Obligation vaccinale des soignants : Olivier Véran annonce « 3.000 suspensions » de personnels non vaccinés

Par Epoch Times avec AFP
16 septembre 2021
Mis à jour: 16 septembre 2021

« Quelque 3000 suspensions » ont été signifiées à des personnels de santé non vaccinés contre le Covid-19, maladie causée par le virus du PCC, après l’entrée en vigueur le 15 septembre de l’obligation vaccinale, a annoncé ce jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran.

« Il y a eu hier quelque 3000 suspensions qui ont été signifiées à du personnel des établissements de santé ou médico-sociaux qui n’étaient pas encore rentrés dans un parcours de vaccination », a déclaré M. Véran sur RTL, ajoutant qu’il y avait eu également « quelques dizaines de démissions ».

Des suspensions temporaires

« Nous parlons d’un public de 2,7 millions de salariés », a ajouté le ministre, assurant que « la continuité des soins a été assurée ». Selon lui, « un grand nombre de ces suspensions ne sont que temporaires ». Ces sanctions concernent « essentiellement du personnel du service support, très peu de blouses blanches », a-t-il précisé.

L’obligation vaccinale contre le Covid-19 est entrée en vigueur mercredi pour 2,7 millions de professionnels : hôpitaux, maisons de retraite, soignants libéraux, aides à domicile, pompiers, ambulanciers.

Selon la loi du 5 août, les contrevenants, qui ne justifient pas d’une première injection, d’une contre-indication vaccinale ou d’une contamination récente, « ne peuvent plus exercer leur activité ».

Il est précisé sur le site officiel de l’administration française www.service-public.fr  qu’ « un licenciement en cas de défaut de vaccination au Covid n’est cependant pas possible ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ