La nouvelle politique de Trump : aucun privilège pour les immigrants cubains

19 juin 2017
Mis à jour: 19 juin 2017

Le 16 juin dernier, à Miami, le président Donald Trump a fait une annonce qui renversait la politique de détente envers Cuba entamée par son prédécesseur Barack Obama. Toutefois, des points du programme politique d’Obama ont été maintenus : l’annulation des privilèges d’immigration accordés aux Cubains – la soi-disant politique des « pieds secs, pieds mouillés » [qui permettait à ceux qui avaient foulé le sol américain de recevoir des papiers, tandis que ceux qui étaient interceptés en mer devaient retourner chez eux].

Pendant des décennies, chaque Cubain qui arrivait à toucher le sol américain pouvait obtenir facilement une Green Card. Obama a mis fin à une telle politique – chaque Cubain qui échappait à la persécution politique dans son pays devait demander l’asile de la même manière que d’autres immigrants.

Cette mesure a été critiquée par de nombreux représentants de la communauté cubano-américaine des États-Unis qui ne comprenaient pas pourquoi la politique américaine était changée tandis que sur leur île, les Cubains faisaient toujours face aux mêmes répressions politiques qu’auparavant.

Human Rights Watch a rapporté que le régime cubain a libéré 53 prisonniers politiques en signe d’encouragement du dégel d’Obama. Cependant, selon Amnesty International, en 2015, ce régime détenait plus de 8 600 personnes pour des raisons politiques.

Trump a déclaré qu’il avait décidé de ne pas rétablir la politique des « pieds secs, pieds mouillés » afin de ne pas inciter les Cubains à traverser le détroit de Floride – un voyage souvent dangereux sur des bateaux de fortune.

Mais il peut aussi y avoir d’autres raisons.

Le nombre de Cubains entrant aux États-Unis a augmenté ces dernières années, approchant 54 400 en 2015.

Selon Fernando Menéndez, immigrant cubain et expert de l’économie cubaine au Center for a Secure Free Society à Washington, un grand nombre d’immigrants, surtout des jeunes, sont moins motivés par l’idée de la liberté et ne partent aux États-Unis que pour gagner de l’argent.

Certains Cubains viennent même aux États-Unis pour des prestations sociales qui sont plus avantageuses, a confié Fernando Menéndez à Epoch Times l’année dernière.

Accorder systématiquement la Green Card aux Cubains « n’est pas juste par rapport aux autres immigrants », a-t-il ajouté.

Version anglaise : No Immigration Privileges for Cubans Under Trump’s New Policy

RECOMMANDÉ