite fille avait grandi et elle travaillait dans un magasin de décoration à la mode, elle était aussi une cuisinière talentueuse », a partagé Jessica. « J’espère qu’il n’y aura aucune limite à ce qu’elle peut devenir. »

Avec l’amour et l’acceptation de sa famille, de ses amis et de la société en général, Gwendolyn ne connaîtra aucune limite.

Photos : avec l’aimable autorisation de Jessica Young Egan (Facebook | Instagram)

Vous pouvez également regarder cette vidéo :

Un petit garçon trisomique a l’une des plus belles réactions
lorsqu’il rencontre son nouveau petit frère

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ