Occitanie : la pie-grièche à poitrine rose, un oiseau en voie de disparition

Par Suzanne Durand
30 juillet 2019 Mis à jour: 30 juillet 2019

Dans le département de l’Hérault, le dernier couple de pies-grièches à poitrine rose vient de disparaître.

Au siècle dernier, cet espèce d’oiseau était présent en grand nombre dans diverses régions du pays, mais malheureusement les deux derniers oiseaux avaient été référencé au début du mois de juillet.

D’après France Bleu, il y a plusieurs semaines, la reproduction d’un couple de pies-grièches avait échoué. La femelle et les derniers petits viennent de mourir, alors que le mâle est parti.

Selon la ligue de Protection des Oiseaux (LPO) du département, à la fin des années 1990, quelques nids de pies-grièches existaient dans l’Aude et l’Hérault. Afin de préserver cette espèce d’oiseaux, un plan régional de sauvegarde avait été mis en place en 2008, et un plan national d’action lancé en 2013.

Néanmoins, après ces deux tentatives, les Français ne devraient désormais plus apercevoir ce type d’oiseau qui est porté à disparaître. Cette espèce se trouve actuellement en très grand danger partout en Europe.

D’après la LPO, les pies-grièches sont encore présentes en Asie centrale, en Europe centrale, en Roumanie et dans quelques pays méditerranéens comme l’Espagne et l’Italie, mais les effectifs se raréfient tout de même de partout.

Les causes de cette disparition sont nombreuses et varient selon les régions du monde. La première est sans aucune doute la diminution des insectes par l’usage des pesticides et l’intensification de l’agriculture à la fois en France mais aussi dans sa zone d’hivernage, en Afrique.

La seconde cause, ce sont le braconnage, la modification des sols dans ses zones d’habitat, ou bien la très longue migration de près de 10 000 kilomètres deux fois par an. Se trouvant en bordure d’aire de répartition, il est d’ailleurs logique que la France et l’Espagne soient aujourd’hui les plus impactés.

« Contrairement à la zone de reproduction qui est étalée sur des milliers de kilomètres entre l’Espagne et la Mongolie, on a une zone d’hivernage où toutes les populations mondiales se retrouvent sur une surface dix fois moins grande que celle de leur reproduction. Ce qui veut dire que si on a un impact sur cette surface, on a un impact sur une population énorme », commente Denis Rey, l’un des responsables de la LPO dans l’Hérault.

La pie-grièche à poitrine rose fait aujourd’hui partie des espèces migratrices « qui ont besoin d’une coopération mondiale, ou qui pourraient en bénéficier de manière significative », selon un classement européen.

La LPO réclame qu’un programme de sauvetage soit lancé à l’échelle internationale.

RECOMMANDÉ