Nouvelle vague de l’épidémie à Pékin : fermeture de quartiers et d’entreprises

Par Eva Fu
30 juin 2020
Mis à jour: 30 juin 2020

Le festival des bateaux-dragons, l’une des traditions chinoises les plus célèbres, rassemble généralement une foule nombreuse à cette époque de l’année, pour participer à des courses de bateaux et déguster en famille des boulettes de riz collant enveloppées dans des feuilles de bambou.

Mais les Pékinois ne sont pas d’humeur à faire la fête cette année.

La ville est maintenant à nouveau partiellement confinée, les autorités ont intensifié les tests de dépistage après la réapparition du virus du PCC, également nommé le nouveau coronavirus, dans la ville il y a deux semaines. Environ 2,3 millions de citoyens de Pékin ont subi des tests, tandis que les entreprises de la ville ont signalé des infections groupées.

« Personne ne veut jouer avec sa vie », a déclaré au journal Epoch Times un employé du service de courrier local SF Express dans le quartier de Fengtai à Pékin, où se trouve le marché alimentaire Xinfadi, qui, selon les autorités, est à l’origine du premier groupe d’infections de la ville. Les employés de toute l’entreprise ont subi des tests et attendent les résultats. L’entreprise a également cessé ses services de livraison dans environ 44 districts de Pékin, que les autorités ont qualifiés de régions à risque élevé ou moyen.

Un livreur de plats cuisinés, qui a reçu en moyenne 50 commandes par jour depuis le mois de juin, a été contaminé par le virus le 22 juin. Par ailleurs, un couple – tous deux employés d’un supermarché local – est tombé malade après avoir utilisé des toilettes publiques.

Le jeudi, lorsque la ville a vu l’arrivée du congé annuel de trois jours pour le festival des bateaux-dragons, les rues étaient étrangement vides, des concierges de passage, des travailleurs migrants bloqués et des agents de police et de sécurité étaient présents.

Alors que les habitants de la ville font tout leur possible pour éviter le virus mortel, la question « avez-vous été testé ? » est devenue la salutation la plus populaire ces derniers temps, selon les internautes chinois.

Lors d’une conférence de presse le 24 juin, Lei Haichao, directeur de la Commission municipale de la santé de Pékin, a déclaré que l’épidémie était « fondamentalement sous contrôle » dans la ville. Cependant, l’histoire du régime en matière de dissimulation ainsi que des documents ayant récemment fait l’objet de fuites ont remis en question la fiabilité de ces affirmations. Selon les rapports officiels, environ 300 personnes ont été testées positives pour le virus au 26 juin, tandis que 25 autres porteurs asymptomatiques sont sous observation médicale.

Des personnes qui portent des masques se rassemblent à l’extérieur lors d’un test de masse pour le coronavirus Covid-19 sur le site de test de la rue Jinrong à Pékin le 24 juin 2020. (Nicolas Asfouri/AFP via Getty Images)

Environ 500 membres du personnel de santé ont été envoyés dans les hôpitaux de Pékin depuis d’autres régions du pays pour effectuer des tests et apporter une aide médicale.

Une vidéo qui circule actuellement sur les médias sociaux montre du personnel en uniforme orange et en combinaison blanche de protection contre les substances dangereuses en train de sceller des immeubles résidentiels avec des panneaux métalliques. Un membre du personnel du centre de soins pour personnes âgées du district de Haidian, l’une des zones les plus durement touchées, a confirmé que des mesures draconiennes étaient mises en œuvre depuis le 25 juin, précisant que l’entrée du bâtiment avait été bloquée par les autorités après l’apparition de nouveaux cas de virus.

La sécurité chinoise est présente sur un site gouvernemental de test d’acide nucléique par écouvillonnage pour le Covid-19 dans le district de Xicheng lors d’une visite organisée le 24 juin 2020 à Pékin, en Chine. (Kevin Frayer/Getty Images)

Les quartiers et les bus de Pékin ont repris les contrôles de température à l’entrée, tandis que les maisons de retraite ont interdit les visites familiales. Les personnes qui souhaitent quitter la ville ont également été invitées à fournir des preuves qu’elles n’ont pas été contaminées par le virus depuis au moins une semaine.

Selon certaines sources d’informations, le virus de la vague de Pékin a déjà voyagé dans au moins cinq autres provinces et une municipalité à travers la Chine.

Marché Xinfadi

Connu sous le nom de « panier alimentaire » de Pékin, le marché de Xinfadi – où la dernière épidémie aurait commencé – est l’un des plus grands marchés de fruits et légumes d’Asie et, depuis 17 ans, a enregistré l’un des plus gros volumes de ventes parmi les 4 600 marchés de gros du pays. Le virus, qui a provoqué l’arrêt brutal de tout commerce à cause des politiques gouvernementales, va non seulement perturber la chaîne d’approvisionnement alimentaire de Pékin, mais aussi avoir un impact durable sur la vie d’environ 100 millions de personnes dans la ville et les régions environnantes, a déclaré Li Linyi, observateur de la Chine.

Des travailleurs chinois chargés de la lutte contre l’épidémie portent des combinaisons de protection alors qu’ils se désinfectent après avoir effectué un test par écouvillonnage d’acide nucléique pour le Covid-19 sur des citoyens dans un centre de dépistage gouvernemental du district de Xicheng, lors d’une tournée organisée le 24 juin 2020 à Pékin. (Kevin Frayer/Getty Images)

Les membres du personnel d’au moins sept restaurants ont été testés positifs pour le virus après avoir visité le marché. Beaucoup d’autres languissent en raison de la pénurie monétaire créée par les mesures de quarantaine prolongées adoptées par le gouvernement, qui vont se prolonger pendant une période indéfinie.

« Que voulez-vous qu’on planifie ? Il est très peu probable de pouvoir prospérer », a déclaré dans une interview un employé d’une agence de voyage près de la gare de Pékin Ouest.

Un autre agent de voyage a précisé qu’ils suivaient des cours de formation chez eux et évitaient de sortir. « Nous sommes à peine capables de survivre », dit-il.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ