Le nouveau clip de campagne de Trump vise l’ ‘escouade’ des démocrates radicaux Ilhan Omar, Alexandria Ocasio-Cortez, Ayanna Pressley et Rashida Tlaib

Par Zachary Stieber
28 juillet 2019 Mis à jour: 29 juillet 2019

ÉTATS-UNIS – L’équipe de campagne 2020 du président Donald Trump a publié une nouvelle vidéo ciblant quatre députées radicales du Congrès, que le président a qualifié du nouveau visage du Parti démocrate américain.

La vidéo de campagne démarre sur une image des représentantes Ilhan Omar (D-Minn.), Alexandria Ocasio-Cortez (D-N.Y.), Ayanna Pressley (D-Mass.), et Rashida Tlaib (D-Mich.). Alexandria Ocasio-Cortez a des spirales d’hypnotiseurs en référence à ses régulières expressions oculaires suivit de la légende « The Squad : ‘Rencontrez les dirigeantes du parti démocrate’. »

La vidéo démarre d’abord avec la séquence sur la démocrate Ilhan Omar, entrecoupée de remarques de Trump sur ses déclarations tenues lors de son récent rassemblement en Caroline du Nord, dont son dicton somalien sur l’Amérique : « L’ignorance est très répandue dans ce pays ».

L’élue Ilhan Omar (D-Minn.) s’exprime lors d’une conférence de presse au Capitole le 15 juillet 2019. (Holly Kellum/NTD)

La seconde séquence de la vidéo se concentre sur la démocrate Rashida Tlaib, représentante du Michigan qui avait assuré le soir de l’élection que « nous allons y aller et nous allons destituer ce [juron] », une déclaration pour laquelle elle a refusé de présenter des excuses.

Une autre vidéo montre Rashida Tlaib, en train d’être expulsée d’un meeting de Trump. L’élue hurle et crie sur ceux qui l’entourent.

L’équipe de campagne de Trump s’attaque ensuite à M. Pressley, autre membre de « l’escouade ». Celle-ci avait récemment présenté un projet de loi visant à abolir la peine de mort au niveau fédéral, après que l’administration Trump l’a rétablie.

La campagne de Trump a mis en lumière une remarque faite récemment par Pressley, qui a largement été accusée d’être une remarque raciste.

La représentante Ayanna Pressley (D-Mass.) lors d’une audition de la Chambre devant le Comité de surveillance et de réforme, à Washington, le 12 juillet 2019. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Lors d’un récent événement, Pressley déclarait : « Nous n’avons pas besoin d’autres visages bruns qui ne veulent pas être une voix brune. Nous n’avons pas besoin de visages noirs qui ne veulent pas être une voix noire ».

La vidéo passait ensuite à Trump lors d’un meeting récent, rappelant qu’Ocasio-Cortez, autre membre de la Bande des Quatre « a déclaré que les immigrants illégaux sont plus américains que ne le sera jamais toute personne qui cherche à les empêcher d’entrer illégalement dans le pays ».

« Incroyable n’est-ce pas ? » a interrogé Trump.

L’intervention d’Alexandria Ocasio-Cortez a été diffusée lors d’une apparition sur MSNBC, où elle disait : « Les femmes et les enfants à cette frontière qui essaient de chercher refuge et de trouver des opportunités aux États-Unis d’Amérique, avec rien d’autre que leur chemise sur le dos, sont plus américains que ne le sera jamais, toute personne qui cherche à les tenir hors de ce pays, », révèle le New Yorker.

Le film de la campagne conclu sur l’élue déclarant au cours d’une autre entrevue : « Si cela signifie radical, appelez-moi radical », avant de montrer à nouveau les quatre membres du « Squad » (l’Escouade) et de terminer avec le logo de la campagne «  Trump-Pence 2020 ».

Trump a attaqué les quatre femmes du Congrès à plusieurs reprises depuis le 14 juillet, date à laquelle il a posté sur Twitter des messages les exhortant de retourner dans leur pays d’origine si elles n’aimaient pas les États-Unis et à réparer leurs gouvernements « cassés », avant de revenir en Amérique pour « nous montrer comment faire ».

Si Ilhan Omar est née en Somalie, ses trois proches alliées démocrates sont elles, nées aux États-Unis.

Le président Donald Trump s’adresse aux médias avant de quitter la Maison-Blanche sur Marine One en route pour Bedminster, N.J., le 19 juillet 2019. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Trump a déclaré plus tard que ces quatre femmes du Congrès n’aimaient pas l’Amérique et que si elles n’aimaient pas l’Amérique, elles devraient partir.

Il a particulièrement visé Ilhan Omar, la traitant « d’antisémite  qui déteste l’Amérique » et il a passé plusieurs minutes au rassemblement à énumérer une liste des déclarations de la démocrate, avant que la foule ne se mette à chanter « Renvoyez-la ».

Le lendemain, Trump a confié aux journalistes n’avoir pas aimé le chant.

Le « Squad » et ses sympathisants ont à leur tour qualifié le président de raciste et déclaré qu’ils espéraient le vaincre en 2020 si les efforts de destitution échouaient.

RECOMMANDÉ