Obamagate : l’ancien président américain doit-il faire l’objet d’une enquête pour obstruction à l’enquête sur la Russie?

Par John D. O Connor
22 mai 2020
Mis à jour: 22 mai 2020

Le gouvernement de notre pays a passé des années et a dépensé des millions, sans succès, pour enquêter sur chaque nuance microscopique d’une éventuelle obstruction du président Donald Trump lors de l’enquête sur la collusion russe.

À la lumière des récentes révélations, peut-on penser l’impensable : notre ex-président canonisé Barack Obama devrait-il faire l’objet d’une enquête criminelle pour obstruction potentielle à cette même enquête ?

Comme le suggère le rapport Mueller, l’obstruction à la justice peut impliquer une tentative, c’est-à-dire tout « effort », d’entraver une enquête, même si elle est infructueuse. Le procureur général William Barr, dans son interprétation stricte de la loi, limite le crime à toute tentative d’affecter la disponibilité ou la qualité des preuves dans une enquête.

Notre première question est donc très simple : lorsque le président Obama a rencontré ses responsables de la sécurité nationale le 5 janvier 2017, a-t-il été question de cacher au nouveau président Trump et à son équipe de sécurité nationale les preuves recueillies dans le cadre de l’enquête sur la collusion russe ? Si oui, ne s’agirait-il pas d’une conspiration visant à « tenter » de limiter la disponibilité des preuves ? Oui, ce serait le cas.

La réponse apaisante et méprisante des partisans d’Obama serait la suivante. Il est généralement admis que le procureur général est en charge des enquêtes criminelles et que lui cacher des preuves ainsi qu’à ses agents est un crime, par opposition à les cacher au président.

Selon ce point de vue, tant que le procureur général par intérim Rod Rosenstein n’est pas privé des preuves (le procureur général Jeff Sessions s’est récusé), tout va bien. Selon cette analyse, non seulement il était acceptable de dissimuler des preuves à Donald Trump, mais il était conseillé de le faire, afin qu’il ne puisse pas entacher ou influencer l’enquête du procureur général.

Ce cadre semble, à première vue, correspondre à la poursuite de l’obstruction du président Richard Nixon qui l’a poussé à quitter son poste dans le scandale du Watergate. Nixon a tenté, par le biais d’une fraude, de dissimuler au FBI, l’agent chargé de l’enquête du procureur général, les preuves de la « piste de l’argent mexicain ». Le président pouvait faire obstruction à l’enquête du procureur général, et il l’a fait, même si, bien sûr, le procureur général était sous ses ordres.

Mais en faisant cette comparaison, nous passons à côté d’une distinction cruciale. L’enquête sur la « collusion russe », contrairement à l’enquête sur le cambriolage du Watergate, n’était pas une enquête criminelle, mais plutôt une enquête de contre-espionnage.

Le procureur général et le FBI peuvent travailler sur une telle enquête de contre-espionnage, mais cette question relève toujours des pouvoirs de sécurité nationale du président en tant que commandant en chef selon la Constitution. En conséquence, c’est le président, et non le procureur général, qui dirige nécessairement une enquête de contre-espionnage.

Si nous devons donc établir une véritable analogie avec le Watergate, le 5 janvier 2017, le président Obama et son équipe de sécurité nationale se sont efforcés d’empêcher l’équipe de sécurité nationale entrante, dirigée par Donald Trump, de recevoir à la fois les preuves essentielles, ou l’absence de preuves, de la collusion jusqu’à présent recueillie, et les preuves des méthodes utilisées pour rassembler ces faits. La dissimulation est une forme de fraude, et donc un acte de corruption, tout comme l’a été la tentative de Nixon de dissimuler l’argent mexicain.

Nous pouvons maintenant comprendre pourquoi la conseillère à la sécurité nationale Susan Rice s’est envoyée, le 20 janvier 2017, un étrange mémo pour couvrir les flancs du président Obama qui voulait que tout soit fait « dans les règles ». Elle ne l’aurait pas dit si tout était vraiment « dans les règles », et notre analyse révèle sa culpabilité au-delà de ces mots coupables.

Dans son mémo, Mme Rice a déclaré que M. Obama voulait que l’équipe « détermine s’il y a une raison pour laquelle nous ne pouvons pas partager pleinement les informations concernant la Russie ». Ce même mémo note que Barack Obama a demandé au directeur du FBI de l’époque, James Comey, « de l’informer si quelque chose devait changer dans les prochaines semaines sur la façon dont nous allons partager des informations classifiées avec l’équipe qui va arriver ».

La somme et la substance de ces déclarations impliquent que Barack Obama a ordonné à son équipe de ne pas tout partager avec Donald Trump et la nouvelle équipe. S’il devait y avoir une approche en « kimono ouvert », pourquoi se donner la peine de convoquer la réunion ? Et pourquoi rédiger le mémo ?

Y a-t-il des preuves corroborantes d’obstruction ? Oui, dans la mesure où toutes les informations n’ont pas été partagées avec l’équipe entrante, et en particulier avec le président Trump. M. Comey a été réservé, énigmatique, et a joué avec le président Trump au sujet de l’enquête sur la collusion russe, même si ce dernier, en tant que commandant en chef, était à la tête de cette enquête. Il ne fait aucun doute que M. Comey a caché des informations à Donald Trump. Nous devons supposer, d’après le mémo de Mme Rice, que cette dissimulation résulte de la réunion du 5 janvier.

Il semble donc y avoir au moins une raison probable de conclure que le président Obama ait ordonné aux responsables de sa sécurité nationale de ne pas divulguer des informations à M. Trump et à son équipe, ce qui constituerait une obstruction classique à la justice.

Bien que nous n’attendions pas de franchise de la part des cibles, il faudrait au moins suivre les « normes institutionnelles » dont Barack Obama a récemment parlé, et lui et son équipe devraient faire l’objet d’une enquête aussi approfondie que celle du lieutenant général Michael Flynn.

John D. O’Connor est un ancien procureur fédéral et l’avocat de San Francisco qui a représenté W. Mark Felt lors de sa révélation sous le nom de Gorge Profonde en 2005. John D. O’Connor est l’auteur de Postgate: How the Washington Post Betrayed Deep Throat, Covered Up Watergate, and Began Today’s Partisan Advocacy Journalism(postgate : comment le Washington Post a trahi Gorge Profonde, a couvert le Watergate, et a commencé le journalisme de plaidoyer partisan d’aujourd’hui).

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ